Une start-up israélienne lutte contre les abandons d’achats en ligne
Rechercher

Une start-up israélienne lutte contre les abandons d’achats en ligne

Datacrushers utilise l'intelligence artificielle et des algorithmes pour collecter des données qui aident à prévenir l'abandon du panier

Image d'illustration d'achats en ligne (HAKINMHAN, iStock by Getty Images)
Image d'illustration d'achats en ligne (HAKINMHAN, iStock by Getty Images)

On sait que cela arrive – peut-être seulement en Israël – que vous vous rendiez à la caisse du supermarché avec une grosse boîte de fraises hors saison, et là le caissier vous demande : « Etes-vous sûr de vouloir les acheter ? Savez-vous combien ça coûte ? » Cette douce attention est parfois suffisante pour vous faire rougir et renoncer à votre panier de fruits.

Sur Internet, personne n’est là pour vous faire rougir. Mais il y a souvent ce que les commerçants professionnels appellent un « abandon de panier », du en grande partie au processus de commande en ligne qui est parfois extrêmement ennuyeux, et c’est un énorme problème pour les sites de vente en ligne.

Le taux moyen d’abandon de panier est d’environ 68 % pour les achats en ligne. Ce chiffre grimpe à près de 97 % pour les achats réalisés au moyen de téléphones mobiles, selon les données compilées par Ventureburn.

Il y a un certain nombre de raisons à la non finalisation d’un achat en ligne : manque de temps, manque de patience, pop-ups énervants. Et certains obstacles qui sont surmontables pour les visiteurs de sites Web deviennent presque insupportables pour ceux qui utilisent les smartphones pour faire leurs achats, qui doivent également composer avec de petits écrans et claviers et éventuels problèmes de connexion.

Les achats en ligne peuvent s’avérer frustrants, entraînant l’abandon du panier (fizkes, iStock by Getty Images)

Ainsi, les entreprises qui trouveront comment combler le fossé entre la liste de souhaits des consommateurs et leur paiement final seront au paradis.

C’est ici qu’entre en jeu la start-up israélienne Datacrushers. Sa technologie « secrète » est capable d’identifier qui sont ces « abandonnateurs » de panier, à quel stade ils procèdent à l’abandon, et pourquoi. Et puis la société aide à finaliser la vente.

Le cabinet de neuf personnes, créé en 2014 par son PDG, James Oppenheim, spécialiste du marché numérique et du développement des affaires, et Jonathan Schler, son directeur technique, titulaire d’un doctorat en informatique et en apprentissage automatique, utilise des algorithmes pour « détecter ce que les clients font sur le site et ensuite transformer ces informations en analyses qui sont présentées au vendeur et lui permet d’agir », a expliqué Oppenheim dans une récente interview accordée au Times of Israel dans les bureaux de la start-up à Jérusalem.

« Nous identifions les manques à gagner sur le site, nous les montrons virtuellement au vendeur – et ensuite nous lui fournissons les outils pour aller de l’avant et finaliser ces achats. »

Ce que l’entreprise fait, dit-il, « c’est diriger le visiteur une que son intérêt pour le produit est connu ».

Les entreprises qui utilisent déjà la technologie Datacrushers ont également recours à Affirm, qui permet aux consommateurs d’acheter des produits en ligne et de les payer au fur et à mesure ; le producteur de café Segafredo-Zanetti Spa; et Skiddoo, un site de voyage, sont des utilisateurs selon le site Web de la startup.

La gamme de logiciels développée par la société peut être facilement intégrée à n’importe quelle plate-forme en ligne, dispose d’un support multilingue et fonctionne avec n’importe quelle devise, a déclaré Oppenheim.

Jonathan Schler, de Datacrushers, assis, avec James Oppenheim (à droite) et Jeffrey Tower à leur bureau de Jérusalem; le 29 octobre 2017 (Shoshanna Solomon / Times of Israel)

Contrairement à d’autres technologies existantes, « nous sommes complètement indépendants de la langue – notre technologie va fonctionner à travers n’importe quelle langue, n’importe quelle devise et n’importe quelle plate-forme. Ce sont de très grandes pierres d’achoppement pour les technologies actuelles et notre processus d’intégration est à peu près irréprochable – nous pouvons obtenir un client opérationnel en une journée », a exliqué Oppenheim.

La combinaison des données et des analyses fournies aux vendeurs permet d’augmenter les ventes jusqu’à 40 %, indique l’entreprise.

« La plupart des commerçants n’ont aucune visibilité sur leur site », a déclaré Schler – que ce soit à propos de leurs visiteurs, de l’achat moyen par utilisateur, de leur produit le plus populaire. « Nous fournissons tout un ensemble d’outils et d’idées pour que les commerçants puissent voir ; qu’ils ne sont plus aveugles. »

Des outils similaires déjà sur le marché sont généralement « très compliqués à mettre en place – plus de 70 % des commerçants ne les ont pas mis en place correctement », dit-il. En outre, certaines plates-formes de commerce électronique peuvent avoir des outils de suivi, en utilisant une variété d’applications, « mais elles sont généralement fragmentées – elles ne sont pas reliées entre elles et leurs performances ne sont pas aussi bonnes que les nôtres. Donc, il existe des outils, mais il n’y a pas de plate-forme unique qui combine les données. »

Sites de chalutage, informations de glanage

Grâce à l’intelligence artificielle et à l’apprentissage automatique, le logiciel développé par Schler explore les sites sur lesquels il est installé et glane les informations à trois niveaux : au niveau de l’utilisateur, au niveau du site et au niveau du produit. Le logiciel comprend comment les produits sont catégorisés, et sans aucune sorte d’implication humaine, produit des aperçus pour les commerçants. Par exemple, le logiciel permet aux commerçants de voir si les acheteurs ont acheté ou abandonné leur panier ; ils peuvent voir ce qu’ils ont recherché et quelles campagnes – par courrier électronique ou messagerie mobile – les ont ramenés à leur panier. Le logiciel peut identifier le dispositif utilisée pour le shopping – qu’il s’agisse d’un téléphone portable ou d’un PC et du système d’exploitation.

