Un fonds financera l’installation de fibre optique pour un Internet plus rapide
Rechercher

Un fonds financera l’installation de fibre optique pour un Internet plus rapide

Les taxes prélevées sur les sociétés de téléphone et d'Internet serviront à inciter ceux qui investiront dans l'infrastructure du pays, dont la vitesse est inférieure à la normale

Image illustrative d'une connexion par fibre optique (alphaspirit; iStock by Getty Images)
Image illustrative d'une connexion par fibre optique (alphaspirit; iStock by Getty Images)

Alors qu’Israël souffre d’un ralentissement des débits Internet, le ministère des Communications a déclaré mardi qu’il prévoyait un fonds pour financer le déploiement de câbles à fibre optique dans tout le pays d’ici quelques années.

Le nouveau fonds sera financé par une taxe imposée aux entreprises de télécommunications qui utilisent actuellement l’infrastructure terrestre du pays, totalisant 0,5 % de leurs revenus annuels totaux, a déclaré au Times of Israel une personne proche du dossier. Sur la base des recettes de 2018, le fonds s’élèverait à quelque 90 millions de shekels (22,5 millions d’euros), mais ce chiffre pourrait évoluer, a fait observer la personne.

L’argent du fonds sera distribué par le biais d’un appel d’offres à des entreprises de télécommunications qui mettent en place des réseaux de fibres optiques dans diverses régions du pays – en mettant l’accent sur la périphérie moins densément peuplée, où les avantages financiers du déploiement seront vraisemblablement moindres.

Cette initiative, mise en place par le ministère des Communications et soutenue par le ministère des Finances, s’inscrit dans le cadre des recommandations d’un panel interministériel qui s’est penché sur les moyens d’améliorer les débits Internet dans ce qu’on appelle la Startup Nation.

Bezeq workers installing fiber optic cables (Photo credit: Courtesy)
Des ouvriers de Bezeq installant des câbles de fibre optique. (Crédit : Autorisation)

Le ministère de la Communication souhaite faire « un saut technologique qui placera Israël dans le groupe des pays les plus avancés en termes de communications terrestres », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le plan nécessiterait des modifications à la loi nationale sur les télécommunications que les ministères espèrent faire approuver l’année prochaine, une fois qu’un nouveau gouvernement sera en place, a dit la personne connaissant ce plan. Des pays comme le Canada, les États-Unis, l’Italie et la France ont utilisé des modèles de fonds similaires pour faire avancer des projets d’infrastructure de télécommunications dans leur région, selon la source.

Ce changement intervient alors qu’Israël est à la traîne en matière de vitesse Internet en raison de la lenteur du déploiement des câbles à fibre optique. Selon un rapport publié l’année dernière par M-Lab qui s’est penché sur les débits Internet de juin 2017 à mai 2018, Israël se classe 70e sur 200 pays étudiés, et perd du terrain par rapport aux autres pays.

Le pays a une vitesse moyenne de téléchargement de 7,64 mégabits par seconde, bien en dessous de la moyenne mondiale de 9,10 Mbps, pour la période étudiée. Au cours de la même période un an plus tôt, Israël se classait 60e sur les 189 pays étudiés, avec une vitesse de téléchargement moyenne de 7,2 Mbps.

Les réseaux à fibre optique, qui utilisent des signaux lumineux diffusés le long de câbles creux plutôt que de l’électricité le long de fils de cuivre, comme les systèmes actuels, peuvent offrir des vitesses de téléchargement de plusieurs gigabits par seconde. Les vitesses de courant sont mesurées en dizaines de mégabits par seconde.

Les réseaux à fibre optique sont considérés comme le meilleur moyen de fournir des connexions plus rapides dans un monde de plus en plus connecté à Internet – des voitures intelligentes aux maisons et réfrigérateurs intelligents et aux téléviseurs. Des vitesses Internet plus rapides sont également nécessaires pour utiliser des technologies avancées telles que la réalité virtuelle et artificielle et pour répondre à des besoins de transmission de données avancés ou même de transmission TV haute définition. Des vitesses Internet plus élevées ont également été liées à la croissance du PIB et à la réduction des inégalités sociales, comme l’ont montré les recherches.

En Israël, le déploiement de ces réseaux a été lent, les deux géants des télécommunications, Bezeq et Hot Telecommunication Systems Ltd, ayant traîné les pieds sur cette question. Une réforme visant à moderniser l’infrastructure a déraillé et est à la base d’une affaire de corruption dans laquelle le Premier ministre Benjamin Netanyahu risque d’être poursuivi.

Le géant des télécommunications Bezeq a déployé des câbles à fibre optique dans 60 % des foyers du pays, mais n’a pas activé le réseau, affirmant qu’il est coûteux d’activer le système et qu’il débat toujours de la technologie qu’il devrait utiliser pour le rendre opérationnel. Elle indique également qu’elle attend que l’organisme de réglementation établisse les conditions de service pour l’exploitation du réseau.

Hot Telecommunication doit encore déployer le réseau et s’inquiète des coûts élevés que cela implique.

D’autres sociétés, telles que Partner Communications Co. et Cellcom Israel Ltd., ont commencé à déployer des réseaux de fibres optiques en utilisant l’infrastructure Bezeq en place et ont connecté environ 20 à 22 % des foyers à ce jour.

La nouvelle initiative vise à inciter les entreprises à déployer plus rapidement des réseaux supplémentaires dans toutes les régions du pays grâce au financement du nouveau fonds, selon la source proche du dossier.

Dans les conditions actuelles du marché, a déclaré mardi le ministère des Communications dans un communiqué, Bezeq n’a aucune incitation économique à déployer les réseaux à travers le pays, comme la loi l’y oblige. L’équipe interministérielle recommande donc de modifier cette exigence de « déploiement universel » et de laisser à Bezeq le soin de choisir le territoire qu’il est prêt à couvrir et à activer. Le fonds financera ensuite les réseaux dans les zones qui ne sont pas couvertes par Bezeq.

Si Bezeq décide de ne pas connecter certaines zones, elle perdra ces zones pour toujours, selon le communiqué. Dans le même temps, Bezeq ne pourra pas participer aux appels d’offres lancés par le fonds, mais participera, avec les autres entreprises de télécommunications, au financement du fonds.

Le ministère des Communications a publié ses recommandations concernant l’initiative mardi, afin de recueillir les commentaires du public et des entreprises de télécommunications.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...