Rechercher

Un homme juif assassiné en Seine-et-Marne, rapporte le BNVCA

Liyahou Haddad, a été assassiné le 19 août dernier à Longperrier par un homme musulman, a rapporté le BNVCA

Longperrier, en Seine-et-Marne. (Crédit : Google Maps)
Longperrier, en Seine-et-Marne. (Crédit : Google Maps)

Un homme juif, Liyahou Haddad (aussi nommé Eyal/Eliahou/Yvan), âgé de 44 ans, a été assassiné le 19 août dernier à Longperrier (Seine-et-Marne), ont rapporté le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme et le Collectif des vigilants.

La victime serait originaire de Djerba, en Tunisie, et sa famille vivrait à Beer Sheva, en Israël, a rapporté le BNVCA. Il aurait la nationalité israélienne et ne travaillait plus en raison d’importants problèmes de santé.

« L’assassinat aurait été commis par un suspect de confession musulmane [l’homme se nommerait Mohammed Dridi, 24 ans]. L’inquiétude est avivée par le silence qui entoure cette affaire », a indiqué l’association juive.

« L’auteur présumé des faits, qui témoignent d’un terrible acharnement, a lui-même prévenu la police, a été interpellé et placé en détention », ajoute-t-elle. « Selon les informations du BNVCA, le suspect aurait déclaré lors de son arrestation que la victime, qui cohabitait avec lui, lui devait 100 euros et ne les avait pas rendus. Et dans un deuxième temps, il aurait avoué qu’il l’avait tué parce qu’il était Juif. »

Néanmoins, le parquet de Meaux a précisé qu’aucun « élément antisémite » ne figurait lors de l’ouverture de l’enquête, qui a démarré le 23 août et se poursuit.

« Lors de l’ouverture de l’information judiciaire il n’y avait pas d’élément mettant en lumière une [motivation antisémite]. L’instruction est en cours, si des éléments étaient rapportés, ce serait pris en compte », a déclaré Hervé Tétier, procureur adjoint à Meaux.

Le BNVCA indique que l’assassin aurait « fracassé le crâne de sa victime au moyen d’une hache, puis il a brûlé son visage et aurait même commencé à enterrer le corps ». Un couteau aurait aussi été utilisé dans le crime.

Le meurtrier présumé, sans papiers, avait notamment effectué des travaux chez la victime, selon une source citée par l’AFP.

En garde à vue, le suspect a évoqué des « attouchements ou tentatives d’attouchements sexuels » de la part de la victime sur sa personne, qui seraient à l’origine de son geste.

L’association « demande que les faits soient examinés en envisageant le caractère antisémite, et en ne l’écartant pas a priori ». Elle a chargé son avocat de constituer le BNVCA partie civile, « afin de vérifier si le caractère antisémite est à confirmer ».

« La famille veut toute la vérité sur ce qui a pu entraîner un crime aussi atroce, avec un déchaînement de violence », a réagi Me Elie Korchia, avocat des proches du défunt.

Le drame a trouvé un nouvel écho lundi avec les réactions de différentes organisations juives et sur les réseaux sociaux, qui évoquent un meurtre à caractère antisémite à partir d’un profil Facebook attribué au suspect. L’une des photos postées par ce compte montre notamment un homme brûlant un drapeau israélien.

Joël Mergui, président du Consistoire de Paris, et Yonathan Arfi, président du CRIF, ont notamment réagi sur Twitter au sujet du meurtre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...