Rechercher

Un homme retrouvé mort par balle dans un camion dans une ville du nord d’Israël

La police pense que le meurtre fait suite à une querelle entre deux familles ; des postes de contrôle ont été installés autour de Tuba-Zangariyye pour rechercher les suspects

L'entrée de Tuba-Zangariyye, dans le nord d'Israël, le 10 janvier 2021 (Crédit: David Cohen/Flash90)
L'entrée de Tuba-Zangariyye, dans le nord d'Israël, le 10 janvier 2021 (Crédit: David Cohen/Flash90)

Un homme a été retrouvé mort par balle dans un camion dans la ville de Tuba-Zangariyye, dans le nord du pays, aux premières heures du lundi matin.

Les services de secours sont arrivés sur les lieux et ont prononcé le décès de l’homme vers 5 heures du matin.

Il a été identifié comme étant Samir Omar, âgé de 55 ans.

La police a déclaré qu’elle avait mis en place des points de contrôle dans la zone et commencé à effectuer des recherches pour retrouver les suspects. Les officiers pensent que l’homme a été assassiné dans le cadre d’une querelle entre deux familles.

Le meurtre présumé dans la ville du nord est survenu dans un contexte de flambée de violence au sein de la communauté arabe, avec des fusillades répétées signalées dans la ville méridionale de Rahat samedi et dimanche, visant plusieurs maisons et commerces, et blessant modérément une adolescente.

Les fusillades de Rahat seraient liées à un différend entre les familles al-Bahiri et al-Ubara dans la ville. La ville à prédominance bédouine et ses environs souffrent depuis des années d’un manque de présence policière et d’application de la loi et sont régulièrement le théâtre d’anarchie et de troubles.

Le ministre de la sécurité publique, Omer Bar-Lev, a déclaré dimanche que la violence endémique qui sévit à Rahat était « intolérable » et a promis d’envoyer d’importantes forces de police.

La fusillade de Rahat est survenue quelques heures après qu’une femme de 33 ans ait été grièvement blessée par balle devant son domicile dans la ville arabe de Qalansawe, à l’est de Netanya, samedi soir.

Les communautés arabes d’Israël ont connu une recrudescence de la violence ces dernières années, principalement, mais pas exclusivement, à cause du crime organisé.

Les Arabes israéliens blâment la police, qui, selon eux, n’a pas réussi à sévir contre de puissantes organisations criminelles et détourne largement le regard face à ces violences – querelles familiales, guerres de territoire mafieuses et violence contre les femmes.

La communauté arabe a aussi généralement souffert de décennies de négligence en termes de financement et d’attention de la part du gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...