Rechercher

Une femme poignardée à Jérusalem-Est ; une suspecte mineure arrêtée

L'agression a eu lieu alors que la victime accompagnait ses enfants à l'école à l'extérieur du quartier de Sheikh Jarrah, un lieu sensible de la capitale

Des policiers et des secouristes sur les lieux d'une attaque à l'arme blanche à Jérusalem-Est, le 8 décembre 2021. (Crédit : Hatzalah)
Des policiers et des secouristes sur les lieux d'une attaque à l'arme blanche à Jérusalem-Est, le 8 décembre 2021. (Crédit : Hatzalah)

Moriah Cohen, une Israélienne de 26 ans, a été poignardée dans le dos et légèrement blessée à l’entrée du quartier sensible de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est lors d’une attaque terroriste mercredi matin, a indiqué la police.

Les policiers ont arrêté une adolescente soupçonnée d’avoir perpétré l’attaque peu de temps après, à la suite d’une brève perquisition dans le quartier, a ajouté la police.

« Un grand nombre de forces de police ont été appelées sur les lieux et ont lancé de vastes recherches pour retrouver le suspect, en utilisant un hélicoptère de la police », a déclaré la police.

Selon la police, la suspecte a poignardé la femme dans le dos avant de prendre la fuite.

« Nous soupçonnons qu’il s’agit d’une attaque terroriste. Nous assistons en ce moment à une série d’incidents de ce type dans la zone de Jérusalem », a déclaré un porte-parole de la police à la radio de l’armée peu après l’attaque, faisant référence à un certain nombre d’attaques récentes à l’arme blanche dans et autour de la Vieille Ville de Jérusalem.

L’avocat de la suspecte palestinienne a déclaré au Times of Israel que sa cliente « niait toute implication » dans l’attentat.

Une audience devrait avoir lieu jeudi matin devant la Cour des magistrats de Jérusalem.

Des médecins ont été rapidement appelés sur les lieux et ont soigné la jeune femme israélienne blessée avant de l’évacuer vers l’hôpital Hadassah du Mont Scopus, situé à proximité.

Une porte-parole de l’hôpital a déclaré que la femme avait subi de légers coups de couteau dans le dos et qu’elle était pleinement consciente. Les médecins avaient initialement déclaré que la femme avait subi des blessures graves.

Les ambulanciers du Magen David Adom ont déclaré que la femme avait été poignardée alors qu’elle emmenait ses enfants à l’école.

« Lorsque nous sommes arrivés, nous avons vu près de l’entrée de Sheikh Jarrah une femme avec des enfants qu’elle était sur le point de déposer à leur école lorsqu’elle a été poignardée », ont déclaré les ambulanciers. « Elle était mobile et parfaitement consciente. »

Les médecins ont dit avoir soigné la femme et l’avoir évacuée vers l’hôpital. Ils ont précisé que ses enfants étaient indemnes et restaient avec les policiers sur les lieux.

La police près de la scène d’une attaque terroriste présumée à l’arme blanche à Jérusalem-Est, le 8 décembre 2021. (Crédit : Police israélienne)

Cette attaque est la dernière d’une série d’attaques terroristes similaires à Jérusalem.

Samedi, un terroriste palestinien a poignardé un homme qui marchait près de la Vieille Ville de Jérusalem avant d’être abattu par des agents de la police des frontières.

Sheikh Jarrah est devenu une source majeure de conflit au cours des derniers mois en raison d’un très vieux différend concernant un certain nombre de maisons du quartier dans lesquelles plusieurs familles palestiniennes vivent depuis des décennies, mais qui, selon des groupes juifs, leur appartiennent d’un point de vue légal.

A LIRE : A Sheikh Jarrah, des acteurs anonymes et un État absent ont créé une poudrière

De nombreux Palestiniens et leurs partisans considèrent que ce conflit s’inscrit dans le cadre d’une action plus vaste menée par Israël pour les priver de leurs droits de propriété. Ce conflit, ainsi que celui qui portait à l’époque sur le mont du Temple, a joué un rôle clé dans la décision du groupe terroriste Hamas de tirer un barrage de roquettes sur Jérusalem en mai, déclenchant un conflit brutal de 11 jours dans la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...