Israël en guerre - Jour 143

Rechercher

Voyages en Russie : Israël émet un avertissement à ses ressortissants

La publication de cet avertissement est survenue avant que le chef du groupe Wagner, Evguéni Prigojine, n'ordonne à ses troupes d'arrêter leur avancée et de retourner à leurs bases

Dans cette photo tirée d'une vidéo publiée par le service de presse de Prigojine le vendredi 3 mars 2023, Evguéni Prigojine, le chef du groupe Wagner, s'adresse au président ukrainien Volodymyr Zelensky pour lui demander de retirer les forces ukrainiennes restantes de Bakhmout pour sauver leur vie, dans un lieu non précisé en Ukraine. (Crédit : Service de presse de Prigojine via AP, fichier)
Dans cette photo tirée d'une vidéo publiée par le service de presse de Prigojine le vendredi 3 mars 2023, Evguéni Prigojine, le chef du groupe Wagner, s'adresse au président ukrainien Volodymyr Zelensky pour lui demander de retirer les forces ukrainiennes restantes de Bakhmout pour sauver leur vie, dans un lieu non précisé en Ukraine. (Crédit : Service de presse de Prigojine via AP, fichier)

Le ministère des Affaires étrangères a émis samedi soir un avertissement contre les voyages d’israéliens prévus en Russie, alors que le régime de Vladimir Poutine faisait face à une mutinerie du groupe mercenaire Wagner.

Un avis du ministère a conseillé aux Israéliens de « peser la nécessité » de se rendre en Russie et a exhorté les ressortissants israéliens présents en Russie « à peser la nécessité » de rester dans le pays. Il a également appelé les ressortissants israéliens présents en Russie à éviter les « points chauds ».

On pense que quelque 70 000 citoyens israéliens se trouvent actuellement en Russie, ainsi que quelque 500 000 Juifs et personnes éligibles à l’alyah (« immigration en Israël », selon la Loi du Retour).

Peu de temps après la publication de cet avertissement, le chef du groupe Wagner, Evguéni Prigojine, a ordonné à ses troupes d’arrêter leur avancée et de retourner à leurs bases. Il n’était pas immédiatement clair si cela affecterait la position israélienne.

Les forces du groupe paramilitaire russe Wagner ont quitté la région de Lipetsk, au sud de Moscou, où elles étaient entrées samedi lors de leur équipée rebelle vers la capitale russe, ont annoncé dimanche après-midi les autorités locales.

« Les unités du groupe paramilitaire Wagner, qui s’étaient arrêtées hier dans la région de Lipetsk, ont quitté le territoire », a déclaré le service de presse des autorités régionales sur Telegram. La capitale régionale de Lipetsk est située à 400 km de Moscou.

Prigojine doit partir pour le Bélarus, selon la présidence russe sans qu’on sache, dimanche matin, quand ce départ aux allures d’exil est prévu, ni où se trouve le patron de Wagner.

Le président russe Vladimir Poutine (à gauche) serre la main de son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko lors de leur rencontre à Saint-Pétersbourg, le 25 juin 2022. (Crédit : Mikhaïl Metzel/Sputnik/AFP)

Lors d’une équipée de 24 heures qui a mené ses milices à moins de 400 km de Moscou, voire même 200 selon lui, il a frontalement défié l’autorité du président russe avant de faire volte-face et d’ordonner à ses hommes de rentrer dans leurs bases, après une médiation du président bélarusse Alexandre Loukachenko, seul allié européen du Kremlin.

Si l’urgence de la crise semble passée, dans la capitale russe comme dans sa région, le « régime d’opération antiterroriste » instauré la veille et qui confère des pouvoirs accrus aux forces de l’ordre reste en vigueur dimanche matin.

D’importantes patrouilles de police étaient déployées le long de la route menant à la sortie de Moscou dans le sud de la capitale, a constaté une journaliste de l’AFP. C’est par là que les hommes de Wagner et leurs blindés auraient pu arriver, s’ils avaient poursuivi leur marche sur la capitale pour obtenir la tête du ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, et du chef-d’état major, Valéri Guérassimov, accusés d’avoir sacrifier pour rien des dizaines de milliers d’hommes en Ukraine.

Dans la région de Moscou, les restrictions de circulation sur l’autoroute reliant la capitale à Rostov (sud-ouest), centre névralgique des opérations en Ukraine où la rébellion avait pris samedi le contrôle du QG militaire, sont également maintenues dimanche, selon un communiqué de l’agence Avtodor, chargée des autoroutes en Russie.

Dans cette photo extraite d’une vidéo publiée par le service de presse de Prigozhin, Evguéni Prigojine, le chef du groupe Wagner, enregistre la vidéo à Rostov-sur-le-Don, en Russie, le samedi 24 juin 2023. (Prigozhin Press Service via PA)

Les combattants de Wagner se retirent de la région de Voronej, frontalière de l’Ukraine et étape de la marche avortée vers Moscou, ont déclaré dimanche les autorités locales, soulignant que le repli s’effectuait « sans incidents ».

Lundi sera journée chômée à Moscou face à la situation « difficile », selon le maire, Sergueï Sobianine.

