Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Un responsable US dément toute réévaluation des liens entre les États-Unis et Israël

24 heures après un éditorial qui affirmait que Washington réexaminait les relations bilatérales, Jérusalem a noté que ce n'était pas la première fois- et que les liens restent forts

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu  lors d'une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 18 juin 2023. (Crédit : Amit Shabi/Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une réunion du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 18 juin 2023. (Crédit : Amit Shabi/Pool)

Vingt-quatre heures après un éditorial écrit par Thomas Friedman dans le New York Times, dans lequel il annonçait que l’administration Biden était en train de réexaminer les liens avec le gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu, un haut-responsable israélien a répondu, mercredi, que « nous n’avons absolument pas connaissance d’une décision qui consisterait à ‘réévaluer’ nos relations de la part du gouvernement américain ».

Il a aussi indiqué que si une telle initiative devait être prise par le président américain, il y a déjà eu des précédents dans l’Histoire, faisant allusion à des décisions similaires qui avaient été prises par Gerald Ford, Ronald Reagan, George H.W. Bush et George W. Bush lorsqu’ils étaient à la Maison Blanche.

« Ce n’est pas un secret que nous avons des désaccords avec le gouvernement américain sur la question de l’établissement d’un état palestinien, sur celle d’un retour dans l’accord sur le nucléaire dangereux qui avait été conclu avec l’Iran et sur le positionnement de Netanyahu concernant la politique du ‘pas de surprise’ en ce qui concerne les actions d’Israël contre l’Iran », a continué le responsable dans une déclaration.

Le responsable a souligné que « les liens entre Israël et les États-Unis se sont renforcés au fil des décennies et la coopération sécuritaire a atteint un niveau sans précédent sous le leadership de Netanyahu. »

« Le Premier ministre Netanyahu s’assurera que cette tendance va continuer », a-t-il ajouté.

L’officiel n’a pas mentionné le nom du président Joe Biden dans sa déclaration.

Photo d’illustration : le président américain Ronald Reagan, à gauche, et le président israélien Menachem Begin, à gauche, en 1981. (Crédit : AP)

Friedman avait écrit que le président américain Joe Biden pensait que le gouvernement utilise sa réforme du système judiciaire comme un écran de fumée pour s’engager « dans un comportement radical sans précédent… qui sape nos intérêts communs avec Israël, nos valeurs communes et la croyance partagée et d’une importance vitale sur le statut de la Cisjordanie qui maintient les espoirs de paix là-bas à peine vivants. »

Au-delà des implications pour Israël en interne, Friedman avait averti que la refonte mettait en danger les « intérêts communs » entre Israël et les États-Unis, citant comme exemple « la croyance partagée selon laquelle l’élargissement de la souveraineté israélienne en Cisjordanie n’était que temporaire et qu’un jour il pourrait y avoir deux États ».

Les éditoriaux de Friedman seraient lus avec une grande attention par Biden.

Le président Joe Biden, à droite, étreint le président Isaac Herzog, à gauche, à la cérémonie d’ouverture des Maccabiades à Jérusalem, le 14 juillet 2022. (Crédit : RONEN ZVULUN / POOL / AFP)

Malgré des visites de haut-rang de la part d’éminents responsables américains de la Défense, la relation politique entre Washington et Jérusalem connaît indéniablement des tensions. Biden n’a pas invité Netanyahu à la Maison Blanche et les hauts-responsables, aux États-Unis, critiquent avec force le gouvernement israélien sur les sujets des implantations et du plan de refonte du système judiciaire.

Cette semaine, Biden a estimé que le gouvernement israélien était « l’un des plus extrémistes » qu’il avait pu connaître au cours de sa carrière et Tom Nides, l’ambassadeur américain sur le départ, a déclaré que les États-Unis cherchaient à empêcher Israël de « dérailler ».

La coalition de Netanyahu est notamment constituée des députés d’extrême-droite Bezalel Smotrich, qui est ministre des Finances, et d’Itamar Ben Gvir, le ministre de la Sécurité nationale, qui ont tous les deux juré de s’opposer à une série de mesures visant à renforcer l’Autorité Palestinienne et qui ont fait part de leur opposition féroce à la perspective d’un État palestinien, réclamant l’expansion des implantations et l’élargissement du contrôle israélien en Cisjordanie.

Malgré ses désaccords avec l’administration Biden, Netanyahu s’est montré sensible aux critiques américaines, et la décision de son gouvernement de modifier le projet de loi et de l’adopter au coup par coup visait peut-être à éliminer les potentiels acerbes critiques de la Maison Blanche.

Avant que Netanyahu n’accepte de suspendre le processus législatif fin mars afin de donner lieu à des pourparlers avec l’opposition, l’administration Biden avait progressivement élevé la voix contre les projets de réforme, notant que l’engagement commun des pays envers des institutions démocratiques fortes est ce qui a contribué à renforcer leur relations bilatérales depuis tant de décennies.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.