Un soldat soupçonné d’avoir fait croire à son enlèvement après avoir déserté
Rechercher

Un soldat soupçonné d’avoir fait croire à son enlèvement après avoir déserté

Durant six heures, l’armée, la police et le Shin Bet ont tenté de retrouver un militaire qui a appelé les autorités en affirmant avoir été enlevé

Illustration : Des soldats de Tsahal courent le long de la plage, le 13 février 2014 (Omer Shaul / porte-parole de Tsahal / Flickr)
Illustration : Des soldats de Tsahal courent le long de la plage, le 13 février 2014 (Omer Shaul / porte-parole de Tsahal / Flickr)

Un soldat de l’armée israélienne aurait fait croire à son propre enlèvement mercredi, obligeant l’armée et les agences sécuritaires à déployer d’intenses efforts durant six heures afin de le localiser.

Le soldat a finalement été localisé dans la ville de Tibériade, dans le nord du pays, où il était parti en vacances avec ses amis.

Le soldat de l’armée de l’air, qui avait quitté son service durant plusieurs semaines, a appelé une salle des opérations militaires et prétendu qu’il avait été enlevé et ne pouvait plus parler, avant de raccrocher, a rapporté jeudi Hadashot.

L’armée a immédiatement déployé de nombreux soldats et renforcé sa présence aux points de contrôle dans toute la Cisjordanie, craignant qu’il ait été enlevé par des terroristes palestiniens.

Tout en mobilisant ses troupes, les forces de sécurité israéliennes ont soupçonné qu’il s’agissait d’un canular, selon le reportage de la chaine. Tsahal a néanmoins lancé des recherches visant à localiser le soldat. Ils ont ainsi localisé son téléphone portable et établi la liste de ses appels. La police et le Shin Bet ont également été appelés en renfort, conformément à l’accord passé en 2014, quand trois adolescents israéliens ont été assassinés par des terroristes palestiniens alors que leur appel au secours avait dans un premier temps été soupçonné d’être lui aussi un canular.

Finalement, grâce à son téléphone, le soldat a été localisé par les forces de sécurité à Tibériade. Il a été interpellé et a affirmé que son téléphone avait été volé, selon le reportage de Hadashot.

Un communiqué de l’armée a déclaré qu’elle « traitait avec sérieux toute alerte sur la sécurité personnelle de ses militaires. Immédiatement après avoir reçu un rapport concernant la possibilité qu’un soldat ait disparu, l’information a été minutieusement vérifiée et partagée avec la police militaire et la police israélienne. »

« Peu de temps après, il s’est avéré qu’il s’agissait d’une fausse alerte. Le dossier a été transmis à la police militaire et une enquête a été ouverte. »

Les trois adolescents enlevés et assassinés, de gauche à droite : Naftali Fraenkel, Gil-ad Shaar et Eyal Yifrach (Crédit : autorisation)

Dans l’incident de 2014, Eyal Yifrach, Gilad Shaar et Naftali Fraenkel ont été enlevés par une cellule du Hamas en Cisjordanie. La police a reçu un appel de Shaar quelques minutes plus tard. Les fonctionnaires ont affirmé l’avoir entendu chuchoter « Nous avons été kidnappés », avant que l’appel ne soit brusquement coupé.

L’armée israélienne a eu connaissance de l’information et des enlèvements seulement plus tard, quand l’un des parents des adolescents a informé la police qu’il avait perdu le contact avec son fils. Pendant plusieurs heures, la police a cru qu’il s’agissait d’un canular. Les recherches visant à localiser les adolescents n’ont débuté que le lendemain matin.

Il a été découvert plus tard que les trois adolescents avaient été abattus peu de temps après leur enlèvement et leurs cadavres jetés dans un champ. Une enquête a révélé que, dans l’appel téléphonique initial d’une durée de deux minutes, au moins 10 coups de feu ont pu être entendus.

L’incident a conduit à une recrudescence des tensions entre Israël et le Hamas, menant finalement à un conflit de 50 jours à Gaza.

En 2015, deux Israéliens ont été impliqués dans une affaire de soi-disant kidnapping suite à un échec amoureux. Les forces israéliennes ont alors mené d’intenses recherches en Cisjordanie. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’une fausse alerte et l’Etat d’Israël a poursuivi les deux individus en justice afin qu’ils remboursent les frais liés aux recherches. Ces efforts, qui ont duré plusieurs heures, ont coûté plusieurs millions de shekels à l’Etat, selon la police, alors que des hélicoptères, des salles des opérations et de nombreux soldats ont été déployés.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...