L’ancien député Balad Azmi Bishara, qui a fui Israël en 2007 suite à des accusations de complicité avec le Hezbollah pour avoir aidé l’ennemi en temps de guerre, est nommé à la tête d’une nouvelle chaîne de télévision qatarie destinée à agir comme contrepoids au groupe d’informations du pays, Al Jazeera, jugé « trop favorable aux Frères musulmans. »

Bishara, qui dirige le le Centre arabe de Recherches et d’Etudes politiques basé à Doha et serait proche du nouvel émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, serait à l’origine de l’initiative, selon The National.

Le nouveau réseau de médias sera appelé Al Araby Television Network et sera diffusé en langue arabe depuis Londres.

Bishara est connu pour être « assez anti-Frères musulmans », et estime que « le Qatar est trop près des Ikhwan [Frères musulmans en arabe] depuis trop longtemps, » a déclaré Michael Stephens, le directeur adjoint de l’Institut Royal United Services de la défense et des études de sécurité du Qatar, au The National.

Les voisins du Qatar, l’Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis, considèrent les Frères musulmans comme une organisation terroriste, qui provoque des tensions de voisinage à la lumière des sympathies connues d’Al-Jazeera pour le mouvement, en particulier pendant la révolution égyptienne débutée en 2011, qui a causé la chute de Hosni Moubarak.

Bishara, ancien membre de la Knesset et fondateur du parti israélo-arabe Balad, réside au Qatar depuis 2007.

Pendant la seconde guerre du Liban à l’été 2006, la police a enquêté sur Bishara pour avoir transmis des informations à des agents du Hezbollah et aurait été dédommagé de centaines de milliers de shekels par le groupe terroriste.