Des armes israéliennes auraient été utilisées en 1994 au Rwanda
Rechercher

Des armes israéliennes auraient été utilisées en 1994 au Rwanda

Un tribunal de Tel-Aviv vient de rejeter une pétition appelant à révéler des documents classifiés sur des exportations d'armes dans les années 90

Crânes de victimes du génocide rwandais (Crédit : Fanny Schertzer/Wikimedia commons/ CC BY SA 3.0)
Crânes de victimes du génocide rwandais (Crédit : Fanny Schertzer/Wikimedia commons/ CC BY SA 3.0)

Le Professeur Yair Auron et son avocat Eitay Mack ont lancé une pétition visant à rendre public des documents qui prouveraient l’existence d’exportations d’armes à destination du Rwanda, il y a 20 ans.

Au cours de l’audience, le tribunal a invité des représentants de l’État à s’exprimer sur ce sujet.

Selon l’ONU, un million d’hommes, de femmes et d’enfants ont été massacrés au Rwanda en l’espace de 100 jours en 1994.

Les meurtriers étaient membres de la tribu Hutu, ethnie majoritaire dans ce petit pays pauvre d’Afrique centrale. Les victimes étaient pour la plupart membres de la tribu Tutsi.

Les meurtriers au Rwanda ont principalement utilisés des machettes et des armes légères. Des fusils et des balles, et parfois des grenades ont été obtenus auprès de marchands d’armes internationaux.

Selon les allégations des pétitionnaires, Israël aurait fourni aux Hutu des balles de 5,56 millimètres ainsi que des fusils et des grenades.

Ces dernières années Eitay Mack, un jeune avocat idéaliste, s’est lancé dans une croisade visant à révéler les exportations d’armes israéliennes.

Yair Auron explique devant le tribunal : « Envoyer des armes dans un pays où un génocide se déroule est semblable à l’envoi d’armes à l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale. Nous avons fourni des armes à la Serbie pendant l’embargo, et nous avons fourni des armes au gouvernement rwandais lors du génocide ».

A cette période, Yitzhak Rabin était à la fois ministre de la Défense et Premier ministre. Shimon Peres était ministre des Affaires étrangères. Bien que profondément impliqués dans les efforts de paix en 1994, les pétitionnaires estiment que l’approbation d’un envoi d’armes depuis l’aéroport Ben Gurion, ne pouvaient avoir eu lieu à leur insu.

Lors du génocide, le gouvernement israélien a été le premier pays au monde à envoyer un hôpital de campagne au Rwanda pour traiter les victimes du massacre.

Fondant sa décision sur du matériel classifié que des représentants de l’État israélien lui avait montré, le juge a rejeté la pétition. La procédure va maintenant se poursuivre devant la Cour suprême.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...