Yossi Taieb du Shas, le premier député israélien né en France
Rechercher

Yossi Taieb du Shas, le premier député israélien né en France

"Je suis le premier élu israélien pour qui la question de l'aide aux immigrants juifs de France est une priorité", a affirmé le parlementaire de 39 ans, arrivé en Israël en 1996

Yossi Taieb, député du Shas. (Crédit : capture d'écran YouTube / Shass Francophones)
Yossi Taieb, député du Shas. (Crédit : capture d'écran YouTube / Shass Francophones)

Le jeune rabbin ultra-orthodoxe Yossi Taieb est devenu cette semaine le premier député de l’histoire d’Israël né en France, avec l’ambition de devenir « le représentant des Franco-Israéliens ».

Alors que les dernières élections remontent au 2 mars, ce n’est que mercredi soir que le député de 39 ans a prêté serment et est entré à la Knesset.

Le Franco-Israélien a été nommé député à la suite de l’application de la loi dite « norvégienne » qui permet depuis peu aux ministres de démissionner de leur poste de député pour laisser entrer au Parlement les personnes suivantes sur leur liste.

Adjoint au maire de la localité de Kyriat Yearim, près de Jérusalem, pour le parti ultra-orthodoxe séfarade Shas (droite), Yossi Taieb était sur la 12e place de la liste de sa formation.

Comme Shas a rejoint le gouvernement d’union de Benjamin Netanyahu et Benny Gantz, des ministres du parti ont laissé leur siège au Parlement, ce qui a permis à M. Taieb de faire son entrée à l’hémicycle.

« Je suis le premier élu israélien pour qui la question de l’aide aux immigrants juifs de France est une priorité », a affirmé à l’AFP le parlementaire, « ému » d’être le premier député israélien né en France.

Originaire de Paris, il a immigré à l’âge de 17 ans en Israël, où il a étudié dans une école talmudique et a fait son service militaire dans une unité combattante.

Père de six enfants, il sera membre de la Commission parlementaire pour l’Immigration et l’Intégration, traitant notamment des questions liées à l’immigration juive de France.

Parmi ses priorités : aider les Franco-Israéliens pour la reconnaissance des diplômes », un enjeu crucial, a-t-il affirmé.

Après l’arrivée depuis la France de 7 900 immigrants juifs en 2015 – année des attentats de Charlie Hebdo, de l’Hyper Casher et du Bataclan –, leur nombre décroît : ils étaient 2 454 en 2019.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...