Yaakov Peri de Yesh Atid démissionne de la Knesset
Rechercher

Yaakov Peri de Yesh Atid démissionne de la Knesset

Le député Yaakov Peri annonce sa démission suite à des accusations en lien avec une enquête pour corruption du Shas

Yaakov Peri, ancien chef du Shin Beth (Crédit : Yonatan Sindel/Flash 90)
Yaakov Peri, ancien chef du Shin Beth (Crédit : Yonatan Sindel/Flash 90)

Dans une déclaration surprise mercredi après-midi, le député Yaakov Peri du parti Yesh Atid, a annoncé sa démission de la Knesset, citant de récents reportages dans les médias sur des cas d’inconduite qui, selon lui, « jettent une ombre lourde sur mes longues années de service ».

L’ancien chef du service de sécurité du Shin Bet, Yaakov Peri, 73 ans, a subi des pressions publiques ces dernières semaines après qu’un rapport de janvier a allégué qu’il aurait divulgué des informations sensibles au ministre de l’Intérieur Aryeh Deri au sujet des écoutes téléphoniques de la police sur les associés de Deri lors d’une enquête sur la corruption du chef du Shas il y a une vingtaine d’années.

Dans un communiqué, Peri a invoqué des problèmes cardiaques pour expliquer sa démission, mais note également la « longue ombre » jetée par le reportage d’investigation diffusé à la télévision le mois dernier sur le parti de l’opposition.

Il a présenté sa lettre officielle de démission, qui entrera en vigueur dans 48 heures, au président de la Knesset Yuli Edelstein.

Yaakov Peri (D) remettant sa lettre de démission au président de la Knesset Yuli Edelstein, le 7 février 2018. (Courtesy)

Le reportage d’enquête de « Uvda » diffusé le mois dernier a mis au jour une enquête secrète de 1995, selon laquelle deux membres du groupe d’enquêteurs composé de trois personnes ont conclu que Peri – également ancien ministre des Sciences – était probablement à l’origine des fuites de 1991 à Deri, après que le chef du Shin Bet de l’époque a été pris en train de mentir dans une série de tests au détecteur de mensonges.

Peri, qui a concédé avoir une « bonne relation » avec Deri à l’époque, nie fermement les accusations. Dans sa déclaration de mercredi, il a déclaré que le rapport visait à ternir son nom et ses années de service public.

« Je n’ai jamais caché le fait que des problèmes de santé m’avaient empêché de terminer mon service militaire. Au cours des derniers mois, certains essaient de miner ma crédibilité et mes longues années au service de l’État d’Israël », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Je me suis battu toute ma vie et j’ai été blessé pendant mon service dans le Shin Bet. Étant donné que ces publications unilatérales jettent une longue ombre sur mes longues années au service de la sécurité d’Israël et sur les valeurs de Yesh Atid, j’ai décidé de quitter la vie publique et de démissionner de la Knesset. »

Un porte-parole de Yesh Atid a refusé de commenter ce que la mention des problèmes cardiaques de Peri signifiait, bien qu’ils puissent être lié à un autre reportage de « Uvda » dont la chaîne de télévision, quelques instants après sa démission, a annoncé que l’émission serait diffusée mercredi soir.

« Yaakov Peri a démissionné en prévision d’une nouvelle enquête : tous les détails sur la nouvelle affaire qui a été découverte par [le journaliste d’Uvda] Omri Asnahaim, ainsi que sur ce qui s’est passé cette semaine dans les coulisses, ce soir sur Uvda », a tweeté l’émission.

En réponse à la démission, Yesh Atid a publié une déclaration sans réserve louant le travail de Peri en tant que membre de la Knesset et plus tôt en tant que Shin Bet Head.

« Nous respectons la décision de Yaakov Perry de démissionner de la Knesset. Perry a servi pendant plus de 30 ans dans le Shin Bet au cours desquels il a été blessé et est retourné au service. Sa contribution à la lutte contre le terrorisme et à la sécurité de l’État d’Israël sera à son honneur pour les années à venir. »

Yair Lapid, le dirigeant de Yesh Atid, qui a indiqué le mois dernier qu’il ne demanderait pas l’exclusion de Peri suite aux accusations, a déclaré que sa contribution à la sécurité d’Israël « est parmi les plus grandes que le pays n’ait jamais connues », mais a ajouté que sa démission « reflète les valeurs de Yesh Atid et les normes publiques auxquelles nous croyons ».

Yaakov Peri (à gauche) et Yair Lapid à la Knesset (Yonatan Sindel/Flash90)

Évoquant les accusations faites par « Uvda » dans un article de Facebook le mois dernier, Lapid a déclaré qu’ à Yesh Atid, « un député qui fait l’objet d’une enquête doit rentrer chez lui jusqu’ à ce que l’affaire soit réglée « .

« Mais ce n’est pas le cas. Il n’ y a pas d’enquête ici, il n’ y a pas de poursuites pénales ou judiciaires. Quand on gratte derrière les articles des journaux, ce qui reste est un détecteur de mensonges irrecevable d’il y a 23 ans », écrit Lapid.

« Cela peut soulever des questions, mais un homme avec autant de mérites que Peri n’a-t-il pas la possibikité de répondre ? C’est la nouvelle procédure ? Une émission de télé qui agit comme juge, jury et bourreau ? » a ajouté Lapid, dont le parti Yesh Atid a prôné la lutte contre la corruption dans le cadre de son programme politique.

Après avoir été recruté par le Shin Bet en 1966, Peri a servi pendant plusieurs décennies comme agent dans le service de sécurité intérieure israélien et a accédé à la direction de l’organisation. Il a été administrateur du Shin Bet de 1988 jusqu’ à sa retraite en 1995. Il a rejoint Yesh Atid en octobre 2012 avant les élections législatives de l’année suivante.

L’une des premières personnalités publiques à s’aligner sur le parti, Peri a obtenu la place de numéro deux sur la liste de la Knesset et, grâce à ses précieux états de service, a été crédité d’avoir aidé à catapulter Yesh Atid au sein du gouvernement après qu’il a obtenu 19 sièges dans le scrutin de 2013. Il a été récompensé par une affectation ministérielle à la tête du ministère des Sciences et de la Technologie.

Peri sorti de la Knesset, l’ancienne députée Pnina Tamano-Shata, la première femme née en Éthiopie à occuper un siège à la Knesset, prendra sa place sur la liste électorale de Yesh Atid.

Plus tôt mercredi, le député Youssef Atauna de la Liste arabe unie a remis à Edelstein sa lettre de démission de la Knesset, quatre mois après avoir prêté serment. Ce geste s’inscrivait dans le cadre d’un accord de rotation entre les différentes factions du parti. Atauna avait représenté la faction communiste Hadash et devrait être remplacé par Eil Yunnis de la faction nationaliste israélo-palestinienne laïque Ra’am-Ta’al.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...