Un jeu télévisé « made in Israel » se retrouve sur les écrans iraniens
Rechercher

Un jeu télévisé « made in Israel » se retrouve sur les écrans iraniens

La version iranienne n'est pas officiellement autorisée. Le jeu a été vendu à des dizaines de pays

Le jeu télévisé iranien "Sime Akhar", une copie presque identique du jeu israélien "Boom ! (Capture d'écran : Instagram)
Le jeu télévisé iranien "Sime Akhar", une copie presque identique du jeu israélien "Boom ! (Capture d'écran : Instagram)

Après avoir été vendu à une vingtaine de pays, un jeu télévisé israélien s’est retrouvé sur les écrans iraniens, selon un reportage de la Douzième chaîne.

Le jeu « Boom! », qui était diffusé en 2014, est un jeu télévisé dans lequel une équipe de quatre concurrents travaille de concert pour désamorcer une série d’énormes « bombes » noires placées au centre du studio de télévision, avec quatre fils de couleur – vert, rouge, jaune et bleu – représentant les réponses à une série de questions.

Si le participant donne une mauvaise réponse, et coupe le mauvais fil, la bombe « explose », diffusant une sorte de mousse dans le studio.

La Douzième chaine, qui diffusait le jeu à l’époque ou elle s’appelait Keshet TV, a diffusé des images de la version iranienne du jeu.

Surpris de voir sa création franchir les frontières internationales, Ido Rosenblum, qui animait l’émission, a déclaré à la Douzième chaine que « les jeux télévisés, légaux ou non,  sont très appréciés par les gens – tant en Israël qu’en Iran ».

Ido Rosenblum anime le jeu télévisé ‘Boom!’, sur Keshet. (Crédit : Keshet)

Bien que la version iranienne ne soit pas officiellement autorisée, le jeu télévisé a été vendu à des dizaines de pays, dont l’Argentine, la France, le Vietnam, l’Espagne, le Kazakhstan et les États-Unis.

« Je n’aurais jamais pensé que les mots ‘l’Iran a mis la main sur une bombe israélienne’ seraient aussi étrangement flatteurs et amusants », a déclaré Rosenblum, ajoutant que la culture et le divertissement ont « la capacité de combler les écarts et peut-être même de réduire les tensions, de la manière la plus inattendue ».

Jessica Steinberg a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...