Un homme soupçonné d’avoir poignardé grièvement sa femme dans le sud d’Israël
Rechercher

Un homme soupçonné d’avoir poignardé grièvement sa femme dans le sud d’Israël

Un résident de Mitzpe Ramon a été arrêté après une attaque présumée contre sa partenaire à leur domicile alors qu'elle était en conversation vidéo avec ses parents

Le domicile de Mitzpe Ramon du couple dont l'homme est soupçonné d'avoir poignardé sa femme, la blessant grièvement, alors qu'elle était en visioconférence avec ses parents pour Rosh HaShana, le 18 septembre 2020. (Capture d'écran / Douzième chaîne)
Le domicile de Mitzpe Ramon du couple dont l'homme est soupçonné d'avoir poignardé sa femme, la blessant grièvement, alors qu'elle était en visioconférence avec ses parents pour Rosh HaShana, le 18 septembre 2020. (Capture d'écran / Douzième chaîne)

Un résident du sud d’Israël a été arrêté vendredi soir, soupçonné d’avoir poignardé sa femme et de l’avoir gravement blessée à leur domicile de Mitzpe Ramon.

La femme, âgée de 31 ans, a été opérée d’urgence au centre médical Soroka de Beer Sheva vendredi soir et se trouvait dans un état grave mais stable samedi.

Le frère de la victime a déclaré samedi soir à la Douzième chaîne que sa sœur était en appel vidéo avec leurs parents lorsque l’agression a démarré. Le mari aurait frappé son épouse à la tête avec un objet inconnu, ce qui l’aurait fait lâcher le téléphone, avant de la poignarder. Les parents ont alors entendu des cris.

Le père de la victime a indiqué à Ynet que, pendant l’appel, sa fille disait être malheureuse et qu’elle prévoyait de quitter son mari. « J’en ai assez, je m’en vais. Il me frappe, il ne me laisse pas partir, aidez-moi ! », a expliqué le père.

D’après les médias, le mari, ingénieur en électricité de 45 ans travaillant dans l’industrie de la défense, ne coopérerait pas avec la police. La police est arrivée sur les lieux après que des voisins ont rapporté avoir entendu des cris et retrouvé la femme blessée sur le sol de la maison du couple.

Un résident de Mitzpe Ramon soupçonné d’avoir poignardé sa femme, la blessant grièvement, alors qu’elle était au téléphone avec ses parents pour Rosh HaShana, le 18 septembre 2020. (Capture écran / Douzième chaîne)

Un témoin a expliqué à la Douzième chaîne avoir couru au domicile du couple après avoir entendu les cris et a vu le mari couvert de sang, tenant un couteau.

« Je l’ai supplié. J’ai dit ‘s’il vous plaît ne la tuez pas, s’il vous plaît ne la tuez pas' », a rapporté le témoin.

Le couple a un enfant de 18 mois, qui aurait été témoin de l’agression.

La police a déclaré qu’un dossier sur le couple existait déjà après un précédent incident de violence domestique en 2019. Le frère de la femme a dit qu’elle avait déposé une plainte qu’elle a ensuite retirée après que leurs familles respectives sont intervenues et les ont fait se réconcilier.

« Rétrospectivement, c’était une énorme erreur », a-t-il déploré.

Le frère d’une victime présumée d’une agression au couteau à Mitzpe Ramon le 18 septembre 2020, affirme que sa sœur était en visioconférence avec ses parents lorsque son mari l’a frappée à la tête et poignardée à plusieurs reprises. (Capture écran / Douzième chaîne)

La police et les organisations de services sociaux ont signalé une augmentation importante des plaintes pour violence domestique depuis le début de la crise du coronavirus, car de nombreuses familles sont restées chez elles pendant des périodes prolongées, combinées à un niveau de stress élevé.

Le 1er juin, des milliers d’Israéliens se sont rassemblés lors d’une manifestation à Tel Aviv pour demander au gouvernement d’agir afin de mettre fin à la violence contre les femmes. Il s’agissait de la deuxième manifestation de ce type en moins d’un mois.

Les organisateurs dénonçaient que la plupart des 250 millions de shekels approuvés en 2017 pour les programmes nationaux de prévention de la violence domestique n’avaient pas encore été transférés aux autorités compétentes.

La manifestation a eu lieu alors que le ministère de la Protection sociale et des services sociaux a publié des chiffres qui montrent une augmentation de 112 % du nombre de plaintes pour violence domestique reçues sur sa ligne d’assistance téléphonique en mai par rapport à avril.

En mai, la Knesset a approuvé la formation d’une sous-commission de lutte contre la violence domestique à l’égard des femmes, rattachée à la Commission de la Knesset pour la promotion des femmes. Les groupes féministes ont exprimé leur indignation après que le député Oded Forer, le seul homme de la commission, en a été nommé président.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...