Un homme poignardé dans une rue de Haïfa
Rechercher

Un homme poignardé dans une rue de Haïfa

Selon la police, l’incident est probablement dû à une rivalité criminelle ; l’homme de 30 ans a été retrouvé sur un trottoir de la ville

Une ambulance Magen David Adom, le 23 novembre 2010. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Une ambulance Magen David Adom, le 23 novembre 2010. Illustration. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Un homme d’une trentaine d’années retrouvé au sol dans une rue de Haïfa dimanche soir, avec de multiples blessures à l’arme blanche sur le corps, est décédé lundi matin, a indiqué la police.

L’incident est de nature criminelle, selon la police, qui a annoncé qu’il pourrait être la conséquence d’une rivalité criminelle.

L’homme, qui n’a pas été identifié dans les médias, a été retrouvé rue Hanna Senesh dans un état grave. Il a été transporté au centre médical Bnei Zion du Haïfa après avoir reçu les premiers soins sur place.

Il a ensuite succombé à ses blessures.

La police a ouvert une enquête sur le meurtre et recherche son ou ses auteurs.

La scène de l'une des attaques à main armée ayant eu lieu à Haïfa, le 3 janvier 2017. (Crédit : Magen David Adom)
La scène de l’une des attaques à main armée ayant eu lieu à Haïfa, le 3 janvier 2017. (Crédit : Magen David Adom)

Cette année, une personne a été tuée et une autre blessée par deux fusillades à Haïfa, qui ont ensuite été considérées comme des attaques terroristes.

Le suspect, un Arabe israélien du quartier majoritairement arabe de Halissa, dans la ville de Haïfa, s’est rendu à la police après une chasse à l’homme de trois jours début janvier.

Le 3 janvier, Yehiel Iluz, 48 ans, juge de la cour rabbinique des conversions de Haïfa, avait été blessé par une première fusillade sur la route HaAtsmaout de la ville. Quelque 30 minutes après, Guy Kafri, 47 ans, un chauffeur du quartier Nesher de Haïfa, avait été abattu rue Hagiborim.

Les premières informations sur l’incident indiquaient une affaire d’erreur d’identification de cibles dans une possible guerre des gangs, mais au fur et à mesure de l’enquête, la police s’est orientée vers la piste terroriste.

Une série d’attaques au couteau, à la voiture bélier et à main armée par des terroristes majoritairement palestiniens a commencé en octobre 2015, et a décliné ces derniers mois, même si des incidents sporadiques persistent. Certains des attaquants étaient des Arabes israéliens.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...