USA: des acteurs Juifs racontent la séparation entre une migrante et son fils
Rechercher

USA: des acteurs Juifs racontent la séparation entre une migrante et son fils

Mirian a raconté avoir été séparée de son seul enfant depuis son arrivée au mois de février et qu'il est trop jeune pour lui parler au téléphone

Capture d'écran de la vidéo de l'ACLU (Capture d'écran : YouTube)
Capture d'écran de la vidéo de l'ACLU (Capture d'écran : YouTube)

Plus de 30 célébrités – dont de nombreux Juifs – se sont associées à l’ACLU (American Civil Liberties Union) pour réaliser une vidéo devenue virale cette semaine racontant l’histoire d’une mère séparée de son petit enfant à la frontière américaine.

Dans le clip, créé par Maggie Gyllenhaal et intitulé « mon nom est Mirian », des acteurs lisent, les uns après les autres, le témoignage apporté par une demandeuse d’asile du Honduras qui a été séparée de son seul enfant, son fils de 18 mois.

Parmi les participants, le frère de Gyllenhaal, Jake, Julia Louis-Dreyfus, James Franco, et Amy Schumer.

Plus de 2 000 enfants ont été séparés de leurs parents par les autorités américaines de l’immigration ce printemps à la frontière, avant que le président Donald Trump ne renonce à sa politique, le 20 juin, dans un contexte d’indignation internationale, et n’ordonne que les familles restent rassemblées.

Mirian a expliqué qu’elle et son enfant avaient quitté leur foyer au Honduras après avoir reçu des gaz lacrymogènes de la part des militaires.

« Le 20 février 2018, mon fils et moi avons traversé le pont international à Brownsville, au Texas, et nous nous sommes présentés aux agents de l’immigration américaine », a-t-elle écrit dans une lettre.

« Les agents américains m’ont alors dit qu’ils allaient me prendre mon fils. Il m’ont dit qu’il irait à un endroit et moi à un autre. J’ai demandé pourquoi ils voulaient me séparer de mon enfant. Ils ne m’ont donné aucune raison de le faire ».

La lettre poursuit : « je n’avais aucune idée de ce que je serais séparée de mon enfant parce que je cherchais de l’aide ».

Certains des acteurs luttent pour contenir leur émotion lorsque Mirian raconte comment elle se trouve dans l’incapacité de réconforter son enfant après que les agents de la police des frontières l’ont placé sur le siège d’un véhicule gouvernemental.

Mirian a pu s’entretenir avec l’employé chargé du dossier de son fils, ajoutant qu’elle n’a pas pu réellement parler à l’enfant lui-même car il est trop petit pour s’exprimer correctement. L’enfant n’est pas bien et la réclame.

« Il faut que je puisse le prendre dans mes bras et le rassurer en lui disant qu’il est en lieu sûr et que sa mère est là pour lui », a-t-elle dit.

Un responsable de l’administration de Trump a estimé que les séparations étaient une mesure nécessaire pour la sécurité frontalière.

Un large spectre de groupes juifs ont fait savoir leur indignation face à cette politique, ainsi qu’un grand nombre d’autres organisations religieuses, certaines la comparant aux actions de l’ère nazie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...