Rechercher

Vente aux enchères de lettres de Jung attestant de son intérêt pour les textes juifs

La majeure partie de la collection, adressée à la psychanalyste Kluger, concerne la psychiatrie ; certaines lettres inédites montrent sa fascination pour les écrits hébraïques

Une des nombreuses lettres de Carl Jung à son élève, le Dr Rivkah Schärf Kluger. (Crédit: Maison de vente aux enchères Kedem)
Une des nombreuses lettres de Carl Jung à son élève, le Dr Rivkah Schärf Kluger. (Crédit: Maison de vente aux enchères Kedem)

Une collection unique de lettres manuscrites et dactylographiées inédite du célèbre psychologue Carl Gustav Jung sera mise en vente la semaine prochaine à la maison de vente aux enchères Kedem de Jérusalem.

Jung, médecin et psychiatre suisse, l’un des élèves les plus remarquables de Sigmund Freud, est considéré comme l’un des pères fondateurs de la psychologie moderne, à l’origine du concept de « l’inconscient collectif ».

Les 62 lettres, écrites entre 1940 et 1960, étaient adressées à son élève, sa collègue psychanalyste et amie proche, le Dr Rivkah Schärf Kluger, elle-même juive.

Si les lettres traitent principalement de psychiatrie et donnent un aperçu des théories et de la pensée de Jung, certaines montrent sa fascination pour la langue hébraïque et les textes juifs.

Dans une lettre datée du 24 mai 1944, il remercie Schärf Kluger de lui avoir envoyé une composition kabbalistique en particulier.

« Cette [composition] renforce fortement mes propres sentiments et expériences. Elle m’a beaucoup impressionné. Dans les heures les plus sombres de ma maladie, chaque nuit, je me suis retrouvé dans une sorte de ‘verger de grenadiers' », écrit-il, faisant probablement référence au Pardes Rimonim (Verger de grenadiers) du rabbin Moïse ben Jacob Cordovero.

Le Dr Carl Jung, psychiatre suisse fondateur de l’école de psychologie analytique, à Zurich, en Suisse, sur une photo non datée. (Crédit: Photo AP)

Dans une autre lettre, il remercie Schärf Kluger de lui avoir fourni une interprétation du mot hébreu rikmah, qui signifie broderie, tapisserie ou tissu biologique.

Outre les lettres, la collection comprend également quarante et une photographies, dont des clichés de Jung chez lui à Küsnacht, dans la banlieue de Zurich.

« Cette collection unique éclaire divers aspects de la vie et de la philosophie de Jung », a déclaré Meron Eren, PDG et cofondateur de la maison de vente aux enchères Kedem.

« C’est un véritable trésor de voir une si grande collection de lettres inédites publiée et mise au grand jour. C’est une opportunité rare pour les chercheurs, les étudiants et tous ceux qui étudient l’héritage de Jung », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...