Un handicapé finit le marathon de Londres grâce à la technologie israélienne
Rechercher

Un handicapé finit le marathon de Londres grâce à la technologie israélienne

Le Britannique Simon Kindleysides, 34 ans, a marché pendant 36 heures avec l'exosquelette ReWalk

Le Britannique Simon Kindleysides, un homme de 34 ans paralysé à partir de la taille, utilise l'exosquelette ReWalk pour terminer le Marathon de Londres en 36 heures le 23 avril 2018 (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Le Britannique Simon Kindleysides, un homme de 34 ans paralysé à partir de la taille, utilise l'exosquelette ReWalk pour terminer le Marathon de Londres en 36 heures le 23 avril 2018 (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Le Britannique Simon Kindleysides, un homme de 34 ans paralysé à partir de la taille, est parti dimanche à 10 heures et a fini le Marathon de Londres en 36 heures, devenant ainsi le premier homme paralysé à terminer le parcours à pied.

Pour accomplir son exploit, il a utilisé la technologie israélienne : l’exosquelette ReWalk, un outil pour les patients souffrant de lésions de la moelle épinière qui les aide à marcher de façon autonome à l’aide d’ordinateurs et de détecteurs de mouvement.

« Je suis épuisé, je ne vais pas mentir », a déclaré Kindleysides dans une vidéo YouTube filmée à 8h41 le lendemain matin après son départ, après avoir parcouru 25 km tandis que les conducteurs klaxonnaient et les fans applaudissaient.

« Je vais arriver à la ligne d’arrivée. »

« C’est la plus longue [marche] de toute ma vie », a-t-il déclaré à 35 km. Et au 40ème kilomètre, il a déclaré : « allez ! J’y suis presque là. »

Il a fini en 26,2 heures les 42,2 kilomètres vers 23 heures lundi au milieu de la foule en liesse, levant les bras dans la victoire. Le vainqueur du marathon, Eliud Kipchoge, a franchi la ligne d’arrivée en un peu plus de deux heures.

Kindleysides a été diagnostiqué en 2013 avec une maladie neurologique et une tumeur cérébrale bénigne qui l’a laissé paralysé à partir de la taille.

En 2012, Claire Lomas, paralysée à partir de la poitrine, a terminé le marathon aux Jeux paralympiques de Londres en utilisant l’exosquelette ReWalk.

« Le soutien a été juste écrasant, tel un rêve devenu réalité », a déclaré Kindleysides à l’Eastern Daily Press. « C’est incroyable parce que je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi grand que ça l’a été. Mes enfants reçoivent de très bons commentaires à l’école et ils sont très fiers de leur père. »

« Je voulais juste montrer que tout est possible si vous y mettez votre volonté », a-t-il ajouté. « Vous pouvez rester au lit et vous sentir désolé pour vous-même ou sortir et profiter de votre vie, parce que vous êtes seulement ici qu’une fois. »

Kindleysides a levé 6 500 pounds pour Brain Tumor Charity avec sa marche marathon, a expliqué l’Eastern Daily Press.

Le Britannique Simon Kindleysides, un homme de 34 ans paralysé à partir de la taille, utilise l’exosquelette ReWalk pour terminer le Marathon de Londres en 36 heures le 23 avril 2018 (Crédit : Capture d’écran YouTube)

En juin 2015, Kindleysides a collecté plus de 5 000 £ pour une œuvre de bienfaisance lorsqu’il a fait Londres-Paris en bicyclette.

L’exosquelette ReWalk a été développé par ReWalk Robotics Ltd., une société israélienne cotée au Nasdaq. Son inventeur, Amit Goffer, est un ingénieur en mécanique qui est devenu paralysé à partir du haut de son dos après un accident.

Amit Goffer, inventeur du ReWalk (Crédit : Autorisation)

L’exosquelette ReWalk permet de pouvoir marcher de manière indépendante et contrôlée, de manière similaire à celle d’une personne valide, car les ordinateurs et les détecteurs de mouvement effectuent le « soulèvement des charges lourdes ».

Le costume épouse les jambes des utilisateurs lorsqu’ils marchent, avec des béquilles pour les stabiliser. Les utilisateurs portent un système de contrôle à distance sur leurs poignets afin qu’ils puissent contrôler leurs mouvements. Pendant qu’ils marchent, les capteurs s’assurent que leur poitrine reste droite et équilibrée, leur permettant de faire des foulées sans tomber.

Le système contrôle le mouvement en utilisant des changements subtils du centre de gravité, imite la démarche naturelle et fournit une vitesse de marche fonctionnelle, permettant aux paraplégiques de se déplacer de manière indépendante.

ReWalk Robotics a déclaré en mars qu’en 2017, 107 systèmes ReWalk ont ​​été placés, dont 57 aux États-Unis, 37 sur les marchés européens et 13 sur d’autres marchés. La perte nette pour 2017 s’est établie à 24,7 millions de dollars et la perte nette était de 32,5 millions de dollars en 2016.

Le principal obstacle à la croissance des ventes est le prix de ReWalk, qui se situe entre 80 000 et 85 000 dollars, et l’entreprise cherche à obtenir son remboursement par les assurances de santé afin d’atteindre un public plus large, a déclaré Jeff Dykan, le président de ReWalk.

En avril, l’entreprise a entrepris une étude clinique sur un nouveau produit qui aidera à la réadaptation des personnes ayant subi un AVC.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...