Rechercher

Un plan destiné à rapprocher la Diaspora juive US d’Israël sur la sellette ?

En raison de la montée de l'extrême droite, le plan de 2,3 M de $ entre le ministère israélien de la Diaspora et les mouvements réformé et massorti US pourrait ne pas voir le jour

Des dirigeants juifs réformés et massorti au mur Occidental, à Jérusalem, en 2016. (Crédit :  Mouvement israélien pour le judaïsme réformé)
Des dirigeants juifs réformés et massorti au mur Occidental, à Jérusalem, en 2016. (Crédit :  Mouvement israélien pour le judaïsme réformé)

JTA – Inquiet que les valeurs progressistes, largement répandues chez les Juifs américains, alimentent un scepticisme croissant à l’égard de l’État juif, le gouvernement israélien a décidé de lancer un plan sans précédent pour contrer cette tendance, selon des documents internes obtenus par le groupe de surveillance Shomrim.

Les documents révèlent un partenariat s’élevant à 2,3 millions de dollars entre le ministère israélien des Affaires de la Diaspora et les mouvements réformé et massorti (conservateur) des États-Unis, axé sur la défense des intérêts d’Israël auprès des jeunes Juifs américains libéraux.

Uri Blau, de Shomrim, a rapporté que l’exécution du plan est incertaine suite aux récentes élections en Israël, qui ont révélé une montée significative de l’extrême-droite, et d’un politicien, en particulier, qui avait qualifié le judaïsme réformé de « fausse religion ».

Les négociations entre les factions politiques étant en cours, la forme finale du prochain gouvernement du pays n’a pas encore été déterminée, mais les différents plausibles scénarii ont mis de nombreux Juifs américains mal à l’aise en raison du racisme et de l’homophobie de certains des élus. Les dirigeants réformés ont déclaré que la démocratie israélienne était en péril.

Un gouvernement comprenant des ultra-nationalistes « conduira presque immanquablement à des moments difficiles dans les relations américano-israéliennes et sera douloureux pour les Juifs du monde entier qui ne verront pas l’Israël qu’ils aiment et auquel ils croient se refléter dans ces dirigeants, ni dans les politiques qu’ils mènent », a déclaré l’Union pour le judaïsme réformé dans une déclaration.

Le ministre israélien sortant des Affaires de la Diaspora, Nachman Shai, a déclaré à Shomrim que même si les gouvernements israéliens précédents étaient réticents à s’engager avec les mouvements réformé et massorti, il en avait fait une priorité. Selon lui, les tensions entre les deux camps sont liées aux valeurs respectives.

Le ministre des Affaires de la Diaspora, Nachman Shai, s’exprimant lors du sommet national du Israeli American Council, le 11 décembre 2021. (Crédit : Noam Galai)

« C’est pourquoi il est très important pour le gouvernement actuel de mettre l’accent sur les valeurs partagées par nous et par eux, telles que la diversité et la représentation des minorités », a déclaré Shai. « Nous voulons démontrer que nous partageons néanmoins des valeurs communes. »

Les documents du ministère de Shai, qui ont fait l’objet d’une fuite, montrent que lui et d’autres responsables israéliens sont attentifs au fait que les Juifs américains sont devenus plus critiques envers Israël au fil du temps.

L’auteur de l’analyse contenue dans ces documents attribue, à l’adoption de valeurs progressistes par les Juifs américains, la responsabilité de la montée des courants anti-Israël au sein de la communauté. Cette situation est le résultat de « l’internalisation du cadre du discours progressiste chez un nombre croissant de Juifs », indiquent les documents, selon Shomrim.

L’analyse indique également que l’identité, l’unité et le caractère communautaire des Juifs américains sont menacés par l’évolution des attitudes envers Israël.

Les fonds alloués à ce plan seraient destinés à faire venir des jeunes Américains en Israël pour des formations et des voyages éducatifs, à organiser des événements communautaires aux États-Unis et à d’autres activités de promotion connexes.

Le ministre de la Défense Benny Gantz, la ministre de l’Immigration et de l’Intégration Pnina Tamano-Shata et le ministre des Affaires de la Diaspora Nachman Shai défilant lors de la parade Celebrate Israel, à Manhattan, le 22 mai 2022. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Les documents obtenus par Shomrim ne font aucune mention des questions qui, selon de nombreux Juifs libéraux américains, les dérangent à propos d’Israël, notamment le pluralisme religieux et les implantations.

Les termes « Palestiniens », « implantations », « mur Occidental », « égalité » et « mariage mixte », ainsi qu’une longue liste de sujets qui sont à l’origine du conflit avec le judaïsme américain n’y figurent pas », a rapporté Blau.

Les dirigeants des mouvements réformé et massorti ont été interviewés par Shomrim avant les dernières élections législatives. Ils ont, par la suite, refusé de s’exprimer sur le sujet après le vote du 1er novembre, qui a permis à Benjamin Netanyahu de revenir au pouvoir avec le soutien de son bloc politique (droite, religieux et extrême-droite).

Mardi, la branche sioniste du mouvement mondial massorti, MERCAZ Olami, a publié une déclaration suggérant qu’une coalition incluant des extrémistes de droite pourrait menacer les liens que l’initiative gouvernementale était censée renforcer.

« Il est impossible d’ignorer le fait que la coalition, qui semble se profiler, comprendra des politiciens dont les positions concernant les éléments fondamentaux de la démocratie et de la diversité (tels que le pluralisme juif, la communauté LGBTQ et les minorités vulnérables) diffèrent considérablement des valeurs qui ont guidé le sionisme depuis sa création », peut-on lire dans la déclaration du groupe, qui a été approuvée par près d’une douzaine de groupes associés au mouvement massorti.

« Les ponts entre Israël et le judaïsme mondial pourraient être gravement endommagés si un pas en arrière est fait sur des questions sensibles telles que le Kotel égalitaire, la conversion, et qui est juif. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...