L’analyse de Datacrushers aide les détaillants en ligne à conclure cette vente (Courtesy)

Le logiciel fournit ensuite des outils marketing pour mieux cibler les clients, en utilisant des e-mails déclenchés automatiquement et des messages sur site. Des courriels automatiques sont envoyés aux acheteurs lorsqu’ils ont abandonné leurs paniers pour récupérer leurs achats ; des messages affichent les éléments qui ont été laissés dans le panier, incitant les utilisateurs à relancer leur processus d’achat ; des e-mails post-achat s’adressent aux anciens clients – qui sont plus susceptibles d’acheter à nouveau – leur envoyant un e-mail avec une offre de réduction pour une durée limitée. Les acheteurs peuvent également partager leurs paniers sur plusieurs plates-formes – par e-mail ou par messagerie Facebook.

Le logiciel surveille également la performance globale des campagnes marketing du fournisseur. Les données collectées peuvent montrer s’il y a une baisse des ventes dans un produit particulier et peut-être qu’une baisse de prix est conseillée ; ou, inversement, qu’à un prix donné, un produit se porte bien.

« Nous sommes probablement l’une des premières ou des seules entreprises du secteur du commerce électronique à veiller à ce que nos analyses soient exploitables », a déclaré Jeffrey Tower, directeur des ventes du cabinet. « A quoi servent les données analytiques si vous ne pouvez rien en faire. » Et le plus important, dit-il, « nous le faisons à une échelle massive. »

Datacrushers travaille à la fois avec des commerçants / sites e-commerce individuels et avec des partenaires e-commerce majeurs et des hébergeurs qui ont des centaines voire des milliers de sites clients, a-t-il dit.

Parmi les concurrents de Datacrushers se trouve la société américaine Bluecore, qui a développé un logiciel de marketing automatisé pour les marques de commerce électronique ; et les plateformes d’optimisation de conversion MaxTraffic, basées en Lettonie ; Granify du Canada et Rejoiner, basée à Boston, qui opèrent dans le domaine d’abandon de paniers.

« Datacrushers opère sur le marché concurrentiel de solutions logicielles de commerce électronique. Plus précisément, la société fournit des solutions de récupération et d’analyse d’abandon de paniers », déclare Zirra, une société d’analyse de marché et d’entreprise basée à Tel Aviv, dans un rapport sur la société.

Et tandis que Datacrushers est sur un marché qui devrait croître rapidement dans les prochaines années et que l’entreprise a une base de clients qui comprend « des entreprises leaders du marché des industries concernées », l’entreprise doit « montrer un fort facteur de différenciation afin de sortir du lot », déclare Zirra dans un rapport sur l’entreprise.

Image d’illustration d’un homme achetant en ligne à l’aide d’une carte de crédit (Kerkez, iStock by Getty Images)

Selon un rapport de Forrester, les dépenses annuelles en logiciels de commerce électronique, mise en œuvre et maintenance des entreprises américaines devraient atteindre 10 milliards de dollars d’ici 2019, contre 5,1 milliards de dollars en 2014.

Selon Markets and Markets, le marché de l’analyse de vente au détail croît à un taux annuel de 19,7 % et devrait atteindre 8,64 milliards de dollars d’ici 2022. Les facteurs qui favorisent cette croissance comprennent la pénétration croissante d’Internet, l’utilisation accrue des plateformes à forte consommation de données, l’adoption rapide des médias sociaux et l’avancement de technologies telles que l’apprentissage automatique, l’intelligence artificielle et la réalité augmentée.

La croissance annuelle des paiements électroniques augmentera dans une « croissance à un seul chiffre pour les années à venir », écrit Josh Levin, analyste chez Citi, dans une note de juillet 2016. Comme les commerçants s’adaptent à cette tendance, il y a « cibles faciles » à viser pour les entreprises de paiement, étant donné qu’une grande partie de la technologie d’acceptation des paiements des commerçants d’aujourd’hui est étonnamment primitive. »

Ces sociétés ont la possibilité d’accroître leur rentabilité en fournissant des services à valeur ajoutée aux commerçants, écrit Levin.

Datacrushers a recueilli 1,4 million de dollars auprès d’amis et de membres de sa famille, mais cherche à récolter quelque 5 millions de dollars en série A prochainement, pour développer davantage le produit et développer l’activité, y compris aux Etats-Unis, en Europe et en Chine, a déclaré Oppenheim.

« La façon dont nous envisageons l’industrie, c’est que nous allons voir plus d’intelligence artificielle dans l’environnement du commerce électronique », a déclaré Oppenheim. « Les entreprises technologiques qui alimentent le commerce électronique sont nos alliés naturels et nos partenaires stratégiques. Le rêve de cette entreprise est d’être une partie élémentaire de la reconstruction de la nouvelle épine dorsale du commerce électronique. »

Information complémentaire : James Oppenheim était chef des ventes et responsable du développement des affaires au Times of Israel de janvier 2012 à août 2015

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...