GB/démolition de maisons palestiniennes : un fabricant de bulldozers critiqué
Rechercher

GB/démolition de maisons palestiniennes : un fabricant de bulldozers critiqué

Pour un organisme gouvernemental anglais, la vente pourrait avoir enfreint les règles de l'OCDE; la société JCB peut contester la décision ou négocier avec des militants des droits

Israël démolit une maison construite sans permis à Yatta, en Cisjordanie, le 11 août 2020. (Wisam Hashlamoun/Flash90)
Israël démolit une maison construite sans permis à Yatta, en Cisjordanie, le 11 août 2020. (Wisam Hashlamoun/Flash90)

La vente de machines lourdes britanniques qui ont été utilisées pour démolir des structures palestiniennes en Cisjordanie pourrait avoir été en violation des lignes directrices de l’OCDE, a déclaré lundi un organe du gouvernement britannique.

Une plainte a été déposée contre la société, JCB, par l’organisation Lawyers for Palestinian Human Rights en décembre 2019, en utilisant un système de plaintes du gouvernement britannique qui a été créé pour permettre aux individus et aux groupes de contester les multinationales considérées comme ne respectant pas les normes établies par l’OCDE, rapporte The Guardian.

Selon ces directives, les multinationales doivent « chercher des moyens de prévenir ou d’atténuer les effets négatifs sur les droits de l’Homme qui sont directement liés à leurs opérations commerciales, produits ou services par une relation d’affaires, même si elles ne contribuent pas à ces effets ».

Israël affirme que les démolitions visent des unités construites illégalement et les maisons de terroristes présumés ainsi que des structures utilisées pour attaquer les forces israéliennes. Cependant, une étude des Nations unies d’avril 2019 a déclaré que les permis de construire pour les Palestiniens en Cisjordanie sont « pratiquement impossibles » à obtenir et qu’il en résulte une pénurie chronique de logements.

Un bulldozer démolit une maison palestinienne construite sans autorisation à Jérusalem-Est, 13 février 2012. (Sliman Khader/Flash90)

Le National Contact Point, qui fait partie du ministère britannique des Affaires étrangères, a annoncé lundi qu’il estimait que JCB devait rendre compte de l’affaire, ajoutant que les accusations étaient « importantes et fondées ».

L’entreprise de machinerie lourde a réfuté cette accusation, affirmant que non seulement elle n’était pas responsable de la manière dont l’équipement avait été utilisé après sa vente, mais qu’il avait également été utilisé à des fins positives, comme la construction d’hôpitaux, de routes et d’écoles. Aucune autre précision n’a été donnée sur la localisation de ces projets d’infrastructure.

Selon The Guardian, JCB a déclaré avoir vendu le matériel à Comasco, un distributeur tiers en Israël, et n’a aucune responsabilité sur ce qui a été fait par la suite avec les machines.

JCB, qui a fait don de millions de livres au Parti conservateur et qui est présidé par son homologue conservateur Anthony Bamford, peut contester la décision ou entamer un processus de médiation avec Lawyers for Palestinian Human Rights.

« L’échec apparent de JCB à s’attaquer à l’utilisation matérielle et prolifique de ses produits dans les incidents de démolition et de déplacement qui touchent cruellement les familles palestiniennes, ainsi que son utilisation dans la construction liée aux implantations qui crée des violations généralisées des droits de l’homme, doit cesser immédiatement », a déclaré Tareq Shrourou, directeur des Lawyers for Palestinian Human Rights, au Guardian.

« Nous sommes impatients de discuter de manière constructive avec JCB et nous espérons qu’il fera ce qu’il faut en assumant ses responsabilités en matière de droits de l’homme », a déclaré M. Shrourou.

Illustration – Des agents de la police des frontières israélienne montent la garde alors que des bulldozers enlèvent des arbres près de l’entrée de l’implantation israélienne de Kiryat Arba en Cisjordanie, le 21 février 2018. (Wisam Hashlamoun/Flash90)

JCB n’est pas la seule entreprise de machines lourdes à être confrontée à des questions sur l’utilisation de ses équipements par Israël.

Plus tôt cette année, plus de 60 démocrates de la Chambre des représentants américaine ont poussé l’administration Trump à faire pression sur Israël contre l’utilisation d’équipements de fabrication américaine pour démolir des maisons palestiniennes. Il n’est pas clair si Israël utilise actuellement des équipements américains dans les démolitions de maisons, mais dans le passé, il a utilisé des équipements de terrassement Caterpillar, faisant de cette société une cible de choix pour le mouvement de Boycott, Sanctions et Désinvestissement (BDS).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...