Violence des résidents des implantations: police et tribunaux contre la sécurité
Rechercher

Violence des résidents des implantations: police et tribunaux contre la sécurité

Des responsables de la défense dénoncent la non coopération des organes de l'État qui permettent aux attaques contre les forces israéliennes et les Palestiniens de rester impunies

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Photo d'illustration : Des soldats israéliens regardent des habitants d'implantation masqués jeter des pierres à des manifestants palestiniens (non-visibles sur la photo) pendant une manifestation contre la construction d'un avant-poste israélien aux abords du village de Turmusaya et de l'implantation de Shilo, au nord de Ramallah, en Cisjordanie, le 17 octobre 2019. (Crédit : JAAFAR ASHTIYEH / AFP)
Photo d'illustration : Des soldats israéliens regardent des habitants d'implantation masqués jeter des pierres à des manifestants palestiniens (non-visibles sur la photo) pendant une manifestation contre la construction d'un avant-poste israélien aux abords du village de Turmusaya et de l'implantation de Shilo, au nord de Ramallah, en Cisjordanie, le 17 octobre 2019. (Crédit : JAAFAR ASHTIYEH / AFP)

La police a publié lundi un communiqué à l’intention des journalistes qui est devenu courant au cours des dernières années : Une enquête a été ouverte sur des allégations selon lesquelles deux employés de maintenance palestiniens ont été agressés au travail dans une clinique de l’implantation d’Yitzhar dans le nord de la Cisjordanie par deux jeunes résidents israéliens qui les ont aspergés de gaz poivré avant de prendre la fuite.

Bien que cet incident particulier ait visé directement les Palestiniens plutôt que leurs biens – comme cela a été plus habituel dans les douzaines d’attaques dites du « Prix à payer » jusqu’à présent en 2019 – le résultat final des auteurs qui échappent à leur arrestation est une chose à laquelle les plaignants sont habitués depuis longtemps.

Une responsable de la sécurité qui s’est entretenue avec le Times of Israel dimanche a insisté sur le fait que les responsables de la défense faisaient tout ce qui était en leur pouvoir pour mettre un frein à cette violence et traduire les coupables en justice. Cependant, elle a également critiqué la police et le système judiciaire israélien, qui, selon elle, rendent ces efforts plus difficiles.

Pour être clair, la responsable de la sécurité a souligné que 2019 a vu une baisse significative du nombre de ce que l’on appelle les « incidents violents » perpétrés par les Israéliens contre les Palestiniens et les forces de sécurité : de 378 en 2018 à 256. Le nombre d’attaques du « Prix à payer », au cours desquelles des Israéliens ont pénétré spécifiquement dans des villages palestiniens, vandalisé des biens et répandu des slogans de haine en hébreu, est resté stable, totalisant 50 pour la deuxième année consécutive selon les chiffres fournis par les responsables de la défense.

Une voiture incendiée lors d’une attaque « Prix à payer » visant le village palestinien de Farata, le 20 décembre 2019. (Municipalité de Farata)

Mais là où la responsable de la sécurité a reconnu un changement pour le pire, c’est dans l’effronterie des auteurs. « Alors qu’auparavant, nous aurions pu assister à une attaque du « Prix à payer » au cours de laquelle les auteurs ont vandalisé 20 voitures, il y a maintenant des incidents où 160 voitures sont vandalisées », a-t-elle expliqué.  » Ils n’ont pas peur. Ils restent dans ce qui est théoriquement un village hostile pendant des heures avant de partir. »

Les milieux de la défense ont également constaté une augmentation du nombre d’attaques violentes, notamment un incident survenu en novembre, au cours duquel les auteurs ont lancé des pierres sur un chauffeur de taxi palestinien qui arrivait, ainsi que divers incendies criminels visant des voitures palestiniennes et même une tente de la police des frontières. « Nous considérons qu’il s’agit d’attaques terroristes dans tous les sens du terme. Les auteurs ne savaient pas s’il y avait quelqu’un à l’intérieur quand ils ont mis le feu », a déclaré la responsable de la sécurité.

