Un extrémiste juif présumé placé en détention administrative après avoir été libéré par un tribunal civil
Rechercher

Un extrémiste juif présumé placé en détention administrative après avoir été libéré par un tribunal civil

Le Shin Bet a ordonné la détention administrative d’Elia Nativ pour ses “activités violentes” contre les forces de sécurité israéliennes ainsi que contre des Palestiniens

Illustration : Un graffiti "prix à payer administratif" retrouvé sur une voiture garée à Jérusalem Est, le 9 mai 2017. (Crédit : Amar Arouri/B'Tselem)
Illustration : Un graffiti "prix à payer administratif" retrouvé sur une voiture garée à Jérusalem Est, le 9 mai 2017. (Crédit : Amar Arouri/B'Tselem)

Le Shin Bet a délivré mardi un ordre de détention administrative de deux mois contre un extrémiste juif présumé, alors que la cour avait ordonné sa libération de détention cette semaine.

Elia Nativ, 19 ans, a été arrêté la semaine dernière par le service de sécurité, en raison de son implication présumée dans des attaques « prix à payer », un slogan utilisé pour décrire les attaques racistes juives contre les Arabes et les chrétiens.

Dimanche, la cour des magistrats de Rishon Lezion avait estimé qu’il n’y avait pas assez de preuves contre lui pour le maintenir en détention, et avait donc ordonné sa libération.

Dimanche soir tard, le Shin Bet a fait appel de cette décision devant la cour du district de Lod, affirmant que Nativ appartenait au mouvement radical des « Jeunes des Collines », et avait violé un ordre policier lui interdisant de rencontrer d’autres extrémistes suspectés.

Mardi, le ministère de la Défense a délivré un ordre de détention administrative citant les « activités violentes » présumées de Nativ ces derniers mois.

Un graffiti "Les Arabes dehors" et "prix à payer" sur le mur de la ville arabe d'Abu Ghosh, à proximité de Jérusalem, le 9 juin 2016. (Crédit : police israélienne)
Un graffiti « Les Arabes dehors » et « prix à payer » sur le mur de la ville arabe d’Abu Ghosh, à proximité de Jérusalem, le 9 juin 2016. (Crédit : police israélienne)

La détention administrative est une mesure israélienne controversée de lutte contre le terrorisme, qui permet une détention de durée indéterminée de terroristes présumés sans procès.

Cette mesure est régulièrement utilisée contre des détenus palestiniens, et est de plus en plus utilisée contre des extrémistes juifs présumés.

L’avocat de Nativ, Itamar Ben Gvir, a déclaré mardi qu’il n’avait pas pu rencontrer son client pendant que Nativ était en détention la semaine dernière. Il a fustigé le ministre de la Défense, Avigdor Liberman, pour cette décision « comparable au KGB », les services secrets de l’ancienne Union soviétique.

L'avocat Itamar Ben Gvir, de l'association d'aide juridique Honenu pendant une conférence de presse à Jérusalem sur la détention de jeunes juifs dans le cadre de l'enquête sur l'attaque terroriste de Duma, le 17 décembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
L’avocat Itamar Ben Gvir, de l’association d’aide juridique Honenu pendant une conférence de presse à Jérusalem sur la détention de jeunes juifs dans le cadre de l’enquête sur l’attaque terroriste de Duma, le 17 décembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Le ministre de la Défense et le Shin Bet ont franchi une ligne rouge et fait quelque chose de honteux », a-t-il dit.

En réponse, le Shin Bet a défendu la mesure controversée, disant que Nativ était « impliqué dans des actes de vandalisme et de violence qui mettent en danger des vies humaines » contre des Palestiniens et les forces de sécurité israéliennes.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...