Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Yaïr Netanyahu fait appel après avoir perdu le procès en diffamation contre Shaffir

L'avocat du fils du Premier ministre a déclaré que le tribunal avait commis une erreur en le qualifiant de "raciste" et de "harceleur"

Yaïr Netanyahu, fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu, se rendant à une audience du tribunal dans le cadre du procès en diffamation intenté par l'ex-députée Stav Shaffir, à Tel Aviv, le 29 novembre 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Yaïr Netanyahu, fils du Premier ministre Benjamin Netanyahu, se rendant à une audience du tribunal dans le cadre du procès en diffamation intenté par l'ex-députée Stav Shaffir, à Tel Aviv, le 29 novembre 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Yaïr Netanyahu, le fils du Premier ministre, a fait appel mercredi d’une décision de justice selon laquelle il doit payer des dommages et intérêts à l’ancienne députée Stav Shaffir (Avoda), après qu’il a perdu un procès en diffamation pour une série de tweets offensants.

« Le tribunal a commis une erreur en décidant que Yaïr devait indemniser Shapir », a écrit Me Ariel Khur Nizri, l’avocat de Netanyahu Jr., dans son appel.

Me Nizri a fait valoir que le tribunal avait exagéré en qualifiant les déclarations de Yaïr de racistes et de harcèlement, et qu’il avait commis une erreur en rejetant la contre-attaque de son client, qui l’accusait de déclarations diffamatoires, notamment d’avoir vécu des fonds publics destinés au Premier ministre.

En ce qui concerne la détermination du « racisme » par le tribunal, il y a une différence entre les déclarations racistes et les déclarations problématiques », a déclaré Me Nizri dans son appel, selon le site d’information Ynet. « Par conséquent, il n’est pas possible de déterminer qu’une personne est raciste par nature. »

Le tribunal a également commis une erreur en déterminant que Yaïr est un « harceleur », alors qu’une ordonnance de harcèlement a été prononcée à son encontre pour un problème spécifique », indique l’appel. On peut dire qu’il a harcelé sur une question spécifique, mais le tribunal ne peut évidemment pas déterminer qu’il est un « harceleur » en tant que tel.

Shaffir et Yaïr Netanyahu s’étaient disputés au sujet de l’affirmation de cette dernière selon laquelle il vivait des deniers publics en tant que fils du Premier ministre, au cours de l’échange qui les avait conduits devant le tribunal. L’appel a déclaré que les commentaires de Shaffir selon lesquels Yaïr vivait de l’argent de son père étaient incorrects.

Les avocats de Shaffir, Me Ohad Rozen et Me Natan Schwartzman, ont déclaré que leur cabinet n’avait pas encore reçu l’appel.

« Le fait qu’il ait été publié dans la presse avant d’être envoyé à la partie adverse indique son degré de gravité », ont-ils déclaré.

Stav Shaffir s’exprimant, lors d’une conférence de presse annonçant le camp démocratique à Tel Aviv, le 25 juillet 2019. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le tribunal de Tel Aviv avait statué en mars que Yaïr Netanyahu devait verser à Shaffir 70 000 shekels pour les commentaires diffamatoires, les frais de justice et autres frais juridiques.

Shaffir avait poursuivi Yaïr pour des messages qu’il avait écrits à son sujet sur Twitter, et ce dernier avait intenté une action en justice en représailles à des messages de Shaffir sur les réseaux sociaux, action qui avait été rejetée par le tribunal.

Les poursuites avaient été engagées à la suite d’un échange entre Yaïr Netanyahu et Shaffir en avril 2020, alors que le pays était soumis à un confinement strict pour cause de pandémie de COVID-19. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait publié une photo de sa famille célébrant la fête de Pessah ensemble, y compris son plus jeune fils, Avner Netanyahu, qui ne vivait pas avec lui, ce qui avait suscité des critiques selon lesquelles ils avaient enfreint les mesures d’isolement alors en vigueur.

Shaffir avait tweeté qu’elle était déçue du comportement du Premier ministre.

En réponse, Yaïr Netanyahu avait critiqué l’ancienne députée, faisant référence à sa participation à la Knesset aux côtés de l’ancien Premier ministre Ehud Barak au sein du parti de l’Union démocratique. Barak a été tristement photographié en train de visiter la maison new-yorkaise du financier américain en disgrâce Jeffrey Epstein, mais il a nié tout méfait.

« Êtes-vous sûr de vouloir parler de moralité à la lumière du projet raté que vous avez tenté de mettre en place avec un passionné de pédophilie et un visiteur fréquent de l’île pédophile d’Epstein ? », avait tweeté Yaïr Netanyahu à l’adresse de Shaffir. « Vous êtes aussi laide à l’intérieur qu’à l’extérieur. Trouvez-vous un mari arabe permanent qui ne vous jettera pas dehors, allez dans un village, devenez musulmane et laissez-nous en paix. »

En réponse, Shaffir avait écrit qu’elle n’avait pas pu passer du temps avec sa famille pendant les fêtes. « Maintenant que je lis ce qu’a écrit le fils du Premier ministre, éduqué selon les méthodes de son père et vivant de son argent, ils me manquent encore plus », avait-elle écrit. « Vous êtes un menteur, un harceleur et une personne malveillante et raciste. La bouche de l’enfant est l’héritage du père. »

« Communiste, idiote, amateure de pédophilie, gardez les noms désobligeants dont vous m’avez traité pour Epstein, Barak et vos autres amis. Je ne prends pas un shekel de l’État », avait rétorqué Netanyahu Jr. « En revanche, vous devez 8 millions de shekels au contribuable. »

Le fils du Premier ministre faisait probablement référence aux 8 millions de shekels que Shaffir et Barak avaient empruntés à la Knesset pour leur campagne électorale commune en 2019, et qu’ils n’avaient pas remboursés après la dissolution de la Knesset pour les élections législatives qui avaient immédiatement suivi.

Yaïr Netanyahu est connu pour ses opinions d’extrême-droite et sa présence combative sur les réseaux sociaux, qui l’ont conduit devant les tribunaux à plusieurs reprises. Il s’est fait connaître du grand public à la suite de nombreuses informations selon lesquelles il influençerait les politiques de son père, notamment en ce qui concerne le projet controversé de réforme du système judiciaire.

En avril, le Premier ministre Netanyahu et son épouse Sara auraient demandé à Yaïr de cesser de publier des messages sur les réseaux sociaux et de ne pas s’adresser directement aux députés ou aux ministres, car il était accusé d’attiser les tensions en Israël et d’exacerber le fossé diplomatique avec les États-Unis.

Yaïr Netanyahu avait l’habitude de tweeter des dizaines de fois par jour, mais il est, depuis quelques mois, presque totalement absent des réseaux sociaux.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.