Une firme d’Israël aurait vendu du matériel d’armement aux Émirats arabes unis
Rechercher

Une firme d’Israël aurait vendu du matériel d’armement aux Émirats arabes unis

Les deux pays n’entretiennent officiellement pas de relations diplomatiques – ils ont néanmoins un ennemi commun : l’Iran

Un avion de chasse F-16 de l'armée de l'air des Emirats arabes unis pendant un exercice en Grèce, où participe également l'armée de l'air israélienne, le 27 mars 2017. (Crédit : Armée de l'air grecque)
Un avion de chasse F-16 de l'armée de l'air des Emirats arabes unis pendant un exercice en Grèce, où participe également l'armée de l'air israélienne, le 27 mars 2017. (Crédit : Armée de l'air grecque)

La semaine dernière, le quotidien Haaretz a révélé l’existence d’un accord d’armement entre une société israélienne et les Émirats arabes unis, bien qu’Israël n’entretienne officiellement pas de relations diplomatiques avec le pays. Ils ont néanmoins un ennemi commun, l’Iran, et ont déjà conjointement participé à des exercices militaires.

Abu Dhabi aurait ainsi signé d’importants contrats avec un homme d’affaires israélien afin de se doter de technologies d’espionnage et de surveillance.

Les investigations des journalistes ont été menées dans le cadre de l’affaire des Panama Papers, ces documents confidentiels du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca, qui détaillent des informations sur plus de 214 000 sociétés offshore.

L’homme d’affaires visé, Matanya « Mati » Kochavi, originaire de Haïfa, est connu comme « intégrateur de solutions » et intermédiaire dans les transactions internationales d’armement.

À la tête de nombreuses sociétés en Israël, en Suisse, en Grande-Bretagne et à Chypre, l’homme propose des solutions de surveillance et de gardiennage.

Les Panama Papers ont ainsi révélé que l’une des sociétés de son empire, AGT International, avait conclu une transaction d’un montant de trois milliards de shekels (plus de 760 millions d’euros) avec une société émiratie, Advanced Integrated Systems.

En prévision d’une guerre contre l’Iran, les Emirats ont souhaité se doter de deux avions de renseignement électroniques – des jets d’affaires civils transformés en appareils d’écoutes et de collecte d’informations.

Sur les documents était clairement indiqué l’utilisateur final des jets : l’armée émiratie, qui avait fait appel à Advanced Integrated Systems afin de mener à bien le projet.

Outre cette transaction, AGT International a fourni des milliers de caméras, de lecteurs de plaques d’immatriculation et bâti toute l’infrastructure informatique nécessaire à la gestion de la sécurité urbaine à Abu Dhabi, aux frontières et aux postes d’entrée du pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...