Rechercher

Un journaliste critiqué pour ses propos insultants sur les électeurs du Likud

Gadi Sukenik insiste sur le fait que les électeurs du Likud sont moins intelligents et moins cultivés ; des députés offensés qualifient ces remarques de racisme et de provocation

L'ancien présentateur du journal télévisé de Channel 2, Gadi Sukenik, vu comme modérateur d'une table ronde lors de la "Jerusalem International Convention for Innovation and Business Development in Electricity and Energy", le 23 octobre 2013. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)
L'ancien présentateur du journal télévisé de Channel 2, Gadi Sukenik, vu comme modérateur d'une table ronde lors de la "Jerusalem International Convention for Innovation and Business Development in Electricity and Energy", le 23 octobre 2013. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Gadi Sukenik, un célèbre journaliste israélien, a provoqué l’indignation lundi en insistant sur le fait que les parlementaires du Likud et ceux qui votaient pour eux étaient moins intelligents et moins cultivés que les autres.

Les remarques de Sukenik ont suscité une vague de réactions de la part des membres du Likud à la Knesset qui a été accusé de racisme et d’incitation à la haine.

Le chef du parti du Likud, le député Benjamin Netanyahu, a qualifié les remarques de « condescendantes et scandaleuses » et a déclaré qu’elles faisaient suite à « des années d’incitation à la haine » par « des gauchistes contre les électeurs du Likud ».

« Ce racisme dépasse toutes les limites », a-t-il tweeté, appelant Sukenik à s’excuser.

Le chef de l’opposition a fait l’éloge des électeurs de son parti, qu’il a qualifiés « d’intelligents et d’affûtés, de sionistes et de patriotes au cœur d’or ».

Israel Katz, un autre membre du Likud, a dit que Sukenik était « pathétique », et a tweeté que lui et d’autres membres de la presse de gauche se rabaissaient « quand ils deviennent délirants et cherchent à attirer l’attention en s’en prenant aux partisans du Likud. C’est triste ».

Un autre haut responsable du Likud, Yuli Edelstein, a déclaré que le « spectacle épouvantable » de Sukenik n’était pas un incident isolé, et a insisté sur le fait que le Likud était « un parti du peuple » qui représente tous les segments de la société.

La députée Miri Regev du Likud a également accusé Sukenik « d’incitation à la haine », tweetant « je te méprise ».

Les partisans et les membres du parti de droite Likud accusent depuis longtemps les médias de pencher en faveur de l’aile gauche de la politique israélienne.

L’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu (Likud) avant un vote préliminaire de dissolution de la Knesset pour de nouvelles élections, le 22 juin 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

S’adressant à la Treizième chaîne, Sukenik, un présentateur de télévision qui pendant de nombreuses années a présenté le JT aux heures de grande écoute, a déclaré que les membres et les électeurs du Likud avaient « un niveau d’intelligence, de culture et de dialogue inférieur » à ceux du parti centriste Yesh Atid.

Lorsque les animateurs de l’émission lui ont demandé s’il suggérait que les députés du Likud étaient moins intelligents que leurs homologues de Yesh Atid, M. Sukenik a ajouté : “Regardez-les”.

Il a déclaré que les députés du Likud étaient depuis des années responsables des « cris et de la violence verbale » à la Knesset.

Le député du Likud Yoav Gallant a proposé de passer un test de QI et de comparer ses résultats avec ceux de n’importe quel élu de Yesh Atid choisi par Sukenik.

« Ne soyez pas un raciste petit d’esprit », a-t-il tweeté à Sukenik.

L’affrontement a eu lieu alors que la fièvre électorale s’empare d’Israël, la Knesset devant convoquer des élections qui se tiendront probablement au début du mois de novembre.

Il s’agira des cinquième élections tenues en Israël en l’espace de quatre ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...