Un parti israélien assimile les LGBT et les Juifs réformés aux nazis
Rechercher

Un parti israélien assimile les LGBT et les Juifs réformés aux nazis

Une nouvelle vidéo de campagne virale du parti Noam avertit que les homosexuels et les Juifs libéraux "détruisent la famille et le taux de natalité" et "imposent l'assimilation"

Une vidéo du parti extrémiste homophobe Noam clamant que les Juifs réformés et les homosexuels tentent de continuer le travail de destruction du peuple juif des nazis. Le texte en hébreu dit, "Ils imposent l'assimilation - pour nous faire disparaître de la carte". (Capture écran Twitter)
Une vidéo du parti extrémiste homophobe Noam clamant que les Juifs réformés et les homosexuels tentent de continuer le travail de destruction du peuple juif des nazis. Le texte en hébreu dit, "Ils imposent l'assimilation - pour nous faire disparaître de la carte". (Capture écran Twitter)

Une nouvelle vidéo de campagne du parti Noam, devenue virale mardi soir auprès des utilisateurs des réseaux sociaux de langue hébraïque, compare les Juifs réformés, les militants de gauche et les défenseurs des droits des homosexuels aux nazis et aux kamikazes palestiniens, clamant qu’ils « veulent [tous] nous détruire ».

Dans les sondages, le parti conservateur religieux d’extrême droite est crédité bien loin du seuil d’éligibilité de 3,25 % pour entrer à la Knesset, mais a fait de la lutte contre l’acceptation des LGBT le point central de sa campagne. Il a pour cela financé des panneaux et vidéos publicitaires provocants affublés du slogan « Israël choisit d’être normal » et dénonce la communauté LGBT qui aurait « imposé ses intérêts » au reste de la société israélienne.

La dernière vidéo commence par l’avertissement, « Depuis notre naissance, ils tentent de nous détruire », sur un extrait vidéo du leader nazi Adolf Hitler appelant à « la destruction de la race juive en Europe ».

« Avec l’aide de Dieu », la vidéo continue, « nous sommes revenus à la maison ». Puis vient une image de migrants juifs sur des navires fuyant le blocus de la Palestine mandataire britannique dans les années 1940.

« Mais ils n’ont pas renoncé », poursuit la vidéo, montrant des colonnes de chars arabes. Surviennent ensuite des images de kamikazes palestiniens durant la Seconde Intifada de 2000 à 2004, dont un bus municipal en cendres et l’attentat tristement célèbre de la pizzeria Sbarro [9 août 2001] dans le centre de Jérusalem.

Quand le programme d’extermination nazi, les invasions arabes et les attentats terroristes palestiniens ont tous échoué, explique la vidéo, « ils ont changé leurs méthodes. Ils veulent toujours nous détruire. Mais cette fois-ci, de l’intérieur ».

Aujourd’hui, « ils » désignent les Juifs israéliens libéraux. La vidéo enchaîne sur un reportage télévisé au sujet de l’association controversée de vétérans Breaking the Silence. « Ils infiltrent l’armée pour que nous perdions la prochaine guerre », avertit le clip.

On arrive ensuite à un reportage sur la marche des fiertés : « Ils détruisent la famille et le taux de natalité — pour empêcher une majorité juive », puis viennent des images de prières pour l’égalité au Kotel. « Ils imposent l’assimilation — pour nous effacer de la carte ».

La vidéo conclut : « Mais avec l’aide de Dieu, cette fois-ci, nous vaincrons ».

Une vidéo du parti extrémiste homophobe Noam clamant que les Juifs réformés et les homosexuels tentent de continuer le travail de destruction du peuple juif des nazis. L’image est tirée d’une conférence nazie et est accompagnée d’un texte en hébreu, « Depuis notre naissance, ils tentent de nous détruire ». (Capture écran Twitter)

Dans les cinq heures qui ont suivi sa publication sur les réseaux sociaux, la vidéo a été vue plus de 18 000 fois, et a réuni 77 « likes » et 10 retweets, laissant indiquer qu’elle a été relayée par ses détracteurs et non ses défenseurs.

Le rabbin Tzvi Tau, fondateur de la yeshiva Har Hamor à Jérusalem, est le leader spirituel de ce parti marginal. L’homme de 81 ans est la figure de proue de la lutte de la communauté nationale-religieuse contre l’acceptation des LGBT. En 2017, il avait ainsi écrit que l’homosexualité est la « pire déviance, qui brise la vie de famille… et contredit le fondement de l’existence humaine ».

Parmi les fondateurs de la formation figurent le président de l’association anti-LGBT Hazon, Dror Aryeh ; le rabbin de l’implantation de Migron Itai Halevi ; l’homme d’affaires Ariel Shahar et un résident de Kfar Adumim, Yigal Canaan, qui travaille dans le tourisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...