Une escroquerie israélienne à Kiev illustre la mutation des options binaires
Rechercher

Une escroquerie israélienne à Kiev illustre la mutation des options binaires

Un consortium international de journalistes a dénoncé un centre d'appel frauduleux ukrainien géré par des amis haut placés géorgiens et israéliens

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Kent Lundin, 73 ans, ambulancier retraité de Kolback, en Suède, est atteint d'un cancer. Il a perdu des centaines de milliers de couronnes suédoises au profit du groupe Milton. (Alexander Mahmoud/Dagens Nyheter)
Kent Lundin, 73 ans, ambulancier retraité de Kolback, en Suède, est atteint d'un cancer. Il a perdu des centaines de milliers de couronnes suédoises au profit du groupe Milton. (Alexander Mahmoud/Dagens Nyheter)

Un consortium de plus de 20 agences de presse du monde entier, dont Dagens Nyheter en Suède, le Organized Crime and Corruption Reporting Project [OCCRP] et le Times of Israel, a mis au jour un centre d’appel frauduleux à Kiev qui semble avoir extorqué des dizaines de millions de dollars à des victimes du monde entier. Les agents des centres d’appel promettaient aux investisseurs particuliers qu’ils pourraient s’enrichir grâce à des investissements en crypto-crédit et en actions, puis disparaissaient avec une partie ou la totalité de l’argent des investisseurs.

L’escroquerie a été révélée lorsqu’un homme a accepté un emploi au centre d’appel de Kiev, connu sous le nom de Milton Group, situé dans l’un des bâtiments les plus luxueux de la capitale ukrainienne. Il était tellement horrifié par son nouveau milieu de travail qu’il a contacté Dagens Nyheter et, pendant plusieurs mois, il a fait sortir clandestinement, au péril de sa vie, des documents, dont une liste de plus de 1 000 victimes. Des journalistes du monde entier ont retrouvé un grand nombre de ces victimes et ont interrogé 180 d’entre elles. Toutes ont déclaré ne pas pouvoir retirer la totalité de leurs fonds de leur compte et avoir perdu tout ou une partie de leur argent.

« J’ai commencé ce travail en août et dès le début, j’ai remarqué que quelque chose d’étrange s’y passait », a déclaré le dénonciateur à Dagens Nyheter. « Ils n’ont pas de produits, ils ne font que vendre des émotions. Quand j’ai commencé à travailler, je me suis rendu compte que cette entreprise, ce qu’elle fait, est bidon. Ils ne font que voler l’argent des gens ».

Les lecteurs du Times of Israel peuvent constater que les activités de ce centre d’appel de Kiev, décrites en détail ici et ici, sont la dernière mutation de l’industrie israélienne des options binaires. L’industrie des options binaires, qui aurait employé plus de 10 000 personnes, a été mise hors la loi par la Knesset en octobre 2017, en grande partie grâce aux reportages du Times of Israel, à commencer par un article de mars 2016 intitulé « Les loups de Tel Aviv ».

Mais l’industrie n’a pas disparu pour autant. Beaucoup de ses agents se sont réinventés en tant qu’entrepreneurs de « blockchain », de « fintech » ou de « cannabis », tandis que certains des centres d’appel proposant des investissements frauduleux ont déménagé à l’étranger et proposent désormais du Forex, des crypto-monnaies ou d’autres investissements depuis des villes comme Kiev, Sofia et Tbilissi.

L’industrie des options binaires a fonctionné en Israël en toute impunité pendant une décennie, extorquant des milliards de dollars à des gens à travers le monde. Alors que les forces de l’ordre américaines continuent de s’attaquer à la fraude, et ont condamné plusieurs Israéliens et en ont inculpé d’autres, Israël n’a encore poursuivi aucun de ses orchestrateurs ou agents.

« J’ai peur que ces industries de l’escroquerie fassent désormais partie intégrante de l’économie israélienne », avait déclaré Didier, un Franco-Israélien interviewé dans « Les Loups de Tel Aviv », au Times of Israel, après avoir observé l’évolution de cette industrie.

