Rechercher

Zelensky : Bennett ne semble pas être « enveloppé dans notre drapeau »

Zelensky a déclaré que ses relations avec Bennett n'étaient "pas mauvaises du tout", mais a ensuite exprimé des réserves "franches"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprime lors d'une conférence de presse à Kiev, le 3 mars 2022. (Crédit : Sergei Supinsky/AFP)
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprime lors d'une conférence de presse à Kiev, le 3 mars 2022. (Crédit : Sergei Supinsky/AFP)

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a indiqué jeudi qu’il estimait que le Premier ministre Naftali Bennett n’en faisait pas assez pour soutenir son pays alors qu’il tentait de repousser l’invasion russe, affirmant que contrairement à un groupe de Juifs qu’il avait vus photographiés au mur Occidental, Bennett ne semble pas être « enveloppé dans notre drapeau ».

Lors d’une conférence de presse depuis un lieu tenu secret à Kiev, gardé par des gardes du corps armés de mitrailleuses, Zelensky a déclaré que ses relations avec Bennett n’étaient « pas mauvaises du tout », mais a ensuite exprimé des réserves « franches ».

« En tant qu’homme juif, avez-vous des attentes vis-à-vis de l’État juif ? », lui a demandé Itai Engel, un journaliste de la Douzième chaîne israélienne.

Zelensky a d’abord dit qu’il avait vu « une très belle photo aujourd’hui de Juifs priant au Mur occidental – des hassidim, toutes sortes de gens, tous enveloppés dans le drapeau bleu et jaune [de l’Ukraine]. Cette image m’a étonné. Je [remercie] les gens qui ont fait cela. Ils ont prié [pour nous] ».

Au sujet de Bennett, il a déclaré : « J’ai parlé au Premier ministre d’Israël. Et je vous le dis franchement, et cela peut sembler un peu insultant, mais je pense que je dois le dire : nos relations ne sont pas mauvaises, pas mauvaises du tout. Mais les relations sont mises à l’épreuve dans des moments comme ceux-ci, dans les moments les plus difficiles, lorsque de l’aide et du soutien sont nécessaires. Et je ne pense pas qu’il [Bennett] soit enveloppé dans notre drapeau. »

Bennett s’est abstenu de condamner personnellement la Russie pour son offensive en Ukraine, dans le but apparent de maintenir la capacité d’Israël à opérer contre les mandataires iraniens en Syrie, où la Russie contrôle le ciel. Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid et la mission israélienne à l’ONU ont plus directement censuré Moscou, mais les responsables américains et européens ont exprimé leur mécontentement face à la ligne prudente de Jérusalem.

L’ambassadeur d’Ukraine en Israël, Yevgen Korniychuk, des ressortissants ukrainiens et des sympathisants prennent part à une prière organisée par l’homme d’affaires Arie Schwartz, en soutien au peuple ukrainien, au pied du Mur occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 2 mars 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Bennett lui-même s’est entretenu deux fois avec Zelensky et le dirigeant russe Vladimir Poutine depuis le début de l’invasion jeudi dernier, et a proposé de servir de médiateur entre les parties, conformément à une demande du président ukrainien.

L’Ukraine a également demandé à Israël de fournir une assistance militaire, une demande que Jérusalem n’a pas accordée. Bennett aurait hésité lorsque Zelensky a directement demandé « une assistance avec des outils et des armes militaires » lors d’une conversation téléphonique vendredi, selon un article de dimanche.

Un article publié la semaine dernière a également rapporté qu’Israël avait empêché les États-Unis de transférer le système de défense israélien du Dôme de Fer à l’Ukraine l’année dernière afin de préserver les liens d’Israël avec la Russie.

