Rechercher

Victoire des internes en médecine: « Nous avons mis fin aux gardes de 26 heures »

"Les internes ont gagné et le public a gagné" déclare la Dr Rey Bitton, chef de l'organisation Mirsham

Des internes en médecine manifestent pour de meilleures conditions de travail à Tel Aviv, le 9 octobre 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Des internes en médecine manifestent pour de meilleures conditions de travail à Tel Aviv, le 9 octobre 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Alors que les internes en médecine mettent fin à leur protestation et retournent au travail, ils crient victoire suite aux discussions avec le ministre de la Santé Nitzan Horowitz.

« Notre combat justifié est un succès. Nous pouvons dire avec certitude que nous avons mis fin aux gardes de 26 heures », déclare la Dr Rey Bitton, chef de l’organisation Mirsham.

« Les internes ont gagné et le public a gagné, car il ne sera pas traité par des médecins fatigués à la 25e heure de leur garde. Nous bénéficierons tous d’un meilleur traitement médical. C’est un changement historique qui concernera des milliers d’internes et des centaines de milliers de patients. »

Selon la nouvelle proposition annoncée par Horowitz, les quarts de travail seront raccourcis en mars de 26 à 18 heures dans 10 hôpitaux des zones périphériques. Les équipes seront ensuite réduites dans de nombreux services de deux hôpitaux du centre du pays, dont le nombre reste à déterminer, en novembre 2022.

Les gardes seront ensuite progressivement réduites dans d’autres services et hôpitaux, l’objectif étant que tous les internes en médecine effectuent des gardes de 18 heures d’ici à la fin de 2025.

Des centaines d’internes en médecine qui avaient démissionné en masse au début de la semaine pour protester contre leurs conditions de travail ont finalement annulé leur démission mercredi matin, acceptant l’offre de compromis du ministre de la Santé Nitzan Horowitz, qui accélérerait les plans de réduction de leurs gardes.

Les internes en médecine avaient rejeté une précédente proposition du gouvernement qui prévoyait de réduire progressivement les gardes d’ici 2026, mais uniquement dans dix hôpitaux de la périphérie, avec des déclarations vagues sur le reste du pays par la suite. La nouvelle proposition était plus détaillée, avec des objectifs plus clairs pour l’ensemble du pays.

« Tous les gouvernements israéliens ont choisi d’ignorer ce problème jusqu’à ce gouvernement », a déclaré M. Horowitz lors d’une conférence de presse au centre médical Shaare Zedek à Jérusalem, lundi.

« Nous comprenons les stagiaires et la pression, nous comprenons la détresse », a déclaré Horowitz. « J’espère que cela permettra de mettre fin à la crise ».

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz en conférence de presse à l’hôpitâl Shaaré Zedek de Jérusalem, le 18 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)

Jusqu’en 2000, les internes faisaient des gardes de 36 heures et parfois plus. Cette année-là, un accord a été signé pour réduire les quarts à 26 heures avec une pause de deux heures.

En 2012, à la suite d’appels à une nouvelle réduction des heures de travail, le gouvernement a modifié le permis de travail irrégulier afin de limiter les internes à deux quarts de travail par semaine et de leur interdire de travailler plus de 71,5 heures au total par semaine.

Malgré cette nouvelle réglementation, la plupart des hôpitaux ne l’ont pas mise en œuvre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...