Il n’est pas surprenant que les directeurs et les opérateurs du centre d’appel de Kiev sur lesquels des dizaines de journalistes du monde entier ont enquêté soient israéliens. Certains d’entre eux ont des liens avec des politiciens de haut niveau.

« Le loup de Kiev »

Le PDG du groupe Milton est Jacob Keselman, qui se décrit comme « le loup de Kiev » sur son compte Instagram, et pose fréquemment avec des voitures de luxe.

D’après son profil LinkedIn, la langue maternelle de Keselman est le russe. Il a fait des études universitaires à Kiev et a vécu en Israël pendant un an et demi de 2015 à 2017. Pendant une partie de cette période, il a travaillé comme « directeur des ventes » pour Tendo Marketing, qu’il décrit dans son profil LinkedIn comme « un centre d’appel pour la vente de Forex et d’autres actifs financiers ».

Un post tiré du profil Instagram de Jacob Keselman, le montrant en train de poser avec une voiture de luxe. (Instagram)

Selon des documents consultés par le Times of Israel, Tendo Marketing Ltd. est située au 20 de la rue Lincoln à Tel Aviv et est une société active qui a soumis son dernier rapport fiscal annuel en 2018. Les dossiers judiciaires montrent que Tendo Marketing exploitait un centre d’appel qui vendait des options binaires et du Forex, notamment les marques Maxiforex.ru et Superbinary.com. Le propriétaire de Tendo Marketing est un mystère, car il appartient à une société offshore appelée Technology Logistics Support Ltd. à Anguilla. Son directeur, cependant, est Yakov Livshits, un homme d’affaires ukraino-américain de Newton, Massachusetts, qui fait partie du conseil de surveillance de Bankir.ru, un site d’information financière russe de premier plan, et qui a participé à des conférences financières avec de hauts fonctionnaires russes.

Dans une interview téléphonique avec Dagens Nyheter, Keselman a nié que sa société, le groupe Milton, ait escroqué des clients. Il a plutôt affirmé que les clients ont perdu de l’argent à cause de leurs propres erreurs.

« De nombreux clients ont perdu de l’argent parce qu’ils ne comprennent pas comment cela fonctionne. Si des clients ont perdu de l’argent, pourquoi devrions-nous leur rendre ? »

Il a déclaré que le groupe Milton ne fait que fournir un soutien à des marques comme Cryptobase, CryptoMB et Vetorobank et que ces sites web sont en fait des sociétés distinctes, auxquelles le groupe Milton fournit des « services informatiques ».

« Le groupe Milton est une société informatique qui fournit un soutien à de nombreuses [autres] entreprises et mon poste est celui de directeur, pas celui de propriétaire et pas celui de PDG ».

David Todua, un Israélien de 38 ans né en Géorgie, a été identifié par le dénonciateur Dagens Nyheter comme étant le propriétaire caché du groupe Milton. Le nom de Todua n’apparaît sur aucun document de la société, mais il a été présenté lors d’une fête de la société comme le « père » du Groupe Milton. Todua a nié être propriétaire du groupe Milton, déclarant à l’OCCRP que « je ne suis pas le père d’une entreprise, je suis un fier père de cinq enfants ».

Todua possède bien Naspay, une société de paiement que le groupe Milton utilisait pour traiter les paiements, selon des documents sortis clandestinement du centre d’appel par le dénonciateur.

Todua a démenti que Naspay gère les paiements en ligne pour le groupe Milton.

« Naspay n’a pas eu et n’a pas actuellement de relation juridique et/ou contractuelle avec le groupe Milton », a-t-il déclaré.

Des documents judiciaires israéliens montrent qu’en 2009, Todua a payé la caution d’Oussama Hanun, à l’époque membre du gang criminel Izzat Hamed à Jaffa. Todua a déclaré à l’OCCRP qu’il ne se souvenait pas avoir payé sa caution.

