Une ONG critiquée pour une affiche détournant le « rêve » de l’Eurovision
Rechercher

Une ONG critiquée pour une affiche détournant le « rêve » de l’Eurovision

Installée par Breaking the Silence, une affiche parodie le mot d'ordre du concours "Dare to dream" et appelle à "oser rêver de liberté"

Le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, qui accueillira le prochain Eurovision du 14 au 18 mai 2019, Tel Aviv. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Le maire de Tel Aviv, Ron Huldai, qui accueillira le prochain Eurovision du 14 au 18 mai 2019, Tel Aviv. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Une ONG anti-implantations est sous le feu des critiques en Israël pour avoir parodié une affiche de l’Eurovision, qui se déroule cette année à Tel-Aviv, pour offrir aux visiteurs étrangers une visite en Cisjordanie.

Avec le slogan « Dare to Dream » (Osez rêver), Tel-Aviv accueille du 14 au 18 mai l’Eurovision, un populaire concours musical considéré par Israël comme une occasion en or d’améliorer son image dans le monde et promouvoir le tourisme.

Installée par l’ONG Breaking the Silence (BTS) le long de l’autoroute Ayalon, qui traverse Tel-Aviv, une affiche parodie ce mot d’ordre et appelle à « oser rêver de liberté ».

Le slogan s’affiche sur fond d’une image divisée en deux : d’un côté, le bord de mer idyllique de Tel-Aviv, de l’autre la barrière de sécurité construite par l’Etat hébreu en Cisjordanie.

Au centre de l’image, un poste de sauvetage en mer se transforme en mirador gris.

Breaking the Silence, bête noire de la droite israélienne, recueille et publie des témoignages d’anciens soldats israéliens sur les abus qu’ils auraient commis ou dont ils auraient été témoins au cours de leur service dans les territoires palestiniens .

Sur cette affiche, BTS invite les visiteurs à « découvrir l’image complète » du pays avec des visites gratuites quotidiennes à Hébron, en Cisjordanie, à partir du 14 mai.

Hébron est la seule ville de Cisjordanie, où vivent des centaines d’Israéliens protégés par des milliers de soldats, des blocs de béton et des miradors au milieu de quelque 200 000 Palestiniens.

Elle est souvent décrite comme une poudrière. Les tensions sont particulièrement vives autour du tombeau des Patriarches, au cœur de la Vieille ville, où reposent plusieurs figures bibliques.

« Nous sommes heureux que vous soyez venus faire la fête avec nous! Profitez des plages ensoleillées et de la vie nocturne palpitante », indique le site internet de l’ONG.

« Mais il y a un autre aspect de la société israélienne. À une heure de votre hôtel, dans les territoires, des millions de Palestiniens vivent encore sous notre régime militaire. »

Cette initiative a scandalisé les dirigeants politiques israéliens et les médias locaux.

« L’organisation haineuse et méprisable, Breaking the Silence, a encore trouvé le temps de répandre des mensonges contre l’Etat d’Israël », a accusé sur Twitter le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan.

L’Eurovision doit permettre de laisser de côté la réalité, a déclaré le quotidien israélien le plus vendu, Yediot Aharonot.

« A l’Eurovision, il n’y a que des paysages fantastiques, des gens magnifiques et des plages spectaculaires », assure-t-il dans son éditorial lundi.

« Breaking the Silence profite de l’Eurovision pour faire de la propagande au service de la campagne anti-israélienne au lieu de se retenir et conserver le caractère apolitique de cet événement », déplore-t-il.

L’ONG pro-israélienne StandWithUs, basée à Los Angeles (Etats-Unis), a lancé une contre-offensive et annonce sa propre campagne d’affichage à partir du 15 mai.

Elle prévoit de mettre en avant une affiche montrant des colombes, une plage, des enfants ainsi qu’un Juif et un Palestinien marchant bras dessus, bras dessous, indique-t-elle sur son site.

StandWithUs offrira à son tour des visites gratuites « pour voir comment notre société est ouverte et comment Israël est un phare pour le monde ».

L’itinéraire de cette visite couvre la ville judéo-arabe de Haïfa dans le nord d’Israël, les implantations israéliennes en Cisjordanie et un point de vue sur Gaza près de la frontière avec l’enclave palestinienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...