Les 7 victimes en Israël du Hamas et du Jihad islamique
Rechercher

Les 7 victimes en Israël du Hamas et du Jihad islamique

5 civils, dont un enfant de 6 ans, une ressortissante indienne ont été tués par des roquettes; un soldat de Tsahal a été tué par un tir de missile anti-char

Leah Yom Tov, tuée le 11 mai 2021 dans une attaque à la roquette à Rishon Lezion. (Autorisation)
Leah Yom Tov, tuée le 11 mai 2021 dans une attaque à la roquette à Rishon Lezion. (Autorisation)

Depuis le début des violences lundi soir, sept personnes ont été tuées par des tirs de roquettes et de missiles antichars du côté israélien – cinq civils israéliens , un soldat de l’armée israélienne et une ressortissante indienne.

Plus de 1 000 roquettes ont été tirées sur Israël depuis la bande de Gaza depuis lundi soir, entraînant des représailles meurtrières de la part de Tsahal dans l’enclave côtière.

Les victimes des tirs de roquettes ont été identifiées comme étant Leah Yom Tov, 63 ans de Rishon Lezion; Soumya Santosh, 32 ans, une aide-soignante originaire d’Inde décédée à Ashkelon; Nela Gurvitch, 52 ans, d’Ashkelon; Khalil Awwad, 52 ans, et sa fille de 16 ans, Nadeen, du village Dahmash, près de Lod; le sergent Omer Tabib, 21 ans et un enfant de 5 ans Ido Avigal à Sderot.

Le sergent d’état-major Omer Tabib, 21 ans, d’Elyakim, du 931e bataillon de la brigade d’infanterie Nahal, est devenu mercredi la première victime de l’armée dans la série actuelle de combats, lorsqu’un missile guidé antichar a été tiré sur la Jeep dans laquelle il se trouvait à la frontière avec la bande de Gaza. Deux autres soldats de Tsahal ont été blessés, ainsi que Gil Timor, le maire adjoint de la région de Hof Ashkelon, qui a été blessé alors qu’il aidait à sortir les autres hommes du véhicule.

Le combattant de Tsahal, le sergent-chef Omer Tabib de la Brigade Nahal, a été tué ce matin par un missile antichar tiré par le Hamas depuis Gaza vers Israël. Il avait 21 ans. (Crédit : armée israélienne)

Selon les médecins, les trois soldats ont été blessés par des éclats d’obus et par la force de l’explosion, tandis qu’un homme d’une quarantaine d’années, Gil Timor, maire adjoint de la région de Hof Ashkelon, a été modérément blessé par un éclat d’obus alors qu’il aidait à sortir les autres hommes du véhicule.

Une grand-mère dévouée

Leah Yom-Tov, 63 ans, a été tuée lorsqu’une roquette a frappé sa maison dans la ville de Rishon Lezion, dans la région centrale, dans la nuit de mardi à mercredi, lors du plus important tir de roquette jamais effectué sur le centre d’Israël. Elle laisse derrière elle ses deux enfants, Moshe et Kfir Peleh, et cinq petits-enfants.

Abba Cohen, un voisin de la femme tuée à l’entrée de sa maison à Rishon Lezion mardi, a raconté qu’elle n’avait tout simplement pas eu le temps d’atteindre son abri anti-bombes. « Elle n’a pas réussi à atteindre l’espace protégé », dit-il à la radio de l’armée. « Pour entrer dans l’espace protégé, vous devez sortir de la maison, traverser le parking et descendre les escaliers. Mais la roquette est tombée directement sur le parking. C’est incompréhensible. »

Mardi soir, le maire de Rishon Lezion, Raz Kinstlich, a déclaré que la mort de Mme Yom-Tov devrait servir d’exemple pour montrer qu’il est important de suivre les instructions du Commandement de la Défense passive lorsque les sirènes retentissent. « Il est important que tout le monde entende et comprenne que cela aurait pu se terminer différemment », a déclaré Kinstlich. « Si elle avait écouté les instructions et était entrée dans l’espace protégé, nous n’aurions pas été dans cette situation ».

Les frères ont raconté aux médias israéliens, mercredi, comment ils s’étaient précipités au domicile de leur mère après avoir été incapables de la contacter par téléphone.

Moshe Peleh a déclaré à la Douzième chaîne que peu avant « la chose la plus terrible de toutes », sa mère avait passé « un temps privilégié » à s’occuper de sa fille, âgée de 6 ans.

« Elle l’a ramenée à la maison et peu de temps après, ceci est arrivé. La roquette a frappé très près d’elle », a-t-il déclaré. Les deux frères se sont précipités chez elle après l’attaque à la roquette, car elle ne répondait pas au téléphone.

