Rechercher

Viktorov quitte une cérémonie à la Knesset après des critiques sur la guerre en Ukraine

L'ambassade a affirmé que l'envoyé de Russie en Israël a quitté la cérémonie du Jour de la Victoire en raison de son emploi du temps

L'ambassadeur russe en Israël, Anatoly Viktorov, faisant une déclaration aux médias au consulat russe à Tel Aviv, le 3 mars 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
L'ambassadeur russe en Israël, Anatoly Viktorov, faisant une déclaration aux médias au consulat russe à Tel Aviv, le 3 mars 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

L’ambassadeur de Russie en Israël, Anatoly Viktorov, a quitté mardi un événement de la Knesset commémorant le Jour de la Victoire après que les législateurs ont critiqué Moscou pour son invasion de l’Ukraine.

La Douzième chaîne a rapporté que l’envoyé a quitté la session en exprimant sa colère face aux remarques des législateurs. L’ambassade de Russie a, quant à elle, affirmé qu’il était simplement parti pour se rendre à son prochain rendez-vous comme prévu par son agenda.

Le jour de la Victoire, célébré le 9 mai en Russie, est la fête laïque la plus importante du pays. Elle commémore la détermination et les pertes de l’Armée rouge soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale.

Parmi les commentaires qui auraient irrité l’ambassadeur figurent ceux du député travailliste Gilad Kariv, qui a dénoncé l’invasion comme « illégitime », ajoutant que de récentes révélations montrent que certaines des actions de la Russie en Ukraine « équivalent à des crimes contre l’humanité ».

« Malheureusement, ce jour ne peut être commémoré sans un regard inquiet et une voix forte pour protester contre l’activité militaire de la Russie sur le territoire souverain de l’Ukraine – des actions qui ont coûté la vie à plusieurs milliers de personnes », a déclaré Kariv lors de la cérémonie.

« Des actions qui, à notre grand désarroi, sont également révélées comme des crimes contre l’humanité. L’esprit de cette journée et la leçon que nous devons tirer du prix terrible que l’humanité a payé pour l’agression de l’Allemagne et de ses alliés pendant la Seconde Guerre mondiale, nous obligent à nous opposer à l’agression russe et à soutenir l’effort international pour mettre fin à cette guerre inutile et illégitime. »

Le député travailliste Gilad Kariv s’exprime devant le plénum de la Knesset le 21 juin 2021. (Crédit: Olivier Fitoussi/Flash90)

Le député de Yisrael Beytenu Evgeny Sova, lui-même né dans la ville ukrainienne de Pervomaisk, a décrié les événements en Ukraine et la façon dont ils affectent la mémoire de ceux qui ont combattu pendant la Seconde Guerre mondiale.

« Malheureusement, aujourd’hui, nous entendons à nouveau les canons rugir sur le sol européen », a-t-il déclaré.

« En tant que natif d’Ukraine, je ne peux m’empêcher de regarder avec douleur ce qui se passe, une terrible guerre. Cela me fait d’autant plus mal que ceux qui ont vaincu l’oppresseur nazi et apporté la victoire – se battent aujourd’hui les uns contre les autres. La guerre en Ukraine est un crime, une gifle au visage de nos grands-parents qui ont combattu les nazis. Cette guerre porte atteinte à la mémoire de mon grand-père, qui est né en Ukraine et a vécu toute sa vie à Moscou. Elle porte atteinte à tous ceux qui sont tombés pour la paix et le droit de vivre dans ce monde. »

Evgeny Sova, député de Yisrael Beytenu. (Crédit: Courtoisie)

Le député du Likud Yuli Edelstein, un ancien prisonnier de Sion d’origine ukrainienne sous l’Union soviétique, a déclaré que la Russie utilisait « cyniquement » le Jour de la Victoire pour justifier son invasion, l’accusant de tuer délibérément des civils.

« Ce dont nous sommes témoins ces jours-ci est une exploitation cynique de cette grande victoire », a-t-il déclaré. « Nous assistons à une exploitation cynique par un pays, de ce jour, pour justifier au XXIe siècle, en 2022, le meurtre et l’assassinat de civils innocents, des atrocités, des tirs sur des personnes menottées, des viols, la démolition de maisons, des tirs sur des écoles, des choses indescriptibles. »

Le ministre de la santé sortant, Yuli Edelstein, lors de la cérémonie d’installation de son remplaçant, au ministère de la Santé à Jérusalem, le 14 juin 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le député Yisrael Eichler a semblé comparer la guerre de la Russie à celle menée par l’Allemagne nazie, affirmant que le refrain commun du « plus jamais ça » s’est avéré faux car « la Russie est entrée en Ukraine sans demander l’avis de personne et personne n’a pu l’arrêter ».

Plusieurs autres députés qui se sont exprimés n’ont pas fait mention de l’invasion russe en Ukraine.

Une porte-parole de l’ambassade de Russie à Tel Aviv a déclaré au Times of Israel que le départ de Viktorov « était de nature purement organisationnelle. L’ambassadeur essayait de ne pas être en retard pour une réunion importante ».

Environ 1,5 million de Juifs ont combattu dans les armées alliées pendant la Seconde Guerre mondiale, dont 500 000 dans l’Armée rouge, 550 000 dans l’armée américaine, 100 000 dans l’armée polonaise et 30 000 dans l’armée britannique, selon Yad Vashem.

Certains de ceux qui ont combattu dans l’Armée rouge ont servi aux plus hauts niveaux de commandement. Environ 200 000 soldats juifs soviétiques sont tombés sur le champ de bataille ou en captivité en Allemagne. Ceux qui ont survécu ont fondé une famille et construit leur carrière en Union soviétique, jusqu’à ce que le régime communiste s’effondre et que nombre d’entre eux se retrouvent en Israël.

L’incident intervient dans un contexte de relations tendues entre Moscou et Jérusalem au cours des dernières semaines, notamment après que le ministre russe des affaires étrangères, Sergei Lavrov, a affirmé que le leader nazi Adolf Hitler avait du sang juif.

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergey Lavrov à Moscou, le 24 mars 2022. (Crédit : Kirill KUDRYAVTSEV/AFP)

Israël a fermement dénoncé les affirmations du haut diplomate, destinées à justifier l’invasion de l’Ukraine, un pays dont la Russie affirme qu’il est dirigé par des nazis, mais dont le président est juif. Dans un premier temps, la Russie a réitéré ses affirmations. Le bureau du Premier ministre Naftali Bennett a déclaré que le président russe Vladimir Poutine s’était depuis excusé lors d’un appel, bien que le Kremlin n’ait pas confirmé cette information.

Au début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Israël a cherché à marcher sur une corde raide diplomatique entre Moscou et Kiev, en préservant les relations avec ses deux alliés et en proposant de servir d’intermédiaire dans les pourparlers. Plus récemment, Jérusalem s’est tournée vers un soutien plus fort de l’Ukraine, dénonçant la Russie pour des crimes de guerre présumés et envoyant des casques et des gilets pare-balles à l’Ukraine, inversant ainsi une politique antérieure.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...