Israël en guerre - Jour 151

Rechercher

Une yeshiva veut faire revivre Sderot, ville quasi-déserte en lisière de Gaza

"Etre ici, c'est affirmer au Hamas qu'il ne nous ont pas vaincus, que nous ne fuyons pas et nous restons forts," clame un étudiant

Des étudiants de la yeshiva de Sderot, près de la frontière de Gaza, le 24 décembre 2023. (Crédit : Menahem Kahana / AFP)
Des étudiants de la yeshiva de Sderot, près de la frontière de Gaza, le 24 décembre 2023. (Crédit : Menahem Kahana / AFP)

Au son des canons qui crépitent en pleine guerre, une yeshiva a repris ses enseignements religieux à Sdérot avec l’objectif de refaire vivre cette ville israélienne en lisière de Gaza largement désertée après l’attaque sanglante du groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas le 7 octobre.

Dans la salle d’études de la yeshiva de Sdérot, les discussions des élèves se mêlent au bruit des tirs de l’armée israélienne vers la bande de Gaza située à moins de 5 km.

La majorité des 35 000 habitants de la ville ne sont pas revenus après avoir été évacués à la suite à l’attaque des terroristes du Hamas, qui y a fait au moins 40 morts le 7 octobre, dont plusieurs policiers dans le commissariat pris d’assaut pendant plusieurs heures.

L’attaque du Hamas a fait au total environ 1 140 morts, en majorité des civils, en territoire israélien, selon un décompte de l’AFP réalisé à partir des derniers chiffres officiels israéliens disponibles. Environ 250 personnes ont été enlevées, dont 129 restent détenues à Gaza, selon Israël. En représailles, Israël a juré d' »anéantir » le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007.

« Gardiens de la ville

La yeshiva de Sdérot, installée depuis presque 30 ans dans cette petite ville du sud d’Israël, avait elle aussi précipitamment fermé ses portes. L’institut et ses quelque 600 élèves ont été les premiers à y revenir.

« Sdérot est une ville en voie de développement (…) Nous sommes venus renforcer la ville avec de la Torah et du sionisme », témoigne auprès de l’AFP son directeur spirituel, le rabbin David Fendel.

Le rabbin David Fendel, directeur de la yeshiva de Sderot, près de la frontière de Gaza, le 24 décembre 2023. (Crédit : Menahem Kahana / AFP)

« Quand on a les forces de centaines de jeunes idéalistes, la vie dans Sdérot prend une autre tournure », explique le rabbin.

Cette yeshiva est l’un des instituts phares du sionisme religieux et son dirigeant estime qu’il devrait de nouveau avoir à l’avenir « une présence juive » à l’intérieur de la bande de Gaza, d’où Israël a retiré son armée et ses citoyens en 2005.

Le 7 octobre, à l’aube, alors qu’ils étaient en train de prier lors du dernier jour de la fête juive de Soukkot, les élèves et leurs maîtres ont été surpris par les alertes aux tirs de roquettes suivies peu de temps après par des tirs dans les rues, à quelques dizaines de mètre de la yeshiva.

Certains des étudiants, réservistes de l’armée, sont sortis combattre et d’autres ont aidé à soigner les blessés et à les évacuer.

« Nous voulons être les gardiens de la ville et on étudie la Torah ici car c’est le fondement de la nation juive », assure M. Fendel.

Des étudiants de la yeshiva de Sderot, près de la frontière de Gaza, le 24 décembre 2023. (Crédit : Menahem Kahana / AFP)

« Montrer l’exemple »

Autorisés à revenir par l’armée, les étudiants sont moins nombreux que d’habitude, des dizaines d’entre eux étant mobilisés, notamment dans les combats à Gaza contre les terroristes du Hamas.

Pour Ron Amar, 20 ans, qui étudie depuis deux ans et demi dans cet institut, « revenir a été un choc car la ville est vide mais nous souhaitons montrer l’exemple et encourager » les habitants de Sdérot, déclare le jeune homme.

Volontaire dans les services de secours, il se souvient du 7 octobre et des « corps par terre » dans les rues. Il a fallu « garder son sang-froid », confie l’étudiant. « On est habitués aux tirs de roquettes mais cette fois c’était différent. »

Les corps de civils tués dans la ville de Sderot, le 7 octobre 2023, à la suite d’une attaque de terroristes du Hamas. (Crédit : Oren Ziv/AFP)

Avant le 7 octobre, les habitants de Sdérot, pourtant cible des roquettes tirées depuis la bande de Gaza depuis 20 ans, n’avaient jamais été évacués.

Accueillis provisoirement dans le centre d’Israël, ils regagnent petit à petit leurs maisons et un semblant de quotidien mais les rues sont encore vides et la majorité des magasins ont les stores fermés.

« Etre ici, c’est affirmer au Hamas qu’il ne nous ont pas vaincus, que nous ne fuyons pas et nous restons forts », clame Ron Amar.

« Nous devons renforcer nos prières pour nos soldats, nos otages et pour le peuple d’Israël », renchérit le rabbin Fendel.

« La ville a besoin de nous », conclut-il.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.