Après les menaces proférées contre Israël par Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, le ministre de l’Education Naftali Bennett a déclaré lundi que le Liban serait responsable du prochain conflit contre l’organisation terroriste, et qu’Israël ne ferait pas de distinction entre le pays et le groupe.

« L’intérêt d’Israël est d’empêcher une autre confrontation au Liban, et donc notre nouvelle stratégie est simple : le Liban est égal au Hezbollah, le Hezbollah est égal au Liban », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Contrairement à la deuxième guerre du Liban, cette fois, nous ne ferons pas de différence entre l’organisation et l’Etat du Liban. Ceci signifie que toute attaque contre le Hezbollah entraînera la destruction du Liban et de ses infrastructures », a ajouté le ministre.

« Nasrallah, qui veut être le ‘défenseur du Liban’, deviendra le ‘destructeur du Liban’ », a dit Bennett.

Des partisans du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah pendant un évènement commémorant les 11 ans de la fin de la 2e guerre du Liban avec un discours télévisé d'Hassan Nasrallah, à Khiam, dans le sud du Liban, le 13 août 2017. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)

Des partisans du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah pendant un évènement commémorant les 11 ans de la fin de la 2e guerre du Liban avec un discours télévisé d’Hassan Nasrallah, à Khiam, dans le sud du Liban, le 13 août 2017. (Crédit : Mahmoud Zayyat/AFP)

« Nous ne cherchons pas la guerre et nous ferons tout pour l’éviter, mais l’autre partie doit savoir qu’il y aura des conséquences aux mesures unilatérales qui mettent en danger la sécurité d’Israël », a-t-il ajouté.

Dimanche, Nasrallah a suggéré qu’Israël devrait relocaliser son réacteur nucléaire de Dimona, car il pourrait être une cible du groupe terroriste.