Israël en guerre - Jour 293

Rechercher

Deux soldats tués dans le sud de Gaza ; le bilan de l’incursion terrestre atteint 240

Les sergents-chefs Ido Eli Zrihen, et Nerya Belete servaient tous deux dans la Brigade Givati ; Tsahal confirme la fin du raid sur l'hôpital Nasser de Khan Younès

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

A droite : Le sergent-chef Ido Eli Zrihen, 20 ans, de Jérusalem ; A gauche ; Nerya Belete, 21 ans, originaire de Shavei Shomron, tués sur le front dans le sud de Gaza, le 24 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
A droite : Le sergent-chef Ido Eli Zrihen, 20 ans, de Jérusalem ; A gauche ; Nerya Belete, 21 ans, originaire de Shavei Shomron, tués sur le front dans le sud de Gaza, le 24 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a arrêté plusieurs terroristes qui tentaient de se cacher parmi un groupe de civils évacuant des zones de combat dans le sud de la bande de Gaza, à Khan Younès, a indiqué dimanche Tsahal, illustrant les difficultés des combats dans ce territoire surpeuplé, alors qu’Israël est de plus en plus critiqué pour les menaces croissantes qui pèsent sur les civils palestiniens.

L’annonce par Israël de la fin d’un raid d’une semaine sur un hôpital de Khan Younès a accentué le problème. Israël a maintenu qu’il avait tenté de prendre en compte les besoins des patients tout en affirmant que des armes et des terroristes avaient été trouvés sur place, ce qui a nécessité l’opération dans un complexe normalement interdit aux combats.

La mort de deux soldats a porté à 240 le nombre de morts depuis le 27 octobre, date à laquelle a été lancée l’incursion terrestre, alors que les troupes continuent de se battre dans divers points sensibles de la bande de Gaza. Une incursion imminente dans la ville de Rafah, à l’extrême sud de Gaza, a été reportée après que les pourparlers sur une trêve et un accord de libération des otages ont semblé faire de rares progrès au cours du week-end.

Les combats ont chassé les civils de Gaza de nombreuses régions, les poussant en grande partie vers le sud, vers Rafah et d’autres régions le long de la frontière égyptienne où des zones de sécurité ont été établies. Chaque jour, des milliers de personnes fuient les combats pour tenter de se mettre à l’abri, mais craignent que cette sécurité ne dure pas si Israël étend son opération terrestre à Rafah, le dernier bastion du groupe terroriste palestinien du Hamas dans la bande de Gaza.

Des Palestiniens fuyant leurs maisons après un bombardement israélien à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 24 février 2024. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

D’intenses combats se poursuivent à Khan Younès, à quelque cinq kilomètres au nord de Rafah. Selon l’armée, les terroristes ont été capturés par les troupes de la 7e Brigade du Corps Blindé Mécanisé alors qu’ils tentaient de fuir parmi la population civile, ce qui confirme les affirmations israéliennes selon lesquelles le Hamas et d’autres groupes terroristes s’intègrent dans la population civile, mettant en danger les non-combattants.

Tsahal n’a pas précisé comment les soldats avaient pu repérer les terroristes parmi les civils, mais a noté que les troupes avaient tué plusieurs autres terroristes armés et localisé des armes dans la zone.

Les deux soldats israéliens tués sont le sergent-chef Ido Eli Zrihen, 20 ans, originaire de Jérusalem, et le sergent-chef Nerya Belete, 21 ans, originaire de Shavei Shomron, en Cisjordanie. Tous deux combattaient au sein de l’unité de reconnaissance Givati dans le sud de la bande de Gaza.

En outre, un officier et deux soldats de la Brigade Givati ont été grièvement blessés lors de combats dans le sud de la bande de Gaza, a indiqué l’armée.

Des soldats de l’armée israélienne opérant à l’intérieur de la bande de Gaza, sur une photo non datée publiée le 25 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Les soldats ont participé à des combats rapprochés contre le Hamas, tuant des terroristes lors de fusillades, tendant des embuscades avec des tireurs d’élite, et faisant appel à des frappes aériennes.

Les troupes ont effectué des raids sur un certain nombre de sites et ont trouvé des armes, des explosifs, des grenades, des fusils et d’autres équipements militaires. Un lance-roquettes et un projectile à longue portée ont été découverts cachés dans un réfrigérateur dans un laboratoire médical de la région, a déclaré l’armée.