Samedi soir, Evguéni Prigojine avait annoncé le fin de son coup de force, quittant le QG de Rostov, pour éviter « un bain de sang ».

Annonçant l’accord conclu avec celui qui, quelques heures plus tôt, avait promis « de libérer le peuple russe », le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov avait salué « une résolution sans nouvelles pertes » de la crise.

Les poursuites pénales contre Evguéni Prigojine seront abandonnées et aucun des combattants du groupe Wagner, qui joue un rôle clé aux côtés de l’armée russe en Ukraine, ne sera poursuivi alors même qu’ils avaient pris les armes contre le Kremlin.

Des visiteurs portant une tenue militaire de camouflage à l’entre du « Centre Wagner », lié à l’homme d’affaires et fondateur de la milice privée du même nom, Evguéni Prigojine, lors de l’ouverture officielle des bureaux du bâtiment pendant la Journée d’unité nationale à St. Petersburg, en Russie, le 4 novembre 2022. (Crédit : AP Photo, File)

« Personne ne persécutera (les combattants), compte tenu de leurs mérites au front » ukrainien, a assuré Dmitri Peskov.

Les autorités russes n’avaient jusqu’ici jamais fait preuve d’une telle mansuétude, jetant en prison opposants et anonymes critiquant Vladimir Poutine et son offensive contre l’Ukraine.

Graves faiblesses

Pour un conseiller de la présidence ukrainienne, Mykhaïlo Podoliak, « Prigojine a humilié Poutine/l’Etat et a montré qu’il n’y a plus de monopole de la violence ».

« Le Kremlin est désormais confronté à un équilibre profondément instable (…) La rébellion de Prigojine a révélé de graves faiblesses », souligne une analyse du centre de réflexion américain Institute for the Study of War (ISW).

Un militaire se tient au sommet d’un véhicule blindé de la compagnie militaire du groupe Wagner, alors qu’il garde une zone au QG du district militaire sud dans une rue de Rostov-sur-le-Don, en Russie, le samedi 24 juin 2023. (Crédit : AP)

Scène extraordinaire samedi soir à Rostov, des dizaines d’habitants ont affiché leur soutien aux insurgés, scandant « Wagner, Wagner! » peu avant que les combattants, avec leur chef à la tête du convoi, quittent la ville où ils avaient déployé des chars et des hommes armés.

« La crise des institutions et de confiance n’étaient pas une évidence pour la plupart en Russie comme en Occident. Aujourd’hui c’est clair », relève Konstantin Kalatchev, un politologue russe indépendant.

« La manière dont la population de Rostov a accompagné le départ de Wagner en dit long », note-t-il.

« Guerre civile »

Si les termes de l’accord restent sujet à spéculations, le président Loukachenko, proche allié de M. Poutine, semble avoir joué un rôle-clé. Selon ses services, c’est lui qui a obtenu du chef de Wagner de cesser sa progression en Russie.

Le Kremlin a exprimé sa « reconnaissance » au dirigeant bélarusse, d’ordinaire dans une relation de dépendance quasi-totale de Moscou.

Dans cette photo extraite d’une vidéo publiée par le service de presse présidentiel russe, le président russe Vladimir Poutine s’adresse à la nation à Moscou, en Russie, le samedi 24 juin 2023. (Service de presse présidentiel russe via AP)

Confronté à son plus grand défi depuis son arrivée au pouvoir fin 1999, le président Poutine avait voulu garder la main, dénonçant une « trahison » de celui qui était chargé des basses oeuvres russes, agitant le spectre d’une « guerre civile ».

Les événements ont été suivis de près par les gouvernements occidentaux. Selon le Washington Post et le New York Times, les services de renseignement américains avaient prévenu la Maison Blanche de l’imminence d’une révolte de Wagner en Russie un jour avant qu’elle n’éclate.

La diplomatie russe avait mis en garde les pays occidentaux contre toute tentative de « profiter de la situation intérieure en Russie pour atteindre leurs objectifs russophobes ».

Et Moscou a prévenu que la rébellion avortée de Wagner n’affectera « en aucun cas » l’offensive russe en Ukraine.

Le ministre chinois des Affaires étrangères Qin Gang a reçu dimanche à Pékin le vice-ministre russe des Affaires étrangères Andreï Rudenko, a indiqué la Chine, première rencontre publique entre ces diplomates depuis la rébellion de Wagner.

Alors que la milice Wagner jouait un rôle de premier plan dans le conflit en Ukraine, assumant certaines des tâches les plus dangereuses, les tensions avec l’état-major se sont accentuées au fil des mois.

Sergueï Choïgou, ministre russe de la Défense, en 2013. (Crédit : Kremlin.ru/CC BY 4.0/WikiCommons)

Evguéni Prigojine l’avait notamment accusé de priver Wagner de munitions, insultant en particulier le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, un ami de Vladimir Poutine.

« Nous sommes des patriotes. Personne ne va se rendre à la demande du président, des services de sécurité ou de qui que ce soit », avait-il promis en lançant sa rébellion, s’en prenant pour la première fois directement au président russe.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.