Israël a envoyé plusieurs cargaisons de fournitures humanitaires pour soutenir les Ukrainiens attaqués.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’exprime lors d’une conférence de presse à Kiev, le 3 mars 2022. (Crédit : Sergei Supinsky/AFP)

Israël a également refusé de coparrainer une résolution condamnant la Russie la semaine dernière au Conseil de sécurité, provoquant une réprimande de l’ambassadrice américaine à l’ONU Linda Thomas-Greenfield, a déclaré au Times of Israel un responsable proche du dossier.

Cependant, ces derniers jours, le ciel semble s’être quelque peu éclairci, alors que l’ambassadeur des États-Unis en Israël, Tom Nides, a tweeté ses remerciements à Israël « pour avoir aidé à rallier davantage de membres aux côtés de l’Ukraine » lors du vote de l’Assemblée générale mardi pour condamner la Russie, que Israël a soutenu.

Jeudi, Bennett a également averti que l’Ukraine risquait une « destruction totale » si les dirigeants mondiaux n’agissaient pas rapidement face à l’invasion du pays par la Russie.

Le Premier ministre, Naftali Bennett, prend la parole lors de la conférence CyberTech de Tel Aviv, le 3 mars 2022. (Crédit : Haim Zach/GPO)

« Les choses se présentent mal sur le terrain en ce moment, mais il est important de comprendre que si les dirigeants mondiaux n’agissent pas rapidement, cela peut empirer », a-t-il déclaré lors de la conférence CyberTech de Tel Aviv. « Je parle de pertes de vies humaines indicibles, de la destruction totale de l’Ukraine. Des millions de réfugiés. Et il n’est pas encore trop tard. »

« C’est la responsabilité des principaux acteurs du monde de sortir les deux parties du champ de bataille et de les mettre à la table des négociations », a-t-il ajouté.

Zelensky s’est adressé aux journalistes jeudi dans un lieu tenu secret, alors que plusieurs gardes armés se tenaient à proximité, craignant des tentatives d’assassinat russes.

Des soldats russes se reposent sur la place Minutka, à Grozny, en Tchétchénie, en février 2000. (Crédit : AP Photo/Dmitry Belyakov)

Zelensky a appelé l’Occident à augmenter l’aide militaire à l’Ukraine, affirmant que la Russie avancerait sur le reste de l’Europe autrement.

« Si vous n’avez pas le pouvoir de fermer les cieux, alors donnez-moi des avions ! », a déclaré Zelensky lors d’une conférence de presse. « Si nous ne sommes plus, alors – Dieu nous en préserve – la Lettonie, la Lituanie, l’Estonie seront les prochaines », a-t-il dit, ajoutant : « Croyez-moi. »

Il a appelé à des pourparlers directs avec Poutine, affirmant que c’était « le seul moyen d’arrêter cette guerre ».

« Nous n’attaquons pas la Russie et nous n’envisageons pas de l’attaquer. Qu’attendez-vous de nous ? Quittez notre terre », a-t-il dit en s’adressant à Poutine.

« Asseyez-vous avec moi. Pas à 30 mètres comme avec [le président français Emmanuel Macron] », a déclaré le dirigeant ukrainien, faisant référence au fait que Poutine recevait les dirigeants mondiaux à une désormais célèbre table extrêmement longue, apparemment en raison de ses craintes du COVID-19.

Des personnes arrivent à un poste-frontière à Medyka, en Pologne, le jeudi 3 mars 2022, alors qu’elles fuient l’invasion russe. (Crédit : AP Photo/Visar Kryeziu)

Zelensky, qui il y a quelques semaines à peine avait cherché à calmer les Ukrainiens au sujet des allégations américaines selon lesquelles la Russie prévoyait d’envahir son pays, a déclaré : « Personne ne pensait que dans le monde moderne, un homme puisse se comporter comme un animal. »

La Russie affirme qu’elle ne cible pas les zones civiles, malgré de nombreuses preuves du contraire. Les services d’urgence ukrainiens ont annoncé mercredi soir que plus de 2 000 civils avaient été tués à ce jour par les forces militaires russes.

Jacob Magid et l’AFP ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...