Rechercher

Une Canadienne voyageant vers Tel Aviv dénonce les dégâts sur son fauteuil roulant

Venue pour une conférence sur l’accessibilité, elle a un temps cru devoir rester dans sa chambre d'hôtel, avant de trouver une solution provisoire ; elle dénonce Air Canada

Le fauteuil roulant de Maayan Ziv, détruit après un vol Air Canada Toronto-Tel Aviv. (Crédit : Twitter @maayanziv)
Le fauteuil roulant de Maayan Ziv, détruit après un vol Air Canada Toronto-Tel Aviv. (Crédit : Twitter @maayanziv)

Maayan Ziv, une femme handicapée physique originaire de Toronto, a récemment voyagé de sa ville vers Tel Aviv, sur un vol de la compagnie Air Canada.

Après son voyage, elle a eu le désarroi de découvrir que son fauteuil roulant, placé en soute, avait été gravement endommagé, accusant ainsi le 8 septembre sur Twitter le personnel des aéroports et sa compagnie aérienne, a rapporté le Journal de Québec.

La femme avait pourtant pris plusieurs mesures afin de s’assurer que son appareil resterait intact lors du vol, après avoir déjà subi des déconvenues similaires lors de précédents voyages en avion – celle-ci serait néanmoins la pire. Elle était ainsi arrivée tôt à l’aéroport et avait enveloppé son fauteuil de papier bulle, les personnes handicapées n’étant pas autorisées à monter à bord d’un avion Air Canada avec un appareil de mobilité électronique personnel.

« Je suis sorti de l’avion pour découvrir que mon indépendance m’était enlevée », a-t-elle écrit sur Twitter. « Cela ne peut pas continuer pour les personnes handicapées. Ce fauteuil roulant représente ma mobilité. Ma vie entière avance grâce à ce fauteuil roulant. Nouveau vol, nouveau fauteuil roulant endommagé par les compagnies aériennes », a-t-elle poursuivi.

« C’était une surprise et un choc complet et, malheureusement, extrêmement dérangeant. Je suis arrivée et mon fauteuil roulant était totalement endommagé. On aurait dit qu’il avait été plié en deux, et c’est du métal très solide, donc il est tombé ou quelque chose est tombé dessus », a expliqué Maayan Ziv à la chaine Global News.

« Il bouge à peine […], mais la chose la plus choquante et la plus évidente qui se soit produite est que tout le siège lui-même a été mutilé », a t-elle ajouté.

L’engin, d’une valeur de près de 23 000 euros, pèse environ 150 kilos. Maayan Ziv a depuis estimé ne pas être en mesure de trouver toutes les pièces à remplacer.

Elle venait en Israël pour prononcer un discours lors d’une conférence sur l’accessibilité, et a pensé devoir être contrainte de rester dans sa chambre d’hôtel.

« Je suis coincée. Tout ce que j’avais prévu de faire, tous les évènements de la conférence [ne me sont plus accessibles]. Je ne peux pas quitter cette chambre. Je suis assise sur un fauteuil roulant de l’aéroport qui est fait pour une personne bien plus grosse que moi », avait-elle expliqué, avant d’annoncer ce dimanche que le personnel en charge des bagages à l’aéroport lui avait proposé samedi de venir constater l’état de la chaise, puis avait réparé quelque peu son fauteuil afin qu’il puisse fonctionner un minimum pour la conférence.

Elle a également suggéré que le Canada commence à comptabiliser le nombre d’appareils de mobilité qui sont détruits chaque mois dans des circonstance similaires, comme le font depuis peu les États-Unis – 1 145 fauteuils roulants auraient ainsi été détruits par le personnel aéroportuaire aux États-Unis rien que sur le mois de juin dernier, a rapporté le département des transports américain.

Après avoir contacté Air Canada, la compagnie a initialement proposé à Maayan Ziv un avoir de 230 euros – une offre qui l’a à nouveau bien peinée. La compagnie a finalement annoncé son intention de payer tous les dégâts survenus sur le fauteuil.

« Qu’en est-il du temps perdu ? De l’impact sur ma santé ? Du coût de ce voyage ? Le remplacement d’un fauteuil roulant peut au mieux prendre des mois », a-t-elle néanmoins écrit sur Twitter.

Le ministère des Transports canadien a aussi réagi dans un tweet, dénonçant une situation « inacceptable » et affirmant que le gouvernement suivait le problème « de près ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...