Rechercher

US: La police du campus de l’université Davis enquête sur des bannières antisémites

Le recteur de l'université s'est dit "écoeuré par cet incident à caractère haineux" et a encouragé à "s'opposer à l'antisémitisme et au racisme"

Vue aérienne du campus de l'université de Californie, à Davis. (Crédit : Wikipedia/Arlen/CC BY)
Vue aérienne du campus de l'université de Californie, à Davis. (Crédit : Wikipedia/Arlen/CC BY)

JTA – La police du campus de l’université Davis (UCD), en Californie, enquête sur un incident au cours duquel quatre hommes ont accroché des bannières au-dessus d’un pont autoroutier sur lesquelles était inscrit « le communisme est juif » et « l’Holocauste est un mensonge anti-blanc ».

Des hommes blancs portaient des vêtements et des masques noirs lors de l’incident de dimanche, selon le Sacramento Bee. Le recteur de l’université, Gary May, a déclaré dans un communiqué qu’un incident similaire s’était produit le week-end précédent, et la police universitaire considère qu’il s’agit d’un « incident à caractère haineux ».

« Nous sommes écœurés que quelqu’un investisse du temps dans de tels actes lâches, de haine et d’intimidation », a écrit May. « Ils n’ont pas leur place ici. Nous encourageons notre communauté à s’opposer à l’antisémitisme et au racisme ».

Le maire de Davis, Lucas Frerichs, a condamné l’incident sur Twitter. « La haine n’a pas sa place à Davis ; le négationnisme n’est autre que de l’antisémitisme », a écrit Frerichs.

« En tant que maire, je soutiens la communauté juive de Davis, de l’UCD et d’ailleurs. »

De multiples incidents antisémites à l’UCD ont été signalés au cours des dernières années, notamment des tracts antisémites en 2019 qui étaient liés à un groupe suprémaciste blanc. En 2015, des croix gammées ont été taguées sur le local de la fraternité juive Alpha Epsilon Pi.

La Congrégation Bet Haverim, une synagogue réformée située à proximité, a également condamné l’incident et a déclaré sur Facebook qu’elle était en communication avec le conseil municipal de Davis et le département de police de Davis et qu’elle n’avait vu « aucun signe de vandalisme ni reçu aucune menace spécifique à ce jour », bien que la synagogue demande une augmentation des patrouilles. Le comité de sécurité de Bet Haverim proposera également une formation à la sécurité le 11 septembre, au sein même de la synagogue.

La direction de la synagogue a exhorté les membres de la communauté à « envisager de répondre à cet incident en faisant quelque chose qui relève du judaïsme comme dire une prière, étudier un texte ou soutenir une cause juive. Quelle que soit l’intention des auteurs de ces bannières, puisse leur acte d’aujourd’hui conduire à plus de judaïsme dans nos vies et dans notre monde ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...