Un rabbin critique la blague de Trump sur les non-Chrétiens
Rechercher

Un rabbin critique la blague de Trump sur les non-Chrétiens

Le rabbin Jonah Pesner affirme que cibler des personnes à un rassemblement politique sur la foi, même dans une boutade, est inacceptable

WASHINGTON – La plaisanterie de Donald Trump lors d’un rassemblement, au cours duquel il a ciblé les gens qui ne sont pas Chrétiens conservateurs, était « inacceptable », a déclaré un rabbin réformiste.

« Levez la main si vous n’êtes pas un Chrétien conservateur », a déclaré Trump lors d’un rassemblement le 28 septembre au conseil de Bluffs dans l’Iowa après avoir estimé que la foule était conservatrice et majoritairement chrétienne.

« Je veux voir cela, ok. Oh, il y a quelques personnes, mais ce n’est pas grave. Je pense que nous allons les garder. Faut-il les garder dans la salle ? Oui ? Je pense ».

L’Iowa est un Etat important pour le candidat républicain et il espère convaincre les conservateurs religieux de l’Etat pour vaincre Hillary Clinton, la candidate démocrate à la présidence. Se moquer de ses partisans fait partie de la routine de campagne de Trump.

Rabbi Jonah Pesner, le directeur du Centre d’action religieuse du mouvement réformiste, a déclaré dans un communiqué que, même dans le cadre d’une boutade, les propos de Trump étaient inacceptables et a lié la plaisanterie aux déclarations de Trump contre les musulmans.

« Cibler les gens dans une foule lors d’un rassemblement politique, sur la base de leur foi ou leur manque de foi, même en tant que blague, est inacceptable », a déclaré Pesner.

« Cela devrait être évident aux États-Unis en 2016, mais ça ne l’est pas, » a-t-il déploré. « Un candidat qui a appelé à l’interdiction des réfugiés en fonction de leurs croyances religieuses et à l’augmentation de la surveillance dans les maisons de culte a établi un modèle d’intolérance et de boucs émissaires. L’Amérique a été fondée sur l’idéal de la liberté religieuse ».

Trump a déclaré pendant la campagne qu’il donnerait aux chrétiens plus de pouvoir et de respect, en disant aux pasteurs évangéliques que « nous allons vous redonner votre voix » et à plusieurs reprises en disant : « Nous allons protéger le christianisme ».

La campagne de Trump, qui est souvent connu pour son côté nationaliste, a obtenu le soutien de l’ancien du Ku Klux Klan, David Duke, qui est maintenant le chef du Parti nazi américain et de dizaines de suprémacistes blancs auto-proclamés.

David Duke, leader de la suprématie blanche, en Allemagne en 2002. (Crédit : Aubignosc, CC BY-SA 3.0, via WikiCommons)
David Duke, leader de la suprématie blanche, en Allemagne en 2002. (Crédit : Aubignosc, CC BY-SA 3.0, via WikiCommons)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...