Tsahal a également confirmé avoir terminé une « opération précise et limitée » à l’hôpital Nasser, où quelque 200 terroristes présumés ont été arrêtés, dont certains auraient des liens avec l’attaque du 7 octobre sur le sud d’Israël et la prise d’otages. Près de 1 200 personnes ont été tuées lors de l’assaut mené par le Hamas contre des communautés proches de Gaza, qui a déclenché la guerre, et 253 autres ont été prises en otage, pour la plupart des civils.

L’armée a confirmé avoir trouvé à l’hôpital des boîtes de médicaments scellées portant les noms d’otages israéliens, qui faisaient partie d’envois apparemment effectués par des proches sans l’intervention du gouvernement israélien.

Des médicaments destinés à des otages trouvés à l’hôpital Nasser, à Khan Younès, dans le sud de Gaza , dans une image autorisée à la publication le 18 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Des otages israéliens avaient déjà été détenus à l’hôpital Nasser, selon les témoignages de captifs libérés et de terroristes présumés interrogés.

Tsahal a déclaré que des armes appartenant à des terroristes du Hamas avaient également été trouvées au cours de plusieurs jours d’opérations dans l’hôpital.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que l’hôpital, le deuxième plus grand de Gaza et crucial pour les services de santé paralysés, n’a pas pu fonctionner pendant le raid d’une semaine, le qualifiant de « coup dur pour le système de santé de Gaza ».

Toutefois, l’armée a déclaré qu’elle s’était efforcée « d’assurer une perturbation minimale des activités en cours de l’hôpital et de ne pas nuire aux patients et au personnel soignant », en livrant un générateur de remplacement après que celui de l’hôpital a cessé de fonctionner pendant l’opération et en permettant la livraison de carburant dans les locaux pour maintenir le générateur en état de marche. Elle a nié que l’alimentation électrique du centre hospitalier ait été interrompue et a déclaré avoir « coordonné l’entrée de fonctionnaires professionnels pour examiner le problème d’électricité dans l’hôpital ».

De la nourriture, de l’eau, des fournitures médicales et du lait maternisé ont également été livrés à l’hôpital Nasser avec la coordination de Tsahal.

Les combats ont également fait rage dans le quartier Zeitoun de Gaza City, une zone précédemment conquise par les troupes mais où celles-ci ont été récemment redéployées. Des frappes aériennes ont ébranlé des sites à travers la bande de Gaza, notamment des attaques contre des cellules opérant des drones dans le sud de la bande de Gaza et dans la zone côtière de Shati, à proximité de la ville de Gaza.

Le ministère de la Santé de Gaza, qui est contrôlé par le Hamas, a déclaré tôt dimanche que 98 personnes auraient été tuées au cours de la nuit. Le bureau des médias du groupe terroriste palestinien a fait état de frappes sur toute la longueur du territoire, de Beit Lahia, au nord, à Rafah, au sud. En outre, 29 606 Palestiniens auraient été tués depuis le début de la guerre, dont deux tiers de femmes et d’enfants, toujours selon le Hamas.

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Tsahal dit avoir éliminé 12 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus des quelque 1 000 terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

Alors que l’on craint une aggravation de la crise humanitaire dans la bande de Gaza, avec des pénuries de nourriture, d’eau et de médicaments, le ministère de la Santé a déclaré samedi qu’un bébé de deux mois, identifié comme étant Mahmmoud Fatuh, était mort de « malnutrition » à Gaza City.

Des Palestiniens se battant pour acheter du pain dans une boulangerie, à Rafah, dans la bande de Gaza, le 19 février 2024. (Crédit : Mohammed Dahman/AP)

Save the Children a déclaré que le risque de famine continuerait à « augmenter tant que le gouvernement israélien continuerait à empêcher l’entrée de l’aide dans la bande de Gaza ».

Israël a défendu son bilan en matière d’autorisation de l’aide à Gaza, affirmant que 13 000 camions transportant des denrées de première nécessité étaient entrés dans l’enclave depuis le début de la guerre.

Un journaliste de l’AFP a indiqué que plusieurs frappes aériennes avaient eu lieu samedi soir à Rafah, une ville située le long de la frontière sud du territoire avec l’Égypte, où des centaines de milliers d’habitants de Gaza ont fui pour échapper aux combats qui se déroulaient ailleurs.