« Je ne me souviens pas avoir payé une caution pour la personne mentionnée il y a 11 ans », a-t-il déclaré. « Je peux confirmer que je n’ai eu aucune relation avec cette personne depuis plus de dix ans déjà ».

Liens avec des ministres géorgiens

Todua possède deux sociétés ukrainiennes en partenariat avec Davit Kezerashvili, un ressortissant à double nationalité israélienne et géorgienne qui a été ministre de la Défense de Géorgie de 2006 à 2008 sous le président Mikheil Saakashvili.

Milton Group, un centre d’appel de bitcoin géré par des Israéliens, a des bureaux aux deux derniers étages de ce luxueux immeuble de bureaux dans le centre de Kiev. (Dagens Nyheter/Alexander Mohmoud)

Ces deux sociétés sont Project Partners, une société immobilière et de construction, et Elitekomfortbud, une société de construction et de génie civil. Toutes deux sont dirigées par d’anciens politiciens du parti politique Mouvement national uni de Saakashvili. Le directeur de Project Partners est Gia Getsadze, un ancien vice-ministre de la Justice de Géorgie et d’Ukraine. Elitekomfortbud est dirigé par Petre Tsiskarishvili, un ancien ministre de l’Agriculture de Géorgie.

Kezerashvili a reconnu auprès de l’OCCRP qu’il est un partenaire commercial de David Todua mais a affirmé n’avoir aucune connaissance du centre d’appel de Milton Group ou de ses activités. L’OCCRP n’a trouvé aucune preuve que Kezerashvili était lié au centre d’appel.

« Je n’ai pas connaissance d’une société appelée Melton Group [sic] et je ne sais pas si David Todua en est le propriétaire ou non. Je suis en effet actionnaire de certaines entreprises immobilières et de construction en Ukraine avec M. Todua », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, Gia Janashvili, le neveu de Kezerashvili, était conseiller de Naspay dans sa phase initiale de développement, a-t-il déclaré à l’OCCRP, mais il a affirmé qu’il n’était plus lié à la société.

Janashvili a travaillé comme stagiaire chez Lbinary, une société israélienne d’options binaires poursuivie par la US Securities and Exchange Commission pour avoir prétendument escroqué des milliers d’investisseurs. Le stage de Janashvili a duré de juin à août 2014, selon son profil LinkedIn.

Au sein du centre d’appel

Au sein du centre d’appel, environ 140 jeunes agents commerciaux de pays aussi divers que l’Équateur, l’Algérie, le Sénégal, l’Iran et le Pakistan et, bien sûr, l’Ukraine, ont appelé des « prospects » du monde entier et ont essayé de leur faire déposer de l’argent pour ouvrir un compte Bitcoin ou un autre type de compte de commerce financier.

L’un des agents du centre d’appel les plus talentueux s’appelait « William Bradley ». Son vrai nom est Hamze, selon le dénonciateur, et il est en réalité un citoyen iranien de 21 ans vivant à Kiev.

A côté des noms des victimes, les agents des centres d’appels laissaient des notes du genre « Il aime parler comme s’il se fichait de l’argent que nous gagnons, de toute façon il sera baisé, que Dieu le bénisse ». Cette note en particulier se trouvait à côté du nom de l’investisseur grec qui avait déposé 5 000 dollars.

« Très vieil homme/poussé pour obtenir le paiement de la commission… Il vit chez un ami parce qu’il n’a pas d’argent pour manger, rappelez-le lundi, il a perdu 400 000 », indique une autre note.

Le dénonciateur a déclaré aux journalistes que, dans la plupart des pays, les investisseurs étaient honnêtes, à quelques exceptions près. Les citoyens des États-Unis, de France, de Belgique, d’Israël et d’Ukraine étaient exclus.

« La raison [de ne pas cibler les États-Unis] était que « Milton ne voulait pas avoir de problèmes avec le FBI ».

La France était considérée comme « ayant des services spéciaux très efficaces et que Milton risquait d’avoir des problèmes », a-t-il déclaré.

