Israël en guerre - Jour 147

Rechercher

Washington vante le rôle « irremplaçable » de Doha dans les négociations sur les otages

Suite aux critiques à l'égard du Qatar formulées par Benjamin Netanyahu, le Département d'État américain a défendu le Qatar, le qualifiant de partenaire régional essentiel

Le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, l'émir Mohammed ben Abdulrahman al-Thani, et le secrétaire d'État américain Antony Blinken se serrant la main lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion à Doha, le 7 janvier 2024. (Crédit : Karim Jaafar/AFP)
Le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, l'émir Mohammed ben Abdulrahman al-Thani, et le secrétaire d'État américain Antony Blinken se serrant la main lors d'une conférence de presse à l'issue d'une réunion à Doha, le 7 janvier 2024. (Crédit : Karim Jaafar/AFP)

Le Département d’État américain a défendu vendredi le Qatar comme médiateur dans les négociations entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, après la diffusion d’un enregistrement du Premier ministre Benjamin Netanyahu critiquant le rôle de l’État du Golfe comme étant « problématique ».

Lors de la conférence de presse quotidienne, il a été demandé au porte-parole adjoint Vedant Patel si les remarques de Netanyahu avaient retardé les négociations sur un nouvel accord de libération d’otages, après que le Qatar s’est dit « consterné » par ces propos.

« Je n’ai pas d’évaluation à faire sur ces commentaires ou sur certains des enregistrements qui ont circulé », a répondu Patel. « Ce que je peux dire – et j’en ai parlé un peu hier – c’est que le Qatar a été un partenaire régional essentiel, irremplaçable, non seulement en ce qui concerne le conflit actuel, mais aussi pour d’autres priorités des États-Unis dans la région. »

« Nous nous réjouissons de continuer à approfondir notre partenariat avec eux et à travailler avec eux sur un certain nombre de questions clés », a-t-il ajouté.

Israël et le Qatar se sont engagés dans un échange tendu cette semaine à la suite de fuites d’enregistrements d’une réunion entre Netanyahu et les familles des otages, dans laquelle le Premier ministre a exprimé son mécontentement à l’égard du Qatar en tant que médiateur et sa déception à l’égard de Washington qui n’a pas exercé davantage de pression sur Doha en tant qu’hôte des dirigeants du Hamas dans la capitale qatarie.

« Le Qatar, de mon point de vue, n’est pas différent, dans son essence, des Nations unies (…) et de la Croix-Rouge, [le Qatar] est encore plus problématique », a déclaré le Premier ministre dans un enregistrement diffusé par la Douzième chaîne. « Je ne me fais aucune illusion à leur sujet. Ils ont une influence [sur le Hamas]… Parce que [le Qatar] les finance. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une réunion avec les proches des otages détenus à Gaza au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 22 janvier 2024. (Crédit : Bureau du Premier ministre)

Netanyahu a déclaré qu’il s’était récemment mis « très en colère contre les Américains » pour avoir renouvelé un accord visant à prolonger de dix ans la présence militaire américaine sur une base au Qatar.

Doha s’est dit « consterné » par les propos rapportés, les qualifiant « d’irresponsables et de destructeurs pour les efforts visant à sauver des vies innocentes, mais ils ne sont pas surprenants ».

Un responsable qatari a déclaré à NBC News, plus tôt dans la journée de jeudi, que le Qatar « ne compromettrait jamais » les négociations sur la libération des otages en raison de « divergences avec des individus ».

Le président Joe Biden et l’émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, dans le bureau ovale de la Maison Blanche, à Washington, le 31 janvier 2022. (Crédit : Alex Brandon/AP Photo)

Le président américain Joe Biden s’est entretenu au téléphone avec l’émir qatari Tamim ben Hamad al-Thani, avec lequel il a discuté des efforts déployés pour obtenir la libération des otages à Gaza, ainsi que de la guerre en cours dans cette région, a fait savoir la Maison Blanche, ajoutant qu’un communiqué serait publié sous peu.

Selon un premier communiqué qatari, Biden a remercié l’émir pour les efforts de médiation déployés par Doha.

La guerre à Gaza a éclaté lorsque le Hamas a envoyé 3 000 terroristes armés en Israël, le 7 octobre, pour mener une attaque brutale au cours de laquelle ils ont tué près de 1 200 personnes. Les terroristes ont également pris en otage 253 personnes, pour la plupart des civils.

En réponse à cette attaque, la plus meurtrière de l’histoire du pays et la pire contre des Juifs depuis la Shoah, Israël a juré d’anéantir le Hamas et de mettre fin à son règne de 16 ans, et a lancé une opération aérienne suivie d’une incursion terrestre dans la bande de Gaza, qui a commencé le 27 octobre.

132 des otages enlevés par le Hamas et ses complices le 7 octobre sont encore à Gaza, mais certains ne sont plus en vie – après la remise en liberté de 105 civils au cours d’une trêve d’une semaine à la fin du mois de novembre.

Quatre otages avaient été libérées avant cela, et une soldate avait été secourue par l’armée israélienne. Les corps sans vie de huit otages ont également été retrouvés et trois otages ont été tués par erreur par l’armée le 15 décembre.

L’armée a confirmé le décès de 28 otages – notamment de deux captifs dont la mort a été annoncée mardi – qui se trouvaient encore à Gaza, citant de nouveaux renseignements et autres informations obtenues par les militaires en opération sur le terrain, au sein de l’enclave côtière.

Une personne est encore considérée comme portée-disparue depuis le 7 octobre et son sort reste indéterminé.

Outre les 132 otages, le Hamas détient aussi les dépouilles d’Oron Shaul et de Hadar Goldin, morts dans la bande en 2014. Il garde aussi en captivité deux civils israéliens, Avera Mengistu et Hisham al-Sayed, qui seraient encore vivants après être entrés dans la bande de leur propre gré en 2014 et en 2015.

Jacob Magid, Reuters et l’AFP ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.