Un premier cas de variant Delta-Plus découvert en Israël
Rechercher

Un premier cas de variant Delta-Plus découvert en Israël

Ce cas concerne une femme vaccinée revenant de l'étranger ; les voyageurs, même vaccinés, revenant de pays très touchés pourraient bientôt devoir se mettre à l'isolement

Les voyageurs à l'aéroport Ben-Gurion, le 20 juin 2021. (Crédit : Yossi Aloni/FLASH90)
Les voyageurs à l'aéroport Ben-Gurion, le 20 juin 2021. (Crédit : Yossi Aloni/FLASH90)

Le premier cas de variant Delta-Plus a été découvert en Israël, selon des informations qui ont été rendues publiques mercredi. Cet événement survient alors qu’un haut-responsable de la Santé a annoncé que les voyageurs vaccinés entrant en Israël en provenance de pays affichant un taux élevé de coronavirus pourraient rapidement devoir se soumettre à une quarantaine obligatoire.

Le variant Delta, qui serait deux fois plus contagieux que la souche Alpha initiale, serait responsable de 90% des nouveaux cas de coronavirus en Israël depuis deux semaines. Le variant Delta-Plus est une nouvelle mutation du variant Delta, et il est encore peu connu.

Ce nouveau variant a été diagnostiqué chez une femme vaccinée qui est revenue au sein de l’État juif depuis l’étranger, a fait savoir le quotidien Haaretz qui n’a pas identifié le pays d’origine de la passagère.

Un homme entré en contact avec cette femme en Israël a depuis contracté le virus. Un travail de séquençage génétique est actuellement en cours pour éventuellement identifier la souche Delta-Plus, a précisé le journal.

Cette information n’a pas encore été confirmée par le ministère de la Santé.

Mercredi également, le responsable de la lutte contre le coronavirus en Israël, Nachman Ash, a annoncé que les voyageurs vaccinés revenant de destinations présentant un risque élevé en termes de COVID-19 auront l’obligation de se mettre à l’isolement suite à l’épidémie entraînée par le variant Delta – qui a entraîné une forte hausse du nombre de nouveaux cas quotidiens, qui ont franchi la barre des 500.

« Nous allons étendre l’exigence de quatorzaine aux personnes vaccinées qui reviennent de pays faisant l’objet de mises en garde aux voyageurs », a confié Ash aux journalistes.

Un Israélien effectue un test de dépistage au coronavirus dans un centre du plateau du Golan suite à une reprise épidémique, le 7 juillet 2021. (Crédit : Michael Giladi/Flash90)

Actuellement, les Israéliens vaccinés ou en rémission de coronavirus sont exemptés de quatorzaine à leur retour dans le pays, sauf s’ils reviennent d’États très touchés par le coronavirus où les voyages sont par ailleurs interdits : l’Argentine, le Brésil, l’Afrique du sud, l’Inde, le Mexique et la Russie. Cet ordre de quatorzaine ne s’étendra par pour autant aux pays faisant l’objet d’un simple avertissement aux voyageurs compte-tenu de leur taux d’incidence élevé : Les Émirats arabes unis, les Seychelles, le Chili, le Costa Rica et la Géorgie.

Même si Ash a semblé sûr de ce changement de politique, cette mesure n’a pas été approuvée par les ministres appartenant au cabinet chargé de la lutte contre le coronavirus qui se sont réunis mercredi.

Ils ont donné leur feu vert une ordonnance stipulant que tous les voyageurs en provenance de l’étranger devront se placer à l’isolement le temps de recevoir le résultat négatif d’un test de dépistage à la COVID-19 qui sera effectué obligatoirement à l’aéroport, à l’entrée sur le territoire.

Mais le gouvernement s’est largement gardé de réimposer de nouvelles restrictions pour contrer le taux de morbidité croissant dans le pays, une hausse attribuée au variant Delta.

Malgré cette augmentation des cas, Ash a déclaré aux journalistes, mercredi, qu’il était très peu probable qu’un nouveau confinement soit mis en place.

Le ministère israélien de la Santé a diffusé des données, lundi, qui semblent bien indiquer que le vaccin Pfizer-BioNTech prévient très largement les formes graves de la COVID-19 et les hospitalisations, mais qu’il a aussi une efficacité significativement moindre pour empêcher la propagation du variant Delta du coronavirus.

Selon le ministère et au vu de la propagation du variant Delta, la capacité du vaccin Pfizer à empêcher le développement de cas symptomatiques de la COVID-19 a chuté d’environ 30 % – à 64 %. Les chiffres montrent qu’au mois de mai, quand cette souche était moins dominante sur le territoire, le vaccin était efficace à 94,3 %.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...