La fonctionnaire a souligné que les récents développements entourant le quartier illégal de l’avant-poste de Kumi Ori à Yitzhar constituaient un « appel d’air » pour une augmentation des attaques contre les Palestiniens et les forces de sécurité israéliennes au cours des derniers mois.

L’armée israélienne a déclaré l’avant-poste zone militaire fermée en octobre après qu’un certain nombre de jeunes résidents qui y vivaient aient été impliqués dans une série d’attaques violentes contre les Palestiniens et les forces de sécurité. Parmi les résidents les plus connus du service de sécurité du Shin Bet, on trouve Neria Zarog, 21 ans, un « extrémiste violent » qui a inspiré des attaques contre les Palestiniens et les forces israéliennes, selon la responsable de la sécurité.

Neria Zarog, résident de l’implantation juive d’Yitzhar, est déféré devant le tribunal de Petah Tikva après avoir été arrêté pour avoir enfreint un ordre administratif et après s’être barricadé dans une maison illégale à proximité de l’implantation en Cisjordanie, le 11 novembre 2019. (Hillel Maeir/Flash90)

En septembre, le chef du commandement central de Tsahal, Nadav Padan, a signé une ordonnance administrative interdisant à Zarog de se rendre à Kumi Ori et dans le nord de la Cisjordanie. Le père de trois enfants a ouvertement violé cette directive, refusant de quitter son domicile, mais la police ne l’a arrêté que deux mois plus tard. Zarog a été détenu pendant plusieurs jours car il a refusé d’accepter les conditions de sa libération, avant d’être finalement relâché sans condition.

« Il est considéré comme un héros qui s’est moqué de I’establishment de la défense », a déclaré la responsable de la sécurité.

Sur cette question, la responsable a déclaré que la police méritait d’être blâmée pour avoir mis autant de temps à arrêter Zarog. « Les preuves que nous avions contre lui ont expiré au moment où il a été arrêté », a-t-elle ajouté, refusant de préciser.

Une porte-parole de la police a refusé de faire des commentaires sur la question.

La fonctionnaire a également critiqué les tribunaux pour leur conduite envers Zarog et d’autres affaires dans lesquelles ils accusent les défendeurs de délits mineurs de vandalisme et leur permettent de rentrer chez eux immédiatement.

Néanmoins, la responsable de la sécurité a affirmé qu’il y avait eu des succès dans la lutte contre l’extrémisme israélien au-delà de la Ligne verte, mais a expliqué que des informations spécifiques ne pouvaient pas être partagées avec le public.

La fonctionnaire a souligné qu’il existe plus de plusieurs organismes chargés d’empêcher les jeunes résidents, pour la plupart âgés de 15 à 20 ans, de se retrouver seuls sur les collines de Cisjordanie, où ils sont plus enclins à la radicalisation et à la violence.

lllustration : Un membre des « Jeunes des Collines » sur un âne dans un avant-poste illégal du nord de la Cisjordanie. (Crédit : Zman Emet, Kan 11)

« Tout commence avec leurs familles, mais se poursuit jusqu’à leurs écoles, les municipalités locales et le système d’aide sociale avant d’atteindre le Shin Bet », a déclaré la fonctionnaire, ajoutant que les forces de sécurité ont les mains liées lorsque le gouvernement rejette leurs recommandations de raser les avant-postes d’où émane une grande partie de la violence.

« Mais c’est une question très complexe pour nous car il s’agit de mineurs », a ajouté la responsable.

Lior Amichai, dont l’organisation de gauche Yesh Din recense les violences des résidents israéliens, était moins sympathique quant à la position dans laquelle les forces de sécurité israéliennes se sont trouvées.

Déplorant la rareté des arrestations et le taux encore plus faible de condamnation pour violence contre les Palestiniens, Amichai a déclaré : “en n’appliquant pas la loi contre ces émeutiers israéliens, les autorités israéliennes sont elles-mêmes devenues des collaborateurs et des acteurs politiques qui permettent à ce phénomène de prospérer, de s’épanouir et de se poursuivre”.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...