Des millions d’Iraniens ont manifesté vendredi pour la traditionnelle « Journée de Jérusalem » en soutien aux Palestiniens, tout en condamnant cette année la campagne militaire saoudienne contre les rebelles au Yémen.

A Téhéran et dans plusieurs autres villes d’Iran, la foule a lancé les habituels slogans « Mort à Israël » et « Mort à l’Amérique ».

Mais elle a aussi étendu sa colère contre l’Arabie saoudite, à la tête depuis fin mars d’une campagne aérienne contre les rebelles chiites Houthis qui contrôlent une partie du Yémen, selon les images de la télévision d’Etat.

Le principal slogan de la manifestation organisée par les autorités était « contre l’ignorance moderne qui tue les enfants de Gaza au Yémen », alors que la foule était invitée à lancer des pierres sur les drapeaux israélien, américain et britannique.

Un groupe de manifestants a mis le feu à une grande effigie représentant le groupe djihadiste Etat islamique (EI), estampillé « marionnette des Saoudiens ».

Les manifestants pouvaient également faire des dons en soutien à la population yéménite, alors que l’ONU a annoncé une trêve de six jours à partir de vendredi en fin de soirée dans les combats pour permettre aux secours d’atteindre des millions de Yéménites en détresse.

Les relations entre le royaume saoudien sunnite et la puissance iranienne chiite sont extrêmement tendues depuis le début des raids aériens saoudiens destinés à empêcher les rebelles de prendre le contrôle total du pays.

« Ce que le gouvernement saoudien fait au Yémen ressemble à ce que fait le régime sioniste à Gaza », a fustigé en avril le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, dénonçant « un massacre, un génocide ».

L’Iran, qui ne reconnaît pas l’existence d’Israël, soutient militairement et financièrement les groupes islamistes palestiniens dans leur lutte contre l’Etat hébreu. Téhéran fournit au Hamas et au Jihad islamique la technologie pour fabriquer des missiles d’une portée de 75 km, capables de frapper les villes israéliennes.

Cette année, la manifestation coïncide avec les difficiles négociations entre l’Iran et le groupe 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) à Vienne qui doivent aboutir à un accord final sur le programme nucléaire iranien.

« La Journée d’al-Quds » (Jérusalem en arabe) est célébrée tous les ans en Iran depuis la révolution islamique de 1979, au dernier vendredi du mois de jeûne musulman du ramadan, pour soutenir la cause palestinienne.