Rechercher

Un rabbin ultra-orthodoxe dénonce les visites juives sur le Mont du Temple

Gershon Edelstein a qualifié la Marche des drapeaux "d'inutile et dangereuse" lors d'une réunion avec des législateurs haredi

Le Rabbi Gershon Edelstein, directeur de la yeshiva Ponovitz, chez lui après avoir allumé les bougies le quatrième soir de Hanoukkah, à Bnei Brak, le 5 décembre 2018. (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)
Le Rabbi Gershon Edelstein, directeur de la yeshiva Ponovitz, chez lui après avoir allumé les bougies le quatrième soir de Hanoukkah, à Bnei Brak, le 5 décembre 2018. (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)

L’un des plus hauts rabbins ultra-orthodoxes d’Israël a exprimé samedi sa vive opposition à la Marche des drapeaux à l’occasion de Yom Yeroushalayim lors d’une réunion avec quatre législateurs haredi.

Le rabbin Gershon Edelstein a demandé aux députés s’ils « ne comprennent pas que cette marche est inutile et dangereuse », selon le site d’information Walla.

Edelstein aurait également exprimé le souhait d’empêcher les Juifs de se rendre sur le Mont du Temple et aurait qualifié ces visites de provocation. Les dirigeants haredi s’opposent généralement à ces visites, estimant que la sainteté du site interdit de s’y rendre de nos jours.

Edelstein, figure de proue de la communauté ultra-orthodoxe, a fait ces commentaires lors d’une réunion avec des représentants de Degel HaTorah, l’une des deux factions qui composent Yahadout HaTorah, représentant la communauté ultra-orthodoxe lituanienne non hassidique.

Les représentants ont principalement discuté de questions politiques au cours de la réunion. Edelstein a exprimé son opposition à de nouvelles élections si le gouvernement actuel devait tomber, estimant qu’un gouvernement alternatif devrait être établi au sein de la Knesset actuelle, selon le reportage.

Il s’agissait de la première réunion de faction de ce type depuis la mort du rabbin Chaim Kanievsky – une autre autorité rabbinique haredi – en mars.

Des Israéliens brandissant leur drapeau national se rassemblent à la porte de Damas de la vieille ville de Jérusalem pour marquer Yom Yeroushalayim, le 29 mai 2022. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

Yom Yeroushalayim, qui marque la conquête par Israël de la Vieille Ville et de Jérusalem-Est sur la Jordanie lors de la guerre des Six Jours en 1967, est célébrée aujourd’hui principalement par les nationalistes religieux. Les jeunes défilent notamment dans la Vieille Ville à l’occasion de la controversée Marche des drapeaux.

Le groupe terroriste Hamas, basé à Gaza, a tiré un barrage de roquettes sur Jérusalem pendant la marche de l’année dernière, déclenchant ce qui est devenu une guerre de 11 jours entre les groupes terroristes de Gaza et Israël.

Les responsables israéliens sont déterminés à permettre à la Marche de suivre le même itinéraire qu’elle a emprunté au cours des décennies de célébrations précédentes, même au risque d’une réponse du Hamas. Les évaluations de sécurité auraient conclu que le Hamas, qui aurait mis ses unités de roquettes en état d’alerte, ne tirera pas à moins que des affrontements violents ne se produisent sur le Mont du Temple.

La police a déployé quelque 3 000 agents pour sécuriser le rassemblement de cette année.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...