Yémen: les Gardiens de la révolution rejettent les accusations de Ryad
Rechercher

Yémen: les Gardiens de la révolution rejettent les accusations de Ryad

L'Arabie saoudite accuse Téhéran de fournir des armes aux rebelles Houthis

Des enfants yéménites devant une école détruite par une frappe aérienne dans la ville de Taëz, dans le sud du Yémen, le 16 mars 2017. (Crédit : Ahmad Al-Basha/AFP)
Des enfants yéménites devant une école détruite par une frappe aérienne dans la ville de Taëz, dans le sud du Yémen, le 16 mars 2017. (Crédit : Ahmad Al-Basha/AFP)

Les Gardiens de la révolution, force d’élite qui relève directement du chef suprême de la République islamique d’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, ont rejeté mardi les nouvelles accusations de l’Arabie saoudite selon qui Téhéran fournit des armes aux rebelles Houthis du Yémen.

« L’objectif de telles affirmations de la part de l’Arabie saoudite est de détourner l’opinion publique des atrocités (qu’ils) commettent au Yémen », accuse Yadollah Javani, un responsable des Gardiens de la révolution cité par l’agence de presse conservatrice Tasnim.

Il répondait aux accusations de Ryad qui a une fois de plus affirmé lundi que l’Iran fournissait des armes aux Houthis, précisant que les sept missiles balistiques tirés dimanche soir par les rebelles yéménites sur le territoire saoudien avaient été fournis par Téhéran.

L’Arabie saoudite a menacé lundi l’Iran de représailles après l’avoir mis en cause dans ces tirs que Ryad dit avoir intercepté sur le territoire saoudien, dans un nouvel accès de fièvre entre les deux grands rivaux du Moyen-Orient.

Depuis le 26 mars 2015, Ryad dirige une coalition militaire intervenant au Yémen, pays voisin de l’Arabie saoudite, pour aider le pouvoir du président Abd Rabbo Mansour Hadi face aux rebelles Houthis, maîtres de la capitale Sanaa et de vastes régions du pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...