Un logiciel pour prédire l’instabilité artérielle – chercheurs israéliens et US
Rechercher

Un logiciel pour prédire l’instabilité artérielle – chercheurs israéliens et US

VitalMiner contrôle les signes vitaux et utilise des algorithmes pour avertir des chocs hémorragiques avant l'apparition des symptômes, offrant des heures cruciales de traitement

Photo d'illustration.. Une équipe de chirurgiens lors d'une opération dans un hôpital.  (Crédit : IStock)
Photo d'illustration.. Une équipe de chirurgiens lors d'une opération dans un hôpital. (Crédit : IStock)

Les chercheurs de l’université Ben Gurion du Negev, du centre médical pédiatrique de Cincinnati et de l’hôpital Hadassah de Jérusalem ont développé un logiciel permettant de prédire l’instabilité artérielle chez les malades des unités de soins intensifs.

Le logiciel peut contrôler les signes vitaux en temps réel et appliquer des algorithmes pour prédire de futurs épisodes d’instabilité hémodynamique, comme les chocs hémorragiques, jusqu’à plusieurs heures avant l’apparition des premiers symptômes sur les systèmes de contrôle actuellement disponibles.

C’est une fenêtre de temps critique où des interventions cliniques sont généralement plus réussies, ont fait savoir les chercheurs mardi dans un communiqué conjoint.

L’unité de transfert technologique de l’université Ben-Gurion cherche dorénavant un partenaire pour aider à développer et à commercialiser cette technologie.

L’instabilité hémodynamique est définie comme une instabilité de la pression artérielle, et en particulier l’hypotension, qui peut mener à un afflux artériel inapproprié du sang vers les organes et à une défaillance de ces derniers. Elle est considérée comme l’un des événements les plus critiques exigeant une intervention prompte et efficace dans l’unité de soins intensifs.

Une fois que les patients sont instables, le traitement est alors plus difficile – et le risque de décès et de pathologie augmente alors.

La nouvelle technologie, qui s’appelle VitalMiner, permet la prédiction anticipée des épisodes d’instabilité hémodynamique chez les malades des unités de soins intensifs, selon un communiqué émis par BGN Technologies, entreprise de transfert technologique de l’université Ben Gurion, et par le centre médical de l’hôpital pédiatrique de Cincinnati, dans l’Ohio.

Le logiciel peut être connecté localement ou à distance aux systèmes d’information clinique et aux contrôleurs des signes vitaux dans une variété de lieux de soins, notamment dans les unités de soins intensifs militaires et civils, les véhicules de soins intensifs ou les services de soins intensifs à domicile.

Lors d’expériences d’évaluation menée sur des données rétrospectives provenant de trois hôpitaux, VitalMiner a montré une capacité de prédiction améliorée de 6 % en termes de sensibilité – la capacité à prédire les épisodes – et de jusqu’à 13 % en spécificité, soit la capacité à identifier les fausses alarmes, comparé aux systèmes existants, a dit le communiqué.

« L’instabilité hémodynamique est une complication grave et potentiellement mortelle au sein des unités de soins intensifs », a commenté le professeur Victor Garcia, directeur fondateur du service de traumatologie au sein de l’hôpital pédiatrique de Cincinnatti et professeur de chirurgie et de pédiatrie à l’école de médecine de l’université de Cincinnati, qui a aidé à développer le logiciel.

« Une prédiction anticipée de la détérioration physiologique des patients en utilisant un logiciel de contrôle ‘intelligent’ et des algorithmes d’apprentissage automatique permettra de sauver des vies et de permettre une réanimation mieux informée des personnes gravement malades ou blessées ».

Selon un rapport établi par Markets&Markets, le marché concernant la surveillance des malades devrait atteindre environ 25 milliards de dollars à l’horizon 2024 contre 18 milliards de dollars en 2017. Il augmente avec un taux de croissance annuel d’environ 6 %.

Le logiciel VitalMiner a été développé par Garcia, aux côtés du professeur Mark Last du département du génie logiciel et des systèmes d’information de l’université Ben Gurion et du professeur Raphael Udassin du département de chirurgie pédiatrique de l’hôpital universitaire Hadassah.

En 2012, l’université Ben-Gurion et l’hôpital pédiatrique de Cincinnati ont entamé une collaboration de plusieurs années pour s’attaquer au manque de dispositifs médicaux créés spécifiquement pour les enfants.

La collaboration a permis de rassembler les capacités techniques et d’ingénierie de l’université Ben Gurion et l’expertise médicale des praticiens du CCHMC. Jusqu’à présent, 2 010 projets ont été examinés par le biais de cette collaboration, sur lesquels sept ont été sélectionnés pour recevoir jusqu’à 100 000 dollars de financement, les fonds étant subordonnés à la réalisation d’avancées et de développements spécifiques aux projets.

L’année dernière, une start-up, Xact Medical, s’est créée sur la base d’un produit qui avait émergé de cette collaboration.

« C’est un exemple excellent du genre d’inventions susceptibles de sauver des vies qui ont émergé de notre partenariat avec l’hôpital pédiatrique de Cincinnati », commente Netta Cohen, directrice exécutive de BGN Technologies. « Cette importante invention ne va pas seulement aider à sauver des vies mais permettre également de raccourcir le temps passé dans une unité de soins intensifs, ce qui réduira les coûts d’hospitalisation. BGN cherche actuellement un partenaire pour développer et commercialiser ce système ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...