Israël en guerre - Jour 282

Rechercher

Un monument en mémoire des victimes de la Shoah bientôt construit à Strasbourg

"Evacuée en 1939, Strasbourg, et l'Alsace, portent le deuil de celles et ceux qui sont morts ici ou lors de leur fuite", a déclaré la maire

L’ancienne synagogue de Strasbourg, quai Kleber, en 1898, brûlée par les nazis en 1940. (Crédit : Domaine public)
L’ancienne synagogue de Strasbourg, quai Kleber, en 1898, brûlée par les nazis en 1940. (Crédit : Domaine public)

Un monument et un jardin en mémoire des victimes de la Shoah vont être construits à Strasbourg à l’endroit où une synagogue a été incendiée par les nazis en 1940, a annoncé jeudi la maire de la ville Jeanne Barseghian.

« Evacuée en 1939, Strasbourg, et l’Alsace, portent le deuil de celles et ceux qui sont morts ici ou lors de leur fuite en Dordogne, dans les maquis ou ailleurs », a déclaré Mme Barseghian (EELV) en présentant le projet sur le site de l’ancienne synagogue, quai Kléber.

« Ils et elles sont au moins au nombre de 3 572, sûrement davantage, et nous continuons de compléter cette liste, et nous souhaitons que tous ces noms soient inscrits dans notre espace public », a-t-elle poursuivi.

Ce site « s’inscrit résolument dans notre plan de lutte contre l’antisémitisme à l’heure où les actes antisémites ont été multipliés par quatre dans notre pays », a souligné la maire, citant les chiffres dévoilés jeudi par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

Un jardin mémoriel, planté de fleurs dans les tons orange et rouge pour représenter le feu ainsi que vert et bleu pour symboliser la vie, va être aménagé. Le périmètre de l’ancienne synagogue sera tracé et une maquette de l’édifice sera exposée.

Sera aussi installée une stèle à la mémoire des victimes du Struthof, l’unique camp de concentration nazi en France, alors installé en Alsace annexée.

L’ancien camp de concentration du Struthof. (Crédit : Colin W/CC.BY SA 3.0/WikiCommons)

« Strasbourg capitale européenne, diplomatique, ville symbole de la souffrance mais aussi de la réconciliation se devait d’avoir un monument de la Shoah », a déclaré Thierry Roos, vice-président honoraire du Consistoire, à l’origine de ce projet.

« Mon père venait prier dans cette synagogue, il me parlait de l’odeur du bois », a-t-il raconté, expliquant que l’édifice était alors situé au « cœur du quartier juif de Strasbourg », aujourd’hui déplacé dans le quartier Contades, autour de la grande synagogue de la Paix, construite en 1954.

Il espère que le lieu permettra « d’éduquer les jeunes » alors que « 18 % des jeunes ne savent pas ce qu’est la Shoah ».

D’un montant de 500 000 euros, le projet doit prendre fin début 2025.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.