Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

Une haute fonctionnaire de l’ONU condamne les peines de mort à Gaza

Lynn Hastings, coordinatrice résidente et humanitaire des Nations unies pour la Cisjordanie et Gaza, a souligné que 9 autres condamnations à mort ont été confirmées cette année

Illustration : Une potence préparée pour une exécution, à Gaza, en 2013. (Crédit : Ministère de l'intérieur de Gaza/AP/ Dossier)
Illustration : Une potence préparée pour une exécution, à Gaza, en 2013. (Crédit : Ministère de l'intérieur de Gaza/AP/ Dossier)

Une haute fonctionnaire des Nations unies a condamné lundi le groupe terroriste palestinien du Hamas qui dirige la Bande de Gaza pour avoir prononcé une série de peines capitales.

« Hier, la cour d’appel militaire de Gaza a confirmé six condamnations à mort et converti une condamnation à perpétuité en peine de mort, toutes prononcées contre des civils », a écrit sur Twitter Lynn Hastings, coordinatrice résidente et humanitaire des Nations unies pour la Cisjordanie et Gaza.

Elle a souligné que 9 autres condamnations à mort ont été confirmées cette année et que « les autorités de Gaza ont exécuté 5 des 28 hommes condamnés à mort depuis 2022 ».

« La peine de mort devrait être abolie conformément aux obligations internationales et les droits à un procès équitable de toutes les personnes poursuivies devraient être garantis », a-t-elle ajouté.

D’après la loi palestinienne, toute condamnation à mort doit être approuvée par le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Mais depuis que le Hamas a pris le contrôle de Gaza en 2007 au prix d’une quasi-guerre civile sanglante, le mouvement islamiste gouverne sans coordination avec l’Autorité palestinienne, basée en Cisjordanie.

En avril, deux personnes ont été condamnées à mort et 4 autres à perpétuité pour les même charges.

Au moins 17 condamnations à mort ont été prononcées en 2022 dans la bande de Gaza.

Les Nations unies avaient déjà condamné en septembre 2022 l’exécution de cinq Palestiniens à Gaza par le Hamas, estimant qu’il s’agissait d’une « flagrante violation » des lois palestiniennes.

Environ 2,3 millions de personnes habitent la bande de Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.