Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

Vague d’homicides : L’alliance arabe radicale Hadash-Taal rencontre Netanyahu

Raam était absent ; Le Premier ministre appelle à mettre la politique de côté et annonce une nouvelle commission

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le chef de Hadash-Taal, le député Ayman Odeh, et le député Ahmad Tibi organisent leur réunion de faction à la Knesset, le 5 juin 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le chef de Hadash-Taal, le député Ayman Odeh, et le député Ahmad Tibi organisent leur réunion de faction à la Knesset, le 5 juin 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rencontré le parti arabe majoritaire de la Knesset, Hadash-Taal, lundi soir, alors que la criminalité incontrôlée dans les communautés arabes a fait sa 90e victime depuis le début de l’année 2023.

« Nous ne plaçons pas nos espoirs dans les discussions ; le test sera les résultats », a écrit sur Twitter le chef du parti Hadash-Taal, Ayman Odeh, à l’issue de la réunion.

« La criminalité se répand comme un cancer qui menace de détruire notre société », a ajouté le député Ahmad Tibi. Il a en outre déclaré que son parti demandait d’intensifier les efforts contre les armes militaires volées qui sont passées en contrebande dans les rues arabes.

Le Bureau de Netanyahu a déclaré que les participants avaient accepté la création d’une commission d’orientation « dont les tâches engloberont tous les domaines dans lesquels le gouvernement traite avec la société arabe ». Cette commission sera dirigée par Netanyahu.

« Nous devons mettre la politique de côté, nous débarrasser des divisions et travailler ensemble pour éradiquer le fléau criminel », a-t-il déclaré selon le Bureau du Premier ministre.

Plus tôt dans la journée de lundi, Hadash-Taal a rendu public un plan en 12 points pour lutter contre la criminalité et améliorer la sécurité personnelle des Arabes d’Israël, une initiative à laquelle a adhéré le parti islamiste Raam. Ce dernier a cependant refusé de participer à la réunion de lundi, car il ne croit pas que Netanyahu apportera des changements politiques significatifs.

Alors que des sources proches du Premier ministre et de Hadash-Taal ont exprimé de faibles attentes pour le sommet, une source proche de Netanyahu a réitéré l’engagement du Premier ministre à « servir tous les citoyens d’Israël ».

La réunion a eu lieu alors que la minorité arabe d’Israël a été marquée par le troisième meurtre en moins de 24 heures, avec l’assassinat par balle d’un homme de 50 ans dans la ville bédouine de Khawaled, dans le nord du pays. Ce meurtre fait suite à la mort par balles de deux autres hommes lors d’incidents distincts dans le centre et le nord d’Israël dans la nuit de dimanche à lundi.

Plus tôt dans la journée de lundi, le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, avait annoncé son intention de nommer un coordinateur politique pour aider à lutter contre la flambée de violence meurtrière. De nombreux membres de la communauté arabe se méfient du ministre d’extrême-droite en raison de ses condamnations antérieures pour incitation au racisme et soutien à un groupe terroriste juif, ainsi que de son intention récente d’expulser les citoyens arabes « déloyaux ».

Lors d’une conférence de presse à la Knesset lundi, Tibi a déclaré que Netanyahu devrait nommer un expert de la politique et créer une commission ministérielle chargée de lutter contre la criminalité et la violence endémiques.

Omar Awali, 21 ans, à gauche, et Ahmed Hizam Sharif, 47 ans, abattus lors d’incidents distincts dans des communautés arabes, le 4 juin 2023. (Autorisation)

« Pour vaincre une organisation criminelle, il faut de la confiance, et nous n’avons aucune confiance en Ben Gvir, le raciste. Un gouvernement digne de ce nom l’aurait licencié depuis longtemps », a déclaré le parti dans un communiqué.

Ben Gvir a déclaré qu’il avait décidé de nommer une personne de référence après avoir consulté le chef de la police israélienne Kobi Shabtaï, une autre cible de la méfiance de la communauté arabe. Après le sommet de Netanyahu, Tibi a déclaré que le Premier ministre avait dit qu’il n’était pas d’accord avec les déclarations de Shabtaï, qui avaient fait l’objet d’une fuite, selon lesquelles il était dans la « nature » des Arabes de commettre des meurtres.

Sollicitant la confiance de l’autre côté de l’allée, le président de Hadash-Taal, Odeh, a publiquement imploré Raam de se joindre à la réunion de lundi. « C’est le moment de faire preuve de responsabilité », a-t-il déclaré.

Les deux partis se partagent 10 sièges à la Knesset, mais n’ont pas surmonté leur inimitié commune pour collaborer avec succès à la lutte contre la criminalité dans les communautés arabes, une priorité commune.

Les sources de Hadash-Taal ont exprimé leur déception quant au fait que Raam ait finalement refusé d’assister à la réunion, décision qui, selon le parti, a été initiée par Netanyahu à la suite d’un débat à la Knesset sur la criminalité au sein de la communauté arabe la semaine dernière.

Bien qu’il ait renoncé à la réunion de lundi, Raam a tenu une rare conférence de presse en hébreu lundi pour soutenir l’initiative en 12 principes de Hadash-Taal.

Outre la création d’une commission ministérielle présidée par le Premier ministre et la nomination d’un expert de la politique, Hadash-Taal demande 10 mesures « urgentes » supplémentaires : résoudre la crise du logement et de la terre ; établir une autorité au sein du Bureau du Premier ministre pour s’attaquer au crime organisé ; abolir la garde nationale naissante ; changer l’orientation de la police envers la société arabe, en passant d’une préoccupation sécuritaire à un intérêt civil ; ajouter des experts et des universitaires à toute équipe de travail traitant de la criminalité ; budgétiser adéquatement toutes les initiatives ; réhabiliter les familles des victimes ; et accroître l’accès aux prêts immobiliers et au crédit dans les communautés arabes, pour mettre fin au financement du marché noir qui alimente les gangs de la pègre à l’origine de la violence.

Le chef du Likud, le député Benjamin Netanyahu, et le chef du parti Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, lors d’un vote dans la salle de réunion de la Knesset, le 28 décembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le chef de Raam, Mansour Abbas, a déclaré que Netanyahu n’avait donné « aucune réponse » aux demandes de lutte contre la criminalité dans la communauté arabe, bien que le Hadash-Taal ait remis à Netanyahu une lettre décrivant les mesures à prendre pour améliorer la sécurité dans les villes arabes une semaine auparavant.

« Nous attendons du Premier ministre qu’il adopte la lettre », a ajouté Abbas.

En 2021, Abbas est entré dans l’histoire en faisant entrer sa faction islamiste dans une coalition israélienne, une mesure qu’il a prise au nom de la construction d’un partenariat arabo-juif et de l’amélioration de la qualité de vie des Arabes israéliens.

« Nous voulons faire avancer les efforts communs », avait-il déclaré, mais d’un autre côté, « l’objectif n’est pas juste de s’asseoir ». « Il faut répondre aux demandes de la société arabe et d’obtenir des résultats. »

Quelques heures avant le sommet de la Knesset, un certain nombre de maires arabes ont également rencontré les directeurs-généraux des ministères, pour discuter de la lutte contre la criminalité.

Les 91 meurtres d’Arabes recensés cette année ont presque triplé par rapport à la même période de l’année dernière, au cours de laquelle 34 morts violentes avaient été enregistrées, selon The Abraham Initiatives, un groupe qui fait campagne contre la violence.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.