Interrogé par les journalistes sur les raisons pour lesquelles Israël n’était pas visé, le dénonciateur a répondu : « parce que les investisseurs de Milton (ils ont utilisé ce mot) sont d’Israël et qu’ils pourraient avoir des problèmes ».

Se cacher à la vue de tous

Le dénonciateur de Milton Group a déclaré aux journalistes qu’il avait accepté ce poste parce qu’il lui a semblé être un lieu de travail normal dans un immeuble de bureaux normal.

« Le Milton Group est situé au sixième et septième étage de l’Arena Center, un centre d’affaires à Kiev. Au début, ça avait l’air bien. Beaucoup de jeunes visages. C’était international. J’ai vu des gens parler anglais, espagnol, italien et arabe et bien sûr russe et ukrainien. Ils nous ont appris à vendre ».

De même, les fraudeurs de forex et de crypto en Israël se cachent à la vue de tous en se mêlant à la scène high-tech, en louant des bureaux luxueux, en utilisant un jargon professionnel, en tenant des conférences et en disant aux gens qu’ils travaillent dans le « marketing » ou la « fintech ».

La police israélienne a montré peu d’intérêt ou de moyens pour enquêter sur cette économie souterraine, dont la taille, l’impact économique et social restent inconnus. Le fait que les individus liés au centre d’appel de Kiev soient politiquement bien connectés serait une raison pour laquelle le laxisme de la police israélienne peut être si dangereux.

Dans son livre « Gangster States : Organized Crime, Kleptocracy and Political Collapse« , l’anthropologue Katherine Hirschfeld soutient que les économies souterraines ou illicites sont souvent invisibles pour un simple observateur.

Katherine Hirschfeld. (Twitter)

« L’économie informelle du monde souterrain forme un archipel d’espace invisible dans les régimes démocratiques stables… Les marchés illicites sont partout… mais se fondent imperceptiblement dans le paysage de manière à ne pas attirer l’attention des forces de l’ordre ».

Mais l’application de la loi peut devenir si laxiste, prévient Hirschfeld, qu’elle conduit finalement à la transformation des régimes démocratiques en quelque chose de plus proche des États gangsters ou des kleptocraties.

« Tout affaiblissement des principales institutions ou des forces de sécurité d’un État démocratique crée une opportunité pour les racketteurs de s’étendre au-delà des limites de l’économie informelle et d’empiéter sur les systèmes formels de gouvernance. Dans ces cas, les frontières politiques nationales resteront inchangées et des vestiges d’institutions démocratiques (comme des élections périodiques) peuvent subsister. Mais un régime politique véritablement démocratique est incompatible avec une économie de racketteurs, et les institutions de la démocratie finiront par échouer si l’économie est dominée par le racket ».

« Marketing » en avion

Il existe très peu de données sur l’ampleur de l’économie de la fraude en Israël ou sur le nombre d’Israéliens exploitant des centres d’appels frauduleux à partir d’endroits comme Kiev. Il y a des raisons de croire que le phénomène s’étend bien au-delà du groupe Milton.

Récemment, lors d’un vol entre Kiev et Tel Aviv, un homme d’une trentaine d’années s’est vu attribuer un siège à côté de deux journalistes du Times of Israel. L’homme a discuté amicalement avec les journalistes et nous a dit qu’il faisait l’aller-retour entre Tel Aviv et Kiev, où il possède une entreprise de « marketing et publicité ».

À la question de savoir quel type de marketing et de publicité, l’homme a répondu « des investissements financiers en ligne – c’est un peu comme les jeux de hasard ».

L’homme a expliqué qu’il y a une grande communauté de travailleurs israéliens « high-tech » à Kiev. Alors que certains travaillent pour des entreprises israéliennes connues comme Wix ou pour des projets comme « Kyiv Smart City », beaucoup, sinon la plupart, des travailleurs israéliens de la technologie à Kiev sont impliqués dans le « marketing et la publicité » comme lui, a-t-il dit.

« Le coût de la main-d’œuvre à Kiev est tellement moins cher », a-t-il expliqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...