« Maman était une femme pleine d’amour, qui donnait et aidait », a déclaré Peleh, ce qu’elle a exprimé à travers son travail en médecine naturelle. « Cela se ressentait chez tous ceux qui entraient en contact avec elle, les voisins, les petits-enfants ou une personne dans la rue. »

« Elle travaillait par amour, pas pour l’argent. Cela faisait partie de son ADN, de donner et d’aider les autres. »

« Samedi, j’ai parlé avec elle et elle m’a dit ‘je m’épanouis’. Elle était dans un bon état d’esprit », a-t-il déclaré.

Capture d’écran de la vidéo de Moshe, (à gauche), et Kfir Peleh, le 12 mai 2021. (Ynet)

Elle voulait conquérir le monde

Khalil Awad, 52 ans, et sa fille de 16 ans Nadine ont été tués mercredi lorsqu’une roquette tirée par les groupes terroristes palestiniens de la bande de Gaza a atterri près de leur voiture à Lod, une ville judéo-arabe, a rapporté la police israélienne. La femme d’Awwad, qui se trouvait également dans la voiture, a été grièvement blessée, ont indiqué les médecins.

« Je sais que cela ressemble à un cliché et qu’on dit toujours que les meilleures personnes sont celles qui perdent la vie, mais Nadine était vraiment une fille très, très spéciale », a déclaré sa directrice, Shirin Natur Hafi, au diffuseur public Kan.

Nadine Awad, tuée par une roquette tirée depuis la bande de Gaza qui a frappé la ville israélienne de Lod, le 11 mai 2021. (Autorisation)

« Elle était en seconde, étudiait dans la filière biologie-chimie. Elle rêvait de changer le monde. C’était une fille si spéciale, si talentueuse. Elle voulait conquérir le monde », a déclaré Hafi.

L’adolescente est décédée sur le coup, tandis que le père a été déclaré mort à l’hôpital, selon la police israélienne.

Le maire de Lod, Yair Revivo, a déclaré tôt mercredi que les personnes tuées étaient des membres de la communauté arabe.

« Les missiles du Hamas ne font pas de différence entre les Juifs et les Arabes », a déclaré M. Revivo.

A LIRE – Ce qui s’est passé cette nuit : émeutes, roquettes et morts à Lod

Une aide-soignante indienne

Soumya Santosh, 32 ans, de nationalité indienne, a été tuée lorsqu’une roquette s’est écrasée sur la maison d’Ashkelon où l’aide-soignante était assise avec sa patiente âgée de 80 ans, qui a été grièvement blessée.

La Douzième chaîne a rapporté que l’abri anti-roquettes se trouvait à au moins une minute de course du domicile de la femme âgée et que les deux femmes n’ont pas réussi à l’atteindre à temps. La maison ne disposait pas d’une pièce blindée.

Selon le quotidien Haaretz, Santosh laisse derrière elle son mari et sa fille de neuf ans.

Un enfant de six ans a succombé à ses blessures à Sderot après qu’un éclat d’obus a réussi à percer la structure d’une pièce fortifiée dans laquelle il se trouvait avec sa famille. Une autre personne est gravement blessée, une troisième est modérément blessée et trois autres sont également blessées.

Aucune information n’a été immédiatement communiquée sur la deuxième victime du tir de roquette d’Ashkelon, Nela Gurvitch, 52 ans, dont le mari a également été blessé.

A Tel Aviv, un octogénaire aurait fait une crise cardiaque alors qu’il partait se réfugier dans un abri antiaérien. Il est dans un état grave, ont déclaré les médecins.

Un homme de 56 ans a été grièvement blessé lorsqu’une dalle de pierre a heurté sa voiture et a été hospitalisé à Akko. Un autre résident local a été gravement blessé.

Un missile a frappé une maison de la ville de Yehud, au nord de l’aéroport Ben Gurion dans la nuit. Les secouristes ont indiqué que la famille qui vivait dans l’habitation avait eu la vie sauve grâce à son abri antiaérien. Des photos montrent la maison complètement détruite.

Selon le ministère de la Santé de la bande de Gaza, dirigé par le Hamas, 53 Palestiniens sont morts depuis lundi soir, dont 14 mineurs et trois femmes, et 320 ont été blessés. L’armée israélienne a déclaré que plus de la moitié des personnes tuées étaient des membres de groupes terroristes impliqués dans les combats et que certaines d’entre elles, dont plusieurs enfants, avaient été tuées par des roquettes tirées depuis Gaza, qui sont tombées avant la frontière et ont atterri dans la bande de Gaza, et non par des frappes israéliennes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...