Des artistes français au Festival d’Israël
Rechercher

Des artistes français au Festival d’Israël

Un spectacle de danse et une pièce de théâtre représenteront la France à l'occasion de ce festival prévu du 24 mai au 11 juin

The Melancholy of the Dragons (Crédit : Martin Argyroglo)
The Melancholy of the Dragons (Crédit : Martin Argyroglo)

Le Festival d’Israël, qui propose une programmation riche et variée avec des interprètes et artistes venus du monde entier, reçoit cette année, avec le soutien de l’Institut français, Cecilia Bengolea et François Chaignaud pour leur spectacle de danse “Altered natives’ Say Yes to Another Excess – TWERK” ainsi que Philippe Quesne pour la pièce de théâtre “La mélancolie des Dragons”, rapporte un communiqué.

“Altered natives’ Say Yes to Another Excess – TWERK” explore de nouvelles figures imposées du hip-hop, des danses populaires et des rythmes issus des clubs du Bronx, associés à des musiques électroniques et à des textes appartenant au registre pornographique.

Cecilia Bengolea et François Chaignaud, chorégraphes et directeurs artistiques de “TWERK”, ont trouvé leur inspiration sur les pistes de danses des boîtes de nuit de New York et Londres, véritable lieux d’entraînement, de développement et d’observations anthropologiques.

Ils proposent une échappée dans l’inconscient du monde des boîtes de nuit, le plus grand rituel de danse, qui attire des millions de personnes chaque week-end.

Mais ils veulent aussi mettre le sexe au cœur de la danse et livrent grâce à la virtuosité de leurs 5 danseurs une performance frénétique, sexuelle, voire brutale dans laquelle le “split and jump” (une danse fondée sur le plus grand écart possible, les danseurs se jettent depuis un élément de scène en hauteur et atterrissent dans cette posture) est au centre de la chorégraphie.

TWERK (Crédit : Emilie Zeizig)
TWERK (Crédit : Emilie Zeizig)

Cecilia Bengolea et François Chaignaud collaborent depuis 2005 et ont créé ensemble une variété d’œuvres qui traitent de l’observation anthropologique de la danse dans les époques primitives et modernes.

Leur travail a été présenté au Festival du Spectacle vivant de Kyoto en 2014. Il fait partie du programme du Festival d’Israël avec une représentation exceptionnelle le 28 mai à Beit Shmuel.

“Voyage fantasmagorique”, “sketches loufoques pour un théâtre minimaliste”, “ovni scénique”, “spectacle explosif”, les qualificatifs employés par les journalistes dans la presse française ne manquent pas pour décrire “La mélancolie des Dragons”.

Cette pièce de théâtre créée en 2008 par le metteur en scène et plasticien Philippe Quesne a rencontré un vif succès lors de sa présentation au Festival d’Avignon la même année. Elle ne cesse depuis d’être reprise, et notamment en janvier 2015 au théâtre Nanterre-Amandiers.

Un groupe de hard rockers mange des chips dans une Citroën AX à l’arrêt, radeau échoué au milieu d’un paysage de neige. Tout est calme, le temps s’est arrêté à cause d’une tête de delco défectueuse.

Les Dragons et un chien vont rencontrer leur Blanche-Neige et déployer pour elle un parc d’attraction minimaliste et multifonctions. Un projecteur, une machine à fumée, quelques perruques, Still loving you de Scorpions joué à la flûte à bec : le merveilleux peut naître de presque rien, à condition de se laisser embarquer dans un rêve commun.

C’est ce spectacle hors norme, excentrique, satirique et captivant que Philippe Quesne, accompagné de ses comédiens, la Compagnie Vivarium Studio, proposeront au théâtre de Jérusalem les 2 et 3 juin prochains dans le cadre du Festival d’Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...