La présence d’un si grand nombre de civils dans la zone a suscité des inquiétudes quant aux plans israéliens visant à faire entrer les troupes dans la ville, le dernier grand centre urbain dans lequel Tsahal n’est pas encore entré.

Des Palestiniens fuyant leurs maisons après un bombardement israélien à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 24 février 2024. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

L’espoir d’un arrêt de l’opération s’est toutefois renforcé au cours du week-end, lorsque des pourparlers ont eu lieu à Paris entre Israël et des représentants américains, égyptiens et qataris, qui ont abouti à l’ébauche d’un accord visant à libérer les otages et à interrompre les combats. Il reste à voir comment le Hamas réagira à la dernière proposition, mais des informations indiquent que le groupe terroriste palestinien aurait assoupli sa position sur certains points.

De nombreux médias indiquent que les grandes lignes de l’accord prévoient la libération, dans un premier temps, d’une quarantaine d’otages détenus à Gaza, dont des femmes, des enfants, des soldates, des personnes âgées et des malades, ainsi qu’une pause dans les combats d’une durée de six semaines.

Il prévoit également la libération par Israël de centaines de terroristes palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël, ainsi qu’un « redéploiement » des troupes israéliennes à l’intérieur de la bande de Gaza, mais pas un retrait complet, comme le Hamas l’avait précédemment exigé. L’accord prévoit également qu’Israël autorise le retour des femmes et des enfants palestiniens dans le nord de la bande de Gaza, où des centaines de milliers de personnes ont été évacuées pendant les combats et qu’Israël a maintenu coupé du reste de l’enclave.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué samedi soir que la poussée attendue sur Rafah n’avait pas été abandonnée, ajoutant « qu’en début de semaine, je réunirai le cabinet pour approuver les plans d’action à Rafah, dont l’évacuation de la population civile de cette zone ».

« Seule une combinaison de pression militaire et de négociations énergiques conduira à la libération de nos otages, à l’élimination du Hamas et à la réalisation de tous les objectifs de la guerre », a-t-il ajouté.

Les alliés d’Israël ont exprimé leurs vives inquiétudes quant aux préjudices qu’une incursion pourrait causer, alors que la ville est pleine à craquer de réfugiés civils venus de toute la bande de Gaza.

La population de Rafah a augmenté au cours des dernières semaines. Des centaines de milliers de Palestiniens déplacés se sont dispersés dans la ville, sous des tentes ou chez des amis ou des parents. Les quelque 1,5 million de personnes qui s’y abritent – plus de la moitié de la population de Gaza – n’ont nulle part où fuir face à l’opération qui a ravagé des pans entiers du paysage urbain dans le reste de la bande de Gaza.

Les fonctionnaires de l’ONU préviennent qu’une attaque sur Rafah serait catastrophique, car plus de 600 000 enfants se trouveraient sur le chemin de l’assaut. L’attaque de la ville et de ses environs pourrait également provoquer l’effondrement du système d’aide humanitaire qui s’efforce de maintenir la population de Gaza en vie.

Vue d’un camp de tentes de fortune pour les Palestiniens déplacés par l’opération militaire israélienne dans la bande de Gaza, à Rafah, au sud de la bande de Gaza, le 18 février 2024. (Crédit : Mohammed Dahman/AP)

Israël affirme qu’il doit prendre Rafah pour assurer la destruction du Hamas et libérer les derniers otages détenus par les terroristes.

La guerre a éclaté lorsque des terroristes dirigés par le Hamas ont pris d’assaut le sud d’Israël le 7 octobre, tuant près de 1 200 personnes, principalement des civils, tout en prenant 253 otages de tous âges, en commettant de nombreuses atrocités et en utilisant la violence sexuelle comme arme à grande échelle. La plus jeune victime avait 10 mois tandis que le plus jeune otage a aujourd’hui un an.

En réponse à cette attaque, la plus meurtrière de l’histoire du pays et la pire menée contre des Juifs depuis la Shoah, Israël a juré d’anéantir le Hamas et de mettre fin à son règne de seize ans, et a lancé une opération aérienne suivie d’une incursion terrestre dans la bande de Gaza, qui a commencé le 27 octobre.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.