Un père israélien de 4 enfants tué par une roquette tirée depuis Gaza à Ashkelon
Rechercher

Un père israélien de 4 enfants tué par une roquette tirée depuis Gaza à Ashkelon

Quelque 430 roquettes ont été tirées en tout depuis samedi matin par les groupes terroristes palestiniens qui songent à accroître la portée de leurs projectiles

Le système de défense aérienne israélien du Dôme de fer élimine des roquettes tirées de Gaza près de Sderot, en Israël, le samedi 4 mai 2019. (Crédit : AP / Ariel Schalit)
Le système de défense aérienne israélien du Dôme de fer élimine des roquettes tirées de Gaza près de Sderot, en Israël, le samedi 4 mai 2019. (Crédit : AP / Ariel Schalit)

Un Israélien a été tué dans la nuit de samedi à dimanche après qu’une roquette a été tirée depuis la bande de Gaza sur la ville israélienne d’Ashkelon, ont annoncé dimanche des responsables.

L’homme, identifié comme étant Moshe Agadi, 58 ans, père de quatre enfants, a été déclaré mort après avoir été transporté à l’hôpital Barzilai d’Ashkelon, blessé par un éclat de balles, après que la roquette eut frappé son domicile dans la ville, dimanche vers 2h30.

Il est le premier Israélien tué depuis le début, samedi, de la nouvelle flambée de violences entre l’Etat hébreu et les groupes terroristes palestiniens.

Le maire d’Ashkelon, Tomer Galam, a déclaré dans une vidéo que la ville était en deuil après le décès d’Agadi.

« C’est une heure difficile pour Ashkelon. Nous sommes tous en deuil. Nous sommes blessés et déchirés par l’énormité de la tragédie qui a frappé l’une des familles les plus anciennes et les plus connues de la ville », a-t-il déclaré.

Son beau-frère, qui habite à proximité, a confié au site d’information Walla qu’il s’est précipité vers la maison touchée après avoir entendu l’impact. « Je l’ai entendu crier et j’ai appelé une ambulance. Les alarmes à la roquette ne s’arrêtaient pas. »

« Nous ne savons pas comment continuer à partir d’ici. Si Moshé était là, il nous aurait donné de l’espoir. Nous sommes impuissants, » a déclaré Shai Agadi, un des frères.

Un autre frère, Shmuel, a déclaré à la radio israélienne que Moshé « est allé fumer une cigarette entre deux barrages [de roquettes] sans arriver à temps à l’abri. Ils ont essayé de le réanimer mais ils l’ont perdu en se rendant à l’hôpital. »

Le président Reuven Rivlin a adressé ses condoléances à la famille de Moshe Agadi. « Nous vous envoyons beaucoup de réconfort et partageons votre grande tristesse », a déclaré Rivlin dans un tweet.

https://twitter.com/newsisrael13/status/1124905181987184640

Un Palestinien travaillant en Israël avait été tué lors d’une frappe à la roquette à Ashkelon en novembre.

L’armée israélienne a déclaré que 180 roquettes avaient été tirées sur Israël entre samedi soir et dimanche matin, ce qui porte à environ 430 le nombre de roquettes tirées depuis le début des combats, samedi matin. Selon l’armée, plus de 100 roquettes ont été abattues par le système de défense antimissile du Dôme de fer, qui a enregistré un taux de réussite de près de 90 %.

Dans une déclaration commune, les ailes armées des groupes terroristes basés à Gaza, le Hamas et le Jihad islamique, menacent d’accroître la portée des roquettes lancées contre Israël.

« Un barrage d’environ 50 roquettes a été tiré sur la région d’Ashkelon, et nous envisageons une augmentation des tirs à plus de 40 kilomètres dans les heures à venir si l’agression se poursuit », indique le communiqué, faisant référence aux frappes de représailles israéliennes qui ont ciblé des cibles du Hamas et tué six personnes.

Au vu de « l’insistance d’Israël à frapper des maisons, la résistance palestinienne a décidé de réagir de manière sans précédent », ont ajouté les groupes terroristes, selon une traduction du site d’information Ynet.

La ville de Rishon Lezion, au sud de Tel Aviv, a annoncé dimanche matin l’ouverture de ses abris anti-bombes.

« Compte tenu de la portée croissante des tirs, j’ai ordonné que les abris soient ouverts afin de mieux préparer la sécurité des habitants de la ville », a déclaré le maire de Rishon Lezion, Raz Kinstlich.

Les médecins israéliens ont soigné 58 personnes au cours de la journée de samedi dans le sud d’Israël, la plupart d’entre elles pour des crises d’angoisse provoquées par des roquettes et des obus de mortier venant de la bande de Gaza, a annoncé le service d’ambulance du Magen David Adom.

Trois personnes ont été directement blessées par des projectiles. Une femme de 80 ans a été grièvement blessée par une roquette à côté de l’arrêt de bus où elle se trouvait à Kiryat Gat. Un homme dans la cinquantaine a été légèrement blessé par un éclat d’obus à Ashkelon, blessé aux bras et aux jambes. Un homme de 45 ans de la ville bédouine de Lakia a été légèrement blessé par un éclat d’obus à la jambe.

Dix personnes ont été légèrement blessées alors qu’elles tombaient en courant pour bombarder des abris.

Les 45 restants ont souffert d’attaques de panique causées par les roquettes et les obus de mortier, selon MDA.

Quelque 210 000 élèves du sud d’Israël auront un jour de congé en raison de la persistance des tensions avec Gaza. Les autorités ont ordonné à toutes les écoles situées dans un rayon de 40 kilomètres de la bande de rester fermées dimanche.

Les autorités affirment également que les lieux de travail qui n’ont pas accès à un abri anti-bombe seront fermés, mais que tous les autres restent ouverts.

Certains parents sont mécontents de cet arrangement. « Je ne comprends pas comment il est possible d’annuler l’école sans fermer des lieux de travail non essentiels », a déclaré une mère au site d’information Maariv. « Qui surveillera nos enfants, le Dôme de fer ? »

Selon le Jihad islamique, deux hommes tués pendant la nuit étaient des membres de l’aile armée de la brigade Quds du groupe terroriste palestinien, soutenu par l’Iran. Mahmoud Sobhi Issa, 26 ans, et Fawzi Abdel Halim Bawadi, 24 ans, sont désignés comme les deux hommes tués dans le camp de réfugiés de Bureij.

Les deux hommes portent à six le nombre de morts palestiniens, dont une femme et un bébé tués dans une explosion dont Israël affirme qu’ils n’étaient pas responsables. Le ministère de la Défense a déclaré que les deux avaient probablement été tués par un lancement raté de roquette.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...