Rechercher

Un sexagénaire tué au volant dans une collision avec un chameau dans le sud d’Israël

Les secouristes ont constaté la mort de l’homme sur les lieux de l’accident, près du kibboutz Lahav

Illustration : Des médecins sur les lieux d'un accident de voiture dans le sud d'Israël, le 25 novembre 2021 (Crédit : capture d'écran : Magen David Adom)
Illustration : Des médecins sur les lieux d'un accident de voiture dans le sud d'Israël, le 25 novembre 2021 (Crédit : capture d'écran : Magen David Adom)

Un homme a été tué, tôt lundi, après être entré en collision avec un chameau sur la route 358 entre la ville de Lakia et le kibboutz Lahav, dans le sud d’Israël.

Les premiers intervenants ont déclaré que le véhicule avait dévié de sa course sur environ 40 mètres avant de se retourner. À l’intérieur du véhicule, le conducteur était inconscient, souffrant de multiples lésions, selon le témoignage des secouristes du Magen David Adom .

L’homme, âgé de 65 ans, a été déclaré mort par les secours sur les lieux.

La police a déclaré enquêter sur les circonstances exactes de l’accident et faire en sorte de localiser le propriétaire du chameau, qui pourrait faire face à des charges criminelles.

En 2018, l’État d’Israël a adopté une loi stipulant que les chameaux doivent être identifiés par une puce électronique insérée sous la peau, similaire à celle que l’on trouve sur les chiens. Leurs propriétaires sont tenus pénalement responsables en cas d’implication dans des accidents de la route.

La loi sur le marquage et la surveillance des animaux oblige les propriétaires à inscrire leurs chameaux dans un registre et respecter certaines conditions pour les garder, afin de limiter le nombre de décès et blessures causés par les chameaux divaguant sur les routes du sud d’Israël.

Les données publiées par le ministère de l’Agriculture montrent que les communautés bédouines du Neguev, dans le sud d’Israël, où les chameaux errants sont endémiques, ne respectaient pas pleinement la loi, car les chameaux continuaient d’être impliqués dans des accidents de voiture mortels.

Des chameaux errants arrêtés dans le sud d’Israël, le 9 juillet 2017. (Crédit : ministère de l’Agriculture)

L’ex-député arabe israélien, Abd al-Hakim Hajj Yahya, a déclaré en 2019 que la loi faisait « partie intégrante de la guerre menée contre les Arabes bédouins du Neguev ».

D’autres députés ont depuis noté que le problème serait résolu si le gouvernement reconnaissait les 4 000 chameaux du Neguev comme animaux de pâturage et leur attribuait des pâturages.

Au cours de la dernière décennie, près de 400 personnes ont été blessées dans des accidents de voiture impliquant des chameaux errants. Quelque 17 personnes sont mortes et 60 ont été grièvement blessées, selon les données publiées par l’Association Or Yarok pour une conduite